sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Samedi 10 août 2013 à 14:43

Depuis la sortie de Sœurs sorcières, j’ai vu passer différentes chroniques, généralement positives malgré quelques bémols de-ci de-là, et allez savoir pourquoi, ma curiosité a été piquée. Je lis assez peu de romans qui viennent de sortir, et assez peu de jeunesse aussi. Mais là, j’avais bien envie d’une histoire de sorcières, d’une lecture sans prise de tête. Comme Miss Elody voulait également découvrir ce roman, nous avons fait une lecture commune. Et je n’ai pas été déçue !
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres2/BornWicked.jpg
Ce premier tome (sur trois prévus) commence alors que Cate, l’aînée de trois sœurs orphelines de mères, approche de ses dix-sept ans, vers la fin du XIXème siècle. Or, dans la société où elle vit, c’est l’âge où les jeunes filles doivent annoncer leur engagement, à un mari ou au Seigneur. Se marier ou entrer chez les Sœurs… C’est déjà bien assez difficile comme ça, mais pour Cate c’est pire encore, car elle est une sorcière, ainsi que ses sœurs, Maura et Tess. Et dans cette Nouvelle Angleterre, la Fraternité est toute-puissante depuis la chute des Filles de Perséphone et chasse la moindre sorcellerie mais aussi le moindre écart de comportement des femmes. Cate a promis à sa mère avant qu’elle ne meure qu’elle protègerait ses sœurs, mais comment faire à présent ?
 
Le début du roman est un peu lent. Cate est la narratrice, et Jessica Spotswood prend le temps de nous décrire la vie de jeunes filles issues d’un milieu aisé dans ce monde patriarcal et la problématique qui se pose pour son personnage principal. On apprend également à connaître les trois sœurs et d’autres protagonistes importants. L’intrigue démarre doucement, mais au bout d’un moment chaque chapitre apporte une nouvelle révélation, et j’ai été happée par l’histoire. La société créée par l’auteure n’est pas très originale, non plus que les trames principales de l’intrigue, mais le tout fonctionne bien. Il n’y a pas d’accrocs, je ne me suis dit à aucun moment : « C’est pas logique ! ». J’ai trouvé que le tout était bien équilibré, car si on apprend rapidement que les Frères sont plutôt horribles, et que leur chasse aux sorcières et aux mauvaises mœurs est immonde, ce ne sont pas les seuls à faire de mauvaises choses. Nous n’avons pas d’un côté les méchants et de l’autre les gentils, c’est bien plus diffus que ça, et si comme moi vous vous laissez prendre par la lecture, vous aurez de belles surprises !
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres2/BW.jpg
J’ai également été séduite par les thèmes abordés dans le roman. La famille et l’amour qui unit ses membres, la sexualité, l’adultère, l’alcoolisme, le paraître en société… Autant de sujets qui sont bien traités et que j’espère voir développés dans les prochains tomes. J’ai surtout beaucoup aimé les personnages. J’avais peur de ne pas accrocher avec Cate, mais finalement je l’ai trouvée courageuse, réfléchie, désireuse de bien faire et ne rechignant pas à accepter de voir ses erreurs en face. Elle est loin d’être parfaite et si elle a parfois un caractère de chien ou se plaint un peu, ça ne l’a rendue que plus attachante à mes yeux. La deuxième sœur, âgée de quatorze, Maura, est de loin la plus énervante, mais je pense que c’est largement voulu, et que ce ne sera pas sans conséquence sur la suite de l’histoire. Elle est très irritante mais aussi très réelle, une adolescente perdue, et j’ai éprouvé de la compassion pour elle à la fin du livre. Quant à Tess, je suis déçue qu’on ne la voit pas plus, elle est adorable ! À douze ans, elle n’est plus vraiment une enfant, mais pas non plus une adolescente comme ses sœurs, et elle est d’une perspicacité et d’une intelligence prodigieuse. C’est, de loin, la plus à plaindre des trois je pense, et j’espère vraiment que tout se passera bien pour elle (croise les doigts pour les tomes suivants !).
 
Parlons rapidement des autres personnages. J’ai adoré Finn, je l’ai trouvé génial, tout à fait mon genre ! Contrairement à d’autres lectrices, je n’ai pas trouvé qu’il était le beau gosse habituel des romans pour ados, bien au contraire. Par contre, je n’ai vraiment pas aimé du tout Paul, que j’ai eu envie de claquer quasiment depuis le début. Même sensation avec Elena, que j’ai cordialement détestée dès son apparition. Frère Ishida est juste comme il faut vu le rôle que l’auteure lui a attribué, et les détails qu’elle nous livre à son sujet sont croustillants.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Pourleblog/Logoanglais.jpg
Je me suis lancée dans la lecture en anglais sans trop d’hésitation vu qu’il s’agit d’un roman jeunesse, et en effet je l’ai trouvé très abordable. L’auteure emploie un ton facile à comprendre mais insère aussi quelques tournures de phrases ou mots de vocabulaire un peu plus élaborés qui nous emmène plus facilement dans l’époque où se situe l’histoire. Par contre, j’ai tout de même senti à certains moments un peu trop de liberté et des phrases qui seraient anachroniques dans un roman écrit à cette époque, mais rien de vraiment grave ou choquant. Ce qui m’a le plus gênée, ce que je n’ai vraiment pas aimé, c’est cette fichue narration au présent. Le temps pour raconter les histoires, c’est le passé pour moi, et si le présent peut parfois être utilisé pour un effet de style, ça doit rester rare. Ça m’embêtait vraiment beaucoup au début, mais plus l’histoire avançait et moins j’y faisais attention. Néanmoins, le livre aurait vraiment été meilleur avec une belle narration au passé.
 
J’ai été très agréablement surprise par ce roman, et j’ai hâte de lire la suite (mieux vaut ne pas trop me presser tout de même, car le tome 3 n'est pas encore sorti en VO), alors que généralement ce n’est pas vraiment mon genre de lecture. Jessica Spotswood a véritablement du talent à mon sens, et je ne manquerai pas de suivre son travail !
 

Deux petits extraits de la pensée des Frères :
 
Submission,” he announces. “You must submit to our leadership. The Brotherhood would lead you down the path of righteousness and keep you innocent of the world’s evils. We know you want to be good girls. We know it is only womanly frailty that leads you astray. We forgive you for it.
 
When the witches were in power, they did not encourage girls to take their rightful place in the home. They cared nothing for protecting girls’ virtue. They would have women aping men – dressing immodestly, running businesses, even forgoing marriage to live in unnatural unions with other women.
 

Choses � dire

Dire quelque chose

Par noisette2011 le Samedi 10 août 2013 à 15:36
Un livre qui me tente beaucoup.
Je préfère cette couv là n'empêche !
Par Elodie le Samedi 10 août 2013 à 16:47
Je pense que mon avis rejoindra le tien ^^ J'ai hâte de lire la suite aussi mais... je vais devoir encore patienter ><
Par Demoiselle-Coquelicote le Samedi 10 août 2013 à 16:48
Ça vaut le coup de craquer ;)
Par Demoiselle-Coquelicote le Samedi 10 août 2013 à 16:49
Pas de date prévue pour le tome 2 en France ?
Par Fanny Netherfield Park le Samedi 10 août 2013 à 19:07
Quand j'ai vu que c'était Nathan qui avait édité ce roman j'ai eu peur me disant qu'il allait être très jeunesse. Vu les avis, et le tien particulièrement, je suis plutôt rassurée. Je le commence demain j'ai hâte! :)
Par Matilda - Caprices le Samedi 10 août 2013 à 19:56
La narration au passé ne me dérange pas en anglais en fait ; je n'y avais même pas fait attention et c'est à la moitié du bouquin que je me suis rendue compte que ça l'était. J'ai lu de très bons bouquins narrés au présent, c'est juste que ça change nos habitudes et je ne suis pas persuadée que le passé soit LE TEMPS de la narration, indétrônable et le meilleur, c'est juste celui auquel on est habitué.
Enfin bref, même si je n'ai pas autant aimé que toi, j'avais adoré le début, et déchanté après ; je suppose que si ce premier t'as plus, la suite sera à la hauteur et en plus tu peux la lire rapidement puisqu'elle est déjà sortit en anglais ^^
Par Demoiselle-Coquelicote le Samedi 10 août 2013 à 20:34
C'est peut-être plus habituel en anglais, je ne m'y connais pas assez pour dire. Mais en français, j'ai vraiment horreur de ça. Si tu as des exemples de bons livres écrits ainsi, je suis curieuse de voir ça ^^
Par Demoiselle-Coquelicote le Dimanche 11 août 2013 à 11:48
Tiens-moi au courant ;)
Par Matilda - Caprices le Dimanche 11 août 2013 à 12:22
Je ne sais pas si tu as lu les A comme association déjà, mais ils sont tous au présent et je trouve que ça coule tellement bien qu'au départ je ne m'étais pas rendue compte que c'était ce temps-là qui était utilisé. Par contre parfois c'est juste vraiment bizarre. La saga Malaussène de Pennac aussi au présent, et pour le moment je n'ai plus d'autres titres en tête :)

Et oui je crois avoir rencontré plus de narrations au présent en anglais, et jamais ça ne m'a vraiment choqué puisque quand je lis je ne me fais une traduction littérale dans la tête.
Par Demoiselle-Coquelicote le Dimanche 11 août 2013 à 12:28
Je dois les lire les A comme association (mes lectures de jeunesse ont beaucoup tourné autour d'Ewilan et du Livre des Etoiles !), donc je pourrais voir ^^ Je ne traduis pas non plus quand je lis en anglais, mais ça m'ennuie autant qu'en français. L'une de mes nombreuses petites manies ;)
 

Dire quelque chose









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/trackback/3247848

 

<< Je l'ai dit après... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast