sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Vendredi 29 août 2014 à 17:53

J’ai entendu parler de Soie par le film d’abord. Je fais partie de ces personnes qui apprécient beaucoup Keira Knightley, et ce film fait partie de sa filmographie. Quand j’ai vu qu’il s’agissait d’une adaptation d’un roman d’Alessandro Baricco généralement très apprécié et en plus très court, je me suis dit que je ferai l’effort de le lire avant de voir le film. Le voilà lu, j’espère voir le film bientôt, même s’il est apparemment un peu différent.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres2/Soie.jpg
Dans les années 1860, un homme nommé Hervé Joncour voyage une fois par an pour aller acheter des œufs de vers à soie. Lorsqu’il devient impossible de passer par le fournisseur habituel en raison d’une épidémie, il est envoyé au Japon par les sériciculteurs de Lavilledieu pour rapporter des œufs sains. Ces voyages à l’autre bout du monde vont changer sa vie.
 
Il est vraiment difficile de faire une chronique d’un livre si court et si bon. Je ne savais pas à quoi m’attendre en commençant ce roman, et j’ai été très agréablement surprise. L’écriture et le héros semblent liés : ils se laissent aller, coulent leurs jours sans y prêter attention. Comme le dit l’auteur, Hervé Joncour est un homme qui ne vit pas sa vie mais qui y assiste, en tout cas au début. Baldabiou lui demande d’aller chercher des œufs, il va chercher des œufs. Il ne se pose pas de question, il n’est pas prise de tête. Il a une femme, Hélène, alors il l’aime.
 
Seulement, le Japon ce n’est pas n’importe quel pays. À cette époque, il commençait seulement à s’ouvrir au monde extérieur, et ce avec mille précautions. Les différences culturelles étaient encore plus énormes qu’aujourd’hui. Alessandro Baricco fait passer cela très finement, sans en faire des tonnes et sans dire de bêtises. Quelque part, il reste assez prudent. Je pense aussi que s’il n’a pas creusé davantage (il aurait pu décrire dans le détail les vêtements, les lieux, la nourriture…), c’est pour garder ce côté évanescent du roman qui participe grandement de sa poésie et de sa pureté, qui en fait un livre inoubliable. Je pense vraiment m’en souvenir pendant longtemps et je le relirai avec plaisir.
 
Et voir cela, rencontrer Hara Kei et sa concubine, change Hervé Joncour. Le désir, la passion s’immiscent en lui, malgré son autre vie, loin de l’autre côté du globe. Il se perd un peu, se reprend aussi, puis retombe. L’auteur nous mène avec sa plume, nous fait voyager et instaure une sorte de complicité avec le lecteur par des répétitions qui font penser à un doux conte (la citation reproduite au bas de l'article revient chaque fois que Hervé Joncour fait le voyage jusqu'au Japon, avec une légère variante). Cette douceur côtoie la violence du désir, sexuel mais pas que, mais si je poursuis cette analyse je vais vous raconter la fin, que j’ai trouvée poignante, magnifique, inattendue en plus, car elle change notre regard sur les personnages. Le passage de la lettre est véritablement sublime.
 
Je ne peux que vous encourager à lire ce roman, il prendra peu de votre temps tout en vous procurant une magnifique expérience de lecture. Pour ma part, il m’a vraiment marquée.
 
"Il passa la frontière près de Metz, traversa le Wurtemberg et la Bavière, pénétra en Autriche, atteignit par le train Vienne puis Budapest et poursuivit jusqu’à Kiev. Il parcourut à cheval deux mille kilomètres de steppe russe, franchit les monts Oural, entra en Sibérie, voyagea pendant quarante jours avant d’atteindre le lac Baïkal, que les gens de l’endroit appelaient : mer. Il redescendit le cours du fleuve Amour, longeant la frontière chinoise jusqu’à l’Océan, et quand il fut à l’Océan, resta onze jours dans le port de Sabirk en attendant qu’un navire de contrebandiers hollandais l’amène à Capo Teraya, sur la côte ouest du Japon."
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Pourleblog/ChallengeXIXeme2.jpg
 

Choses � dire

Dire quelque chose

Par Elodie le Dimanche 31 août 2014 à 14:53
Tu me donnes encore plus envie de le lire là =) très bel avis !
Par Demoiselle-Coquelicote le Dimanche 31 août 2014 à 15:07
Je crois que j'étais inspirée pour celui-là ! ;)
Par Scarlett Julie le Dimanche 31 août 2014 à 18:16
Je l'ai lu il y a 4 ou 5 ans maintenant, j'en garde un bon souvenir, et ton billet me donne envie de le relire !
Par Demoiselle-Coquelicote le Dimanche 31 août 2014 à 18:28
Ça ne te prendra pas longtemps et ça te fera repasser un bon moment ^^
Par Jane Austen and her world le Mercredi 1er octobre 2014 à 11:43
Je n'ai vu que le film et je suis restée perplexe sur l'histoire. J'attends ton avis sur le film. Peut-être que je me lancerai dans la lecture du livre après :)
Par Demoiselle-Coquelicote le Mercredi 1er octobre 2014 à 18:43
Il n'y a pas vraiment d'histoire, c'est très particulier. Je ne pense pas que ce soit bien adaptable en film, mais je ne peux pas dire, je ne l'ai pas encore vu. En tout cas je te conseille le livre, même si le film ne t'a pas plu !
 

Dire quelque chose









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/trackback/3268237

 

<< Je l'ai dit après... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast