sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Samedi 10 décembre 2011 à 13:26

Ce qu'il y a de bien avec le fait de participer à un club de lecture, c'est qu'on découvre des livres qu'on n'aurait pas lu de soi-même, et qui se révèlent être très bons. J'étais contente de Janua Vera, je suis également très contente de Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (le passage au négatif dans le titre n'est pas anodin, c'est un choix dans la traduction qui n'est peut-être pas utile, mais qui se justifie tout de même au vu des éléments de l'histoire). Ce roman raconte quelques années de l'enfance de Scout (surnom de Jean Louise Finch), petite fille bagarreuse et intelligente qui vit à Maycomb, une petite ville de l'Alabama, un Etat du sud des Etats-Unis. Dans les années 30, la ségrégation est extrêmement forte dans le pays, et plus encore dans les Etats du sud, de tradition esclavagistes. Les lois de ségrégation sont bien souvent appliquées à la lettre par les forces de l'ordre, les juridictions et les jurés, qui décidaient de la culpabilité ou non d'un accusé au pénal, et la peine qui doit lui être appliquée s'il est déclaré coupable. Le père de Scout, Atticus Finch, est avocat et membre de la Chambre des représentants de l'Etat. Il est estimé de tous, mais voilà qu'il est commis d'office pour défendre Tom Robinson, un Noir accusé d'avoir violé une jeune fille Blanche. Toute la ville va le traiter d'ami des nègres, et Scout, du haut de ses 7 ou 8 ans, a du mal à comprendre ce qui se passe, mais en saisit déjà beaucoup, parfois à l'aide de son grand frère Jem, qui va être particulièrement choqué de la conduite des Blancs, et de Dill, leur ami.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres/netirezpassurloiseaumoqueur2.jpgC'est un roman très complet. Il parle à la fois de l'enfance et son insouciance, ses jeux, ses idées farfelues sur le monde et sur les autres, de la perte de cette innocence lorsqu'on grandit, de l'aveuglement des hommes, des horreurs auxquelles peuvent mener le racisme, de l'amitié, de la tendresse, de la solitude parfois aussi. Le roman n'est pas trop long ni trop court, juste ce qu'il faut. La fin s'arrête comme elle doit s'arrêter, sans nous frustrer ou nous brusquer. J'ai apprécié d'en apprendre davantage sur la réalité de la ségrégation, qui est ici plus insidieuse, mais aussi plus réelle que les clichés habituels de chacun son bus, etc. L'écriture est très bien menée, car si c'est Scout qui raconte, elle ne raconte pas avec une voix d'enfant, elle se rappelle, même si ce n'est pas dit expressément. On alterne entre les pensées confuses et drôles de petite fille et l'analyse tranchante d'une femme qui désapprouve profondément le comportement de ses congénères. Le livre est paru en 1960, dans un contexte où la ségrégation était remise en question, les législations anti-Noirs tombaient peu à peu, mais dans les mentalités et dans les faits la discrimination était toujours la même. Ce ne sont pas les enfants que j'ai le plus aimé, même si ce sont eux qu'on suit tout le temps. J'ai aimé Atticus, Miss Maudie et Arthur Radley, car ils luttent à leur manière, et font de bonnes choses de leur propre façon. Et ils sont différents des autres, un peu à l'écart des Blancs dont ils font partie, mais sans être mis au ban de la société, car c'est leur volonté de s'éloigner des autres pour essayer de devenir meilleurs. J'ai l'impression de ne pas être claire du tout dans ce que je dis !

C'est également un roman qui peut-être lu assez tôt, je dirais dès 10 ans. D'ailleurs, aux Etats-Unis, il est étudié dans des classes de niveau collège et lycée. Par contre, il est très peu connu en France. J'ai vraiment apprécié cette lecture, mais en même temps ce ne sera jamais l'un des romans préférés. C'est un bon livre, je ne lui trouve même pas de vrai défaut, mais il lui manque un petit plus pour être un excellent livre. Mais être un très bon livre, c'est déjà pas mal !

Fiche :
Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (To kill a mocking-bird dans la version originale), de Harper Lee
Collection : Le Livre de Poche
447 pages
Prix : 6,50€

Vale.

Choses � dire

Dire quelque chose

Par petit-caillou le Dimanche 11 décembre 2011 à 20:49
J'ai toujours hésiter à le lire, je ne vais plus hésiter longtemps ^^
Par Mlle.moon le Lundi 12 décembre 2011 à 15:06
J'ai hésité également, j'en avais déjà entendu parlé ^^ Mais je vais voir ça de plus près merci :D
Par Demoiselle-Coquelicote le Lundi 12 décembre 2011 à 16:30
Qu'est-ce qui t'a fait hésiter ?
Par Mlle.moon le Lundi 12 décembre 2011 à 19:23
L'époque à laquelle l'histoire se passe ^^
Par Demoiselle-Coquelicote le Lundi 12 décembre 2011 à 19:39
Pourquoi ? Qu'est-ce qu'elles ont les années 30 ? ^^
Par Mlle.moon le Mardi 13 décembre 2011 à 12:01
Trop loin pour moi xD Disons que je ne suis pas assez renseignée sur les événements de l'époque & que parfois, c'est dur de vraiment comprendre l'intérêt de l'histoire x)
Par Demoiselle-Coquelicote le Mardi 13 décembre 2011 à 12:21
C'est vraiment très abordable comme livre, l'auteure explique bien et quand ce n'est pas le cas il y a une petite note de bas de page du traducteur pour nous expliquer =)
Par Mlle.moon le Jeudi 15 décembre 2011 à 1:28
Je vais tenter le coup :)
 

Dire quelque chose









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/trackback/3156190

 

<< Je l'ai dit après... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast