sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Lundi 10 décembre 2012 à 11:49

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres/37683712.jpg
 

Pendant les vacances, Matilda m’avait gentiment prêté Les Filles de Mr Darcy, et j’avais légèrement détesté (hem hem, pour vous rafraîchir la mémoire, le billet est là). Maso comme je suis, j’ai quand même voulu lire la suite, Les Aventures de Miss Alethea Darcy, et puis il faut bien que je me fasse une raison : Elizabeth Aston a énormément écrit « à partir » de Jane Austen, donc si je suis décidée à lire de la littérature para-austenienne, il faudra que je passe par elle, entre autres.
 
L’avantage dans ce deuxième volume, c’est qu’on voit très peu les personnages de O&P. Et donc, j’ai eu moins d’occasion de bondir en disant « mais c’est n’importe quoi !! », même si c’est encore arrivé quelques fois. (Chaque fois qu’on voit Letty, je ne peux m’empêcher de penser que jamais les Darcy n’aurait eu une fille comme elle ! Et son Mr Fitzwilliam ne me plaît pas du tout.) Comme l’ont dit la plupart des lecteurs, il est plus facile d’ « oublier » que c’est censé être une suite d’un roman de Jane Austen, car on s’éloigne tellement de l’original qu’on finit par presque ne plus y penser. Et ce n’est pas un compliment. Encore une fois, j’ai eu l’impression que l’auteure utilise la renommée du nom Darcy et de Jane Austen pour faire vendre ses livres. Pour avoir autant écrit à ce sujet, je crois qu’Elizabeth Aston doit réellement avoir de l’admiration pour Jane, mais c’est bien mal lui rendre hommage que d’écrire des romans comme ceux-là. Et c’est dommage, parce que ce deuxième tome aurait pu être agréable sans cet aspect pseudo-austenien.
 
Maintenant que j’ai re-craché mon venin, je vais essayer de parler de l’histoire pour ce qu’elle est. Le pitch, c’est qu’on est quelques années après la fin du premier tome (trois ans il me semble). Alethea, la benjamine de la famille, s’est mariée sur un coup de tête – et donc sans véritable attachement – à Mr Napier, un homme aux dehors agréables. Mais arrivée dans sa demeure à la campagne, Alethea vit un enfer. Se sentant acculée, elle décide de fuir la maison de son époux et s’en va rejoindre sa sœur Camilla, qui réside à Venise. Elle parcourt l’Europe avec sa femme de chambre Figgins, toutes deux déguisées en hommes. Dans le même temps, on suit Titus Manningtree, un homme dans la trentaine, célibataire, qui lui aussi entreprend de joindre Venise pour récupérer un trésor de famille, un magnifique tableau de Titien.
 
D’abord, les deux tomes peuvent se lire séparément. Pas besoin d’avoir lu le premier pour comprendre le deuxième. Le début était un peu lent, j’ai eu du mal à démarrer. On apprend que petit à petit ce qui est arrivé à Alethea, et ça m’ennuyait, parce que ça me semblait assez clair malgré tout le mystère que l’auteure semblait vouloir en faire. C’est le plus gros défaut du roman : la prévisibilité. Le caractère de Titus était limpide depuis le début, je savais comment il allait évoluer, et c’était la même chose pour Alethea. De ce fait, je pense que le roman était un peu trop long, cinq cents pages n’étaient pas nécessaires pour conter cette histoire.
 
C’est tout de même un roman d’aventures chic, comme il en existait beaucoup au XIXème siècle. Heureusement, Elizabeth Aston n’a pas fait comme les auteurs de cette époque, qui écrivaient des romans-fleuves ! Les rebondissements sont agréables, pas forcément attendus sans pour autant surprendre le lecteur de façon extraordinaire. J’ai bien aimé quelques nouveaux personnages, et surtout Lady Hermione et Mr. Hellifield, des amis de Titus. Le changement assez fréquent de point de vue donnait un dynamisme bienvenu au roman. La fin était attendue, je n’en doutais pas une seconde, mais en même temps, qui en aurait voulu une autre ? Un regret quand même, que je mets en SPOIL : au final, on ne sait même pas ce qu’il en est de cette histoire de tableau ! A quoi ça sert de nous en faire tout un foin pendant les deux tiers du roman pour ne même pas savoir ce qu’il devient ? D’accord, ça sert à montrer la prise de conscience de Titus quant à sa propre fatuité, mais l’auteure aurait pu nous filer l’information de manière détournée quand même !
 
Je conseillerais ce roman à ceux qui ne cherchent qu’une lecture divertissante, loin de la grande littérature, et qui ne sont pas fans de Jane Austen, parce qu’on ne retrouve rien de la grande dame dans ce roman.
 

Choses � dire

Dire quelque chose

Par Cassie le Lundi 10 décembre 2012 à 16:49
Avis intéressant, mais je ne me lancerais pas dedans :p
Par Elodien le Lundi 10 décembre 2012 à 19:04
Un avis bien .. tranchant x) mais réaliste ^^ j'ai aimé l'histoire d'Aléthéa mais pas le côté "lisez-moi voici la suite d'Orgueil et préjugés" ^^
Par DoloresH le Lundi 10 décembre 2012 à 21:06
Eh bien ça ce n'est pas un coup de coeur ! Je pense que je vais passer mon chemin pour celui-ci ... =)
Par Demoiselle-Coquelicote le Mardi 11 décembre 2012 à 10:29
Je crois que cette auteure n'est clairement pas à conseiller à partir du moment où on a un minimum d'exigences...
Par Kyra le Vendredi 14 décembre 2012 à 18:06
Bon, c'est quand même moins catastrophique que le premier. Espèce de maso va ! xD
 

Dire quelque chose









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/trackback/3220498

 

<< Je l'ai dit après... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast