sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Jeudi 3 octobre 2013 à 19:02

J’essaie de suivre, au moins à distance, les différentes sorties qui font le « buzz », et je repère ceux qui m’intéressent. Quand l’occasion se présente, j’en découvre, souvent à retardement par rapport aux lectrices qui les reçoivent en service presse. Ça me permet de vraiment sélectionner ce que j’ai envie de lire et de faire de belles découvertes à mon rythme. C’est comme ça que, lundi soir, j’ai décidé de me lancer dans Nos étoiles contraires de John Green. Je l'ai terminé hier, mercredi.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres2/Nosetoilescontraires.jpg
Hazel nous raconte où elle en est. A 16 ans, elle traîne depuis trois ans un cancer de la thyroïde avec métastases aux poumons, qui sont désormais hors d’usage. Dans un groupe de soutien où sa mère l’encourage à aller, elle rencontre Augustus, en rémission complète depuis l’amputation de sa jambe cancéreuse. L’amitié va naître rapidement entre les deux adolescents, mais qu’en sera-t-il pour la suite ?
 
Le ton est donné dès le départ : Hazel n’a que seize ans, certes, mais sa maladie l’a forcée à mûrir plus vite, et en plus elle est intelligente. Elle a un sens de l’humour mordant, une grande culture et est très cynique à propos de la situation. J’ai ri et souri plusieurs fois grâce à elle et à ses conversations avec son entourage, que ce soient ses parents ou Augustus. Ses réflexions m’ont bluffée plus d’une fois. Certes, c’est un roman qui parle d’ados aux ados et qui traite très bien de cette période de la vie, des questions et des sensations qui nous animent à ce moment, mais c’est un roman qui va plus loin que cela. J’ai rapidement fait le rapprochement avec The Perks of being a wallflower (Le monde de Charlie) pour la qualité du fond du texte et la façon d’aborder des sujets aussi difficiles et délicats. J'ai aussi pensé à l'histoire de My Sister's Keeper (Ma vie pour la tienne) qui aborde aussi d'une belle manière la question du cancer chez les enfants (j'ai vu le film avec Cameron Diaz mais n'ai pas encore lu le livre, ça va venir, il est dans ma PAL !). L’idée de faire tourner une grosse partie des réflexions autour d’un roman fictif (Une impériale affliction, d’un tout aussi fictif Peter Van Houten) est sympathique, c’est une sorte de mise en abîme pour le lecteur.
 
Evidemment, vu le point qui réunit les deux protagonistes (le cancer), ce n’est pas joyeux tout du long. Vivre avec une telle maladie, ou avec un enfant, un ami, qui a un cancer, ce n’est ni simple, ni drôle. Je ne cacherai pas que j’ai pleuré, hein, et beaucoup à un moment. La vie n’est ni juste, ni une usine à exaucer les vœux, comme le disent si bien les personnages. Cela n’empêche pas de la vivre, de passer de bons moments, et d’y donner un sens. Ce roman est vrai, il montre une belle façon d’envisager la vie, de continuer quoiqu’il arrive.
 
Sur le style de John Green, je retiendrai que son livre se dévore, vraiment, ça a été très rapide, et c’est bourré de références intéressantes et d’humour. J’ai passé un très bon moment. J’avais essayé de ne pas avoir de trop hautes attentes quant à cette lecture, et de ce fait j’en suis très satisfaite. Je comprends les nombreux coups de cœur sur ce livre, et je serai très curieuse d’aller voir le film à sa sortie (personnellement le choix des acteurs ne me dérange pas du tout !), cependant je ne le classe pas en coup de cœur, à cause de la fin. Non pas que je l’aurais voulue absolument différente, mais comme souvent avec les romans, je la trouve trop rapide. D’un coup, pouf c’est fini, alors qu’on aurait voulu en savoir plus, avoir davantage de détails. Egalement, je pense que le livre est un peu trop court, mais en même temps, le faire plus long était prendre le risque d’ennuyer le lecteur ou d’écrire des âneries. Ce n'est peut-être pas plus mal comme ça.
 

Choses � dire

Dire quelque chose

Par DoloresH le Mercredi 9 octobre 2013 à 21:52
Aaaaaah je suis contente qu'il t'ait plu ! L'humour de ce livre est vraiment chouette, et contraste avec le thème. Malgré le sujet principal, j'ai trouvé que c'était un livre plein de vie, et puis, Augustus, on ne peut pas rester de glace =) Quand aux larmes, je les comprends, je les ai expérimentées aussi =)
Par Demoiselle-Coquelicote le Jeudi 10 octobre 2013 à 15:45
Tout à fait ! J'ai vu beaucoup de lectrices mécontentes du choix des acteurs pour interpréter Hazel et Augustus mais moi je les trouve très bien, ils vont bien faire passer l'humour je pense.
 

Dire quelque chose









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/trackback/3251888

 

<< Je l'ai dit après... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast