sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Lundi 22 octobre 2012 à 15:34

Hop, je fais d'une pierre deux coups avec cet article qui vous donne mes impressions sur les deux films que j'ai vus samedi (finalement nous ne sommes pas retournés au cinéma dimanche).

Dans la maison :

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Danslamaison1.jpg

Dans la maison
, de François Ozon, est un film particulier. Je crois que c’est le premier film de ce style (que je qui incapable de définir ou d’expliquer) que je vois, et ça m’a plu, même si je sens que ça risque d’être difficile de dire pourquoi !
 
Germain (Fabrice Luchini) est professeur de français dans un lycée qui expérimente le retour du port de l’uniforme chez les élèves. Dans la classe de seconde où il enseigne, il y a Claude (Ernst Umhauer). La première rédaction de Claude retient l’attention de Germain. Ce gamin a un don pour raconter. Mais les rédactions, qui se multiplient, parlent de la famille d’un autre gamin de la classe, Rapha, de ce qui se passe « Dans la maison » où Claude réussit à entrer de plus en plus souvent par l’intermédiaire du fils.
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Danslamaison2.jpg  [ Yummy !]
 
Ce film aborde entre autres thèmes la façon d’écrire les histoires, d’être auteur en somme, vous comprenez pourquoi ça m’a intriguée ! Mais c’est aussi le côté un peu glauque qui m’a attirée. Le gamin (hum, l’acteur est plus âgé que moi) s’immisce dans la famille, les observe longuement à leur insu, les manipule… Seulement eux ? Où est la vérité, où commence l’imagination ? Germain se laisse fasciner, le spectateur aussi. Impossible de détacher les yeux et les oreilles, il faut savoir, il faut être voyeur aussi. J’ai beau réfléchir au film, à sa fin surtout, je crois que je n’ai pas tout compris, il faudra que je revoie le film. Ernst Umhauer, que je ne connaissais pas, m’a proprement bluffée. J’étais scotchée par son regard. Il a un tel aplomb ! Ma critique n’est pas très claire, mais ce qu’il faut en retenir c’est que j’ai vraiment trouvé ça bien, je le conseille !

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Danslamaison4.jpg
[Cette scène était... Pertroublante, pour reprendre l'expression d'une amie !]

 
Ted :

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/TEDfilmcinemaavispreview.jpg
Cette critique sera rapide, je trouve qu’il n’y a jamais grand-chose à dire sur les comédies, en particulier américaines. Ted, c’est l’histoire de John Bennett (Mark Wahlberg) et de son ours en peluche, Ted, rejoints ensuite par Lori (Mila Kunis), la copine de John. Il se trouve que John a fait un vœu à Noël, quand il avait huit ans. Se sentant très seul, il a souhaité que l’ours qu’il venait de recevoir parle vraiment, et reste son ami à jamais. Et c’est ce qui se passa. A 35 ans, John vit toujours avec Ted, bien qu’il ait emménagé avec Lori. Les deux potes passent l’essentiel de leur temps libre ensemble, à regarder Flash Gordon et à fumer des bangs, ce qui va finir par exaspérer Lori.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/MarkWalhbergMilaKunisTed.jpg  
Ce film est à mon avis à la fois une comédie et une comédie romantique. Par conséquent, tout se déroule et se termine exactement comme on l’imagine, et j’avoue que ça m’a un peu lassée, malgré quelques bonnes blagues (notamment la toute dernière !) qui m’ont vraiment fait rire. Même Mila Kunis m’a paru moins belle et moins drôle que d’habitude. Pour une bonne comédie romantique avec elle, je vous conseille très fortement Friends with benefits (le titre français était Sex friends je crois), avec Justin Timberlake. Revenons à nos oursons. Ted est une peluche. Pour moi, une peluche, c’est innocent, tout gentil et tout ça. Or, le réalisateur a joué sur ce postulat en faisant de Ted un trentenaire rentre-dedans, qui ne pense grosso modo qu’à la picole et aux filles. De ce fait ça choque, et ça déclenche les rires. Beaucoup de mots vulgaires, d’argot américain. Pour l’humour est assez facile, assez lourd, mais les nombreux « guest stars » du film (je ne vous dirai pas qui, il ne faut pas gâcher la surprise) contrebalancent bien cet aspect. Beaucoup de passages creepy quand même.
 
En résumé, Ted fait passer un bon moment, mais une seule fois. A ne pas revoir pour moi, et payer la place de ciné quand on n’a pas de carte illimitée n’est pas utile je trouve, dans le canap’ à la maison c’est aussi bien.
 

Jeudi 20 septembre 2012 à 19:39

Avant de vous parler un peu de The Secret, film que j'ai vu la semaine dernière, deux-trois petites choses. J'ai changé les noms des catégories, certaines personnes m'ont dit ne pas s'y retrouver avec mon franglais. Par contre je conserve cette manie pour les titres, surtout quand c'est pour mettre le titre original d'un livre ou d'un film. Hier soir, c'était la réunion du club de lecture, pour parler du roman de Jean Teulé Le Montespan. J'en profite pour vous dire que le club a désormais un blog où vous pourrez trouver toutes les informations possibles et imaginables (bon là il a une journée, mais quand même, bientôt il y aura tout plein de choses dessus !). C'est ici : L'île aux livres. J'en suis l'une des modératrices, ça me rend trop fière, même si pour l'instant je n'ai encore rien fait dessus. À part ça, c'est toujours pas la joie, j'ai eu ma mère au téléphone qui m'a sorti texto : "en même temps t'as choisi une voie pourrie où tous les boulots sont chiants". Ah, bon, merci. Alors j'ai gueulé un peu quand même. Bon et puis je n'ai toujours ni ma carte transpole, ni ma carte bancaire, mais au moins ma carte d'identité est arrivée à la mairie. Je ne sais pas quand je pourrais aller la chercher par contre, vu que c'est à 200km et que j'ai cours le samedi matin compris (oui, ma vie est merveilleuse là tout de suite). J'avance peu dans mes lectures, mais je vois arriver le bout de La cloche de détresse et de Fascination. Ensuite je me lancerai dans une LC, mais je vous en dirai plus dans un autre article. Vous l'avez peut-être remarqué, samedi dernier il n'y a pas eu de On my wishlist, et hier ps de sorties ciné. Mon emploi du temps étant nettement plus chargé que pendant juillet et août, je dois revoir mes priorités et si j'adore ce blog, je ne peux cependant pas l'alimenter de façon très fréquente, les rendez-vous hebdomadaires sont une contrainte plus qu'autre chose, je ne les ferai donc que lorsque j'aurai vraiment du temps. Et je vous rappelle que vous pouvez toujours aller lire le chapitre trois du Crépuscule Sanguinolent juste ici.

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/91/23/32/20160816.jpg

Cet article sera rapide je pense, je ne me vois pas m’étendre sur ce film ! D’abord j’ai du mal à comprendre le changement de titre, quel intérêt de mettre un titre en anglais différent ? The Tall man c’était très bien, mais ils ont préféré The Secret. Bon. Je salue par contre la BA, qui ne dévoile vraiment rien du film, ces temps-ci ça se fait rare ! Et je dis non à l'affiche : Sixième Sens est d'un niveau bien supérieur.
 
Pour ce qui est de l’histoire, nous sommes dans un coin paumé de l’Etat de Washington et depuis plusieurs mois, la ville dépérit : la mine a fermé, plus de boulot, et en plus des enfants disparaissent. Qui les enlève ? Et où sont-ils ? On va suivre Jenny, adolescente qui observe tout ça, et Julia, infirmière. Très vite, l’ambiance devient angoissante, sombre, et on se demande ce qu’il se passe.
 
J’ai trouvé que le film était bien tourné, j’ai beaucoup aimé le jeu délicat de l’actrice qui joue Jenna, Jodelle Ferland (vu en Bree dans le troisième film de la saga Twilight), et le jeu des acteurs en général m’a paru bon. A partir de la moitié du film, je n’arrêtais pas de penser « WTF ?? », parce que même si j’avais une idée assez précise de ce qui se passait, le film brouille bien les pistes. J’ai attendu la toute fin pour avoir la confirmation de ce que je pensais. Je ne suis pas sûre que l’idée avancée à la fin soit le message à retenir du film, ce n’est qu’une possibilité pour expliquer le millier d’enfant qui disparaît chaque année et qui n’est pas retrouvé, et aussi c’est une façon de nous faire réfléchir sur des questions sociales qui sont bien plus graves aux Etats-Unis qu’ici quand on sait comment vit une grosse partie de la population américaine.
 
J’ai bien aimé ce film, mais je ne le reverrai pas. Par contre, j’aimerais suivre Jodelle Ferland, comme j’essaie de suivre Shailene Woodley par exemple.

http://static.tvguide.com/MediaBin/Galleries/Movies/S_Z/Ta_Th/Tall_Man_the/1/the-tall-man-05.jpg

Vendredi 10 février 2012 à 17:41

Puisque j'ai finalement aimé et que Kyra me l'a demandé, je m'atèle à un article sur ce film. Au passage, je vous annonce solennellement que ça y est, j'ai vu un film de la saga Star Wars. Le premier dans l'ordre des évènements de cette très très lointaine galaxie, donc La Menace fantôme, en 3D en plus. Je vous en parlerai peut-être, je ne sais pas, je me sens flemmarde. Bref, Millenium, adapté du roman de Stieg Larson :

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/MilleniumdeFincheraffiche.jpg

Si vous ne le savez pas, vous avez le savoir dans un très court instant, je suis une froussarde. J'ai peur de beaucoup de choses, et par conséquent je n'aime pas les films d'horreur (je déteste ça même), et ça s'étend assez largement aux thrillers et aux polars angoissants. Je n'aime pas trop le genre policier en général (un peu paradoxalement, j'adore Agatha Christie, mais c'est très soft !), donc j'avais fui comme la peste les bouquins et les premiers films qui en ont été tirés. Là j'ai vu la bande-annonce, j'étais pas chaude du tout, mais chéri avait lu le premier tome et m'assurait que c'était très bien. Comme il faut bien la rentabiliser ma petite carte illimitée, on est allés voir ce film. 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/9/7/5/9782742761579.jpg
De David Fincher, je ne connaissais que L'Étrange Histoire de Benjamin Button, que j'ai adoré. En fait, je n'avais même pas fait le rapprochement sur le coup, parce que ce n'est pas du tout le même genre. Mais peut-être est-ce pour ça que j'ai aimé, allons savoir ! De ce fait, je suis assez motivée pour regarder The Social Network maintenant. Bref. Au cas où vous ne seriez pas au courant de l'intrigue, un petit récap' : Mikael Blomkvist est journaliste, il vient de perdre un procès qui le discrédite beaucoup dans son rôle d'investigateur. Alors qu'il souhaite prendre un peu de recul et ne pas se faire remarquer quelque temps, il est contacté par Henrik Vanger pour découvrir qui a tué sa nièce Harriet, de longues années auparavant. En acceptant ce travail, il va être amené à rencontrer Lisbeth Salanger, une jeune fille au passé tourmenté qui elle aussi est spécialisée dans les investigations. Cette recherche de la vérité sur l'île où vit la famille Vanger sera plus dangereuse qu'il n'y paraissait d'abord.

Je n'en ai pas trop dit, je vous assure. Ce que j'ai à dire de ce film, c'est d'abord qu'il est très bien construit, parce que je n'ai pas lu le livre (qui est assez gros quand même), et pourtant j'ai très bien suivi le déroulement de l'intrigue. Mais j'ai été un peu chamboulée au début, le générique est assez spécial. J'ai vite lancé mon regard ailleurs parce que je n'aimais pas fort ce que je voyais. Mais après, ça va mieux. Le film est haletant et bourré de suspense, au bout d'un moment on veut absolument savoir qui est le meurtrier. Je n'aime pas beaucoup (voire pas du tout) Daniel Craig, mais je l'ai trouvé bon et convaincant dans ce rôle de Mikael. Quant à la jeune Rooney Mara, elle est bluffante. Il y a bien quelques passages durs, mais je pense que généralement le réalisateur a choisi de ne montrer que des choses supportables (contrairement au réalisateur suédois des premières adaptations, qui apparemment est allé à fond dans le peu ragoûtant). Les décors mettent parfaitement dans l'ambiance (j'avais bien froid pour eux, et par moment j'avais bien peur pour eux aussi), les acteurs globalement sont très bien. Je pense que ce qui fait que j'ai tant aimé, que j'ai trouvé que c'est un si bon film, c'est la façon par laquelle on est tenu en haleine par cette histoire. Tout son mérite vient donc, j'imagine, de sa capacité à avoir retranscrit l'intérêt de l'intrigue policière du roman initial. En tout cas, maintenant, j'ai envie de lire le bouquin, même si je sais que je vais être terrorisée par moment. J'aimerais découvrir la suite aussi, même s'il paraît qu'elle est décevante par rapport au premier opus.

Fiche :
Millenium : The Girl With The Dragon Tatoo de David Fincher
Sorti le 18 janvier 2012 en France
Avec notamment Daniel Craig, Rooney Mara
Musique de Trent Reznor


Bande-annonce :



Vale.

Jeudi 29 décembre 2011 à 23:04

Je l'attendais impatiemment celui-là, pour plusieurs raisons. D'abord parce que j'aime beaucoup Viggo Mortensen (surtout en Aragorn, ahem) et Keira Knightley (je sais que beaucoup de gens ne l'aiment pas, n'apprécient pas son jeu d'actrice mais moi j'aime beaucoup, et je la défends de plus en plus), mais aussi parce que je suis curieuse de voir Michael Fassbender ailleurs que dans Shame (sur lequel je n'ai pas encore fait d'article, mais ça viendra, du moins je l'espère). Et aussi parce que je me rappelle vaguement de mes cours de philo sur le conscient et l'inconscient, et que la bande-annonce me plaisait bien et que la musique est de Howard Shore (compositeur du Seigneur des Anneaux, mais je compte vous faire, un jour, peut-être, un article sur ces "inconnus" à qui l'on doit des films de grande qualité, parce qu'un film sans une bonne BO ne peut pas être un bon film), bref je le sentais bien ce petit film de Cronenberg (réalisateur dont je viens de voir le premier film, même si ça fait un moment que je dis que je vais regarder Eastern Promises).

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Adangerousmethod3.jpg
Je n'ai pas été déçue du tout. Le début nous met directement dans l'ambiance à la limite du malsain, avec des questions, des interrogations qui pèsent et qui mènent les trois personnages principaux. Le film commence en 1902 si je me rappelle bien, lorsque Sabina Spielrein, russe et juive, est interné dans l'hôpital où travaille le jeune Dr Jung, qui souhaitait justement expérimenter "the talking cure" de Sigmund Freud. Il va réussir à la soigner grâce à cette méthode, mais les choses se compliquent lorsqu'il parvient à la soigner et qu'ils deviennent plus intimes, et qu'il rencontre Sigmund Freud mais en revient plutôt déçu.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Adangerousmethod2.jpg
Il est certain que ce n'est pas un film de détente, il faut bien écouter, réfléchir, et tout... psychanalyser. Tout le film fait des références, renvoie à des idées de la psychanalyse, aux rêves et à leurs interprétations, au moi, aux névroses, et tout donne à réfléchir. En cela le jeu des acteurs est excellents, et en particulier celui de Keira Kngithley, car ses gestes nous guident vers la compréhension de ce qui n'est que suggéré. Michael Fassbender est très convaincant également, même si son rôle appelle à une performance moindre que celle de Keira Kngithley. Je lui reprocherais tout de même un petit quelque chose qui me dérange dans son expression, qui reste trop figée. Ses yeux surtout ne sont pas vivants je trouve. Quant à Viggo Mortensen, il joue un Freud assez désagréable qui colle bien je pense avec la personnalité de cet homme si controversé. Son jeu est bon, là aussi plein de sous-entendus que nous nous sommes essayés à décrypter en sortant du film. Il nous faudra encore de nombreux visionnages pour prétendre y parvenir, mais qu'importe, j'ai très envie de le revoir lorsqu'il sortira en DVD/Blu-ray. C'est réellement un film très intéressant, j'ai beaucoup apprécié, et si ce genre de sujet vous botte un peu, n'hésitez pas. Certes on retrouve les idées très "sexualistes" (je viens d'inventer le mot, mais peut-être que ça existe, je veux dire "axé sur la sexualité"), ai-je envie de dire, de Freud, et les cas qui sont présentés sont à la limite par moment du malsain comme je le disais plus haut, mais c'est très bien présenté et David Cronenberg a su chaque fois s'arrêter au bon moment, ne pas dépasser justement cette limite qui gênerait vraiment. Vincent Cassel, en Otto Gross, personnage que je ne connaissais pas du tout, m'a bien fait rire (le terme n'est pas tout à fait exact, mais qu'importe), et achève de me réconcilier avec cet acteur que je n'aimais pas beaucoup il y a quelques années. Les choix de plan, de mise en scène sont très fins et portent très bien le film et son ambiance. Certains plans sont véritablement très soignés, très esthétiques et contrebalancent bien des éléments du film un peu lugubres.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Adangerousmethod1.jpg http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Adangerousmethod4.jpg
Fiche :
A Dangerous Method, de David Cronenberg
Sorti en France le 21 décembre 2011
Avec notamment Michael Fassbender, Viggo Mortensen, Keira Knightley et Vincent Cassel
Musique de Howard Shore



Comme toujours, mon propos est un peu en bazar, excusez-moi ! Je n'ai pas fait d'article sur les sorties ciné de la semaine, j'en suis désolée (mais sûrement que vous vous en fichez ^^), en même temps avec le déménagement et les révisions (qui commencent enfin à avancer un peu) je n'avais pas trop le temps, sans compter que je n'avais pas internet mais maintenant c'est fait, bref, je vous ai programmé un article récap' pour les deux semaines. En tout cas, profitez du mauvais temps pour bouquiner, regarder de bons films et/ou séries, passer du temps avec vos proches et tout ça bien au chaud !

Vale.

Jeudi 1er décembre 2011 à 9:00

Au début je ne voulais pas le voir parce que la bande-annonce laissait penser que c'était un film du genre de Fast & Furious, ce qui n'est pas du tout mon genre de film. Mais Serpe-hier avait dit qu'il était génial. Comme elle complimentait la bande-son, je suis allée l'écouter et elle m'a fait un petit quelque chose, alors je me suis demandé ce que pouvait bien donner le film, qui avait l'air d'être très particulier. C'est comme ça qu'un soir, je me suis lancée et je suis allée voir Drive (on dirait que je raconte un épisode tragique de ma vie, mais non).

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Drive.jpg
Je n'avais jamais vu jouer Ryan Gosling, je ne connaissais pas non plus le réalisateur, j'y allai donc les mains dans les poches, avec tout de même un léger a priori négatif. Je ne dirais pas que j'ai adoré parce que c'est faux, mais j'ai trouvé que c'était un très bon film. Le "driver", on ignore son nom. Il roule, parce qu'il aime ça. Il parle très peu, on ne sait pas ce qu'il pense, ce qu'il veut. Il aide des malfrats à s'enfuir, il est payé pour ça, mais l'argent ne le motive pas. C'est juste l'adrénaline de rouler. Pareil le jour, quand il est cascadeur automobile. Il accepte de tenter de faire son entrée sur les circuits pro, mais là encore pour le plaisir, sauf que deux types de la mafia ont misé sur lui, sur les conseils de son mentor. En même temps, il se lie avec ses voisins, Irene et son fils, qui attendent le retour de leur père et mari, qui est en prison.

Le film est très intense, avec des gros plans, des passages qui semblent s'éterniser mais qui font toute la force de Drive, car on a tout le loisir d'examiner les traits des personnages (et de remarquer leur jeu impeccable), de se demander ce à quoi ils songent, pourquoi, ce qu'il va en découler. Impossible à mon sens de prévoir ce qui va arriver car le film ne suit aucun des schémas classiques auxquels nous sommes habitués. C'est violent, mais pas à l'excès (avertissement, interdit aux moins de de 12 ans). La violence sert le fond de l'histoire, elle a un but. J'ai bien quelques critiques négatives à formuler tout de même : certaines incohérences. Je pense qu'à force de se balader avec une veste pleine de sang, même séché, ça se remarque, or notre driver se balade comme si de rien n'était, sans se faire repérer. Bon. On oublie ce genre de petits détails quand la musique se met en route et vous transporte, quand la fin vous laisse pantois (pour ma part en tout cas !). Je ne sais pas si c'est un film que j'aurai envie de revoir, mais je ne suis pas déçue de m'être déplacée pour le découvrir. Je pense qu'il mérite ses bonnes critiques. Et je dis tout ça alors que je ne regarde quasiment pas de films d'action, et que j'ai les bagnoles plus ou moins en horreur. J'ai hâte de voir d'autres films avec cet acteur, je suis vraiment très déçue d'avoir raté Les Marches du pouvoir. Faudrait que je vois Crazy Stupid Love aussi, même si je ne suis pas très emballée. Qu'en avez-vous pensé si vous l'avez vu ? Ou si non, avez-vous envie de le voir ?

Fiche :
Drive, de Nicolas Winding Refn
Sorti en France le 5 octobre 2011
Avec notamment Ryan Gosling, Carey Mulligan
Musique de Cliff Martinez



Vale.

Dimanche 27 novembre 2011 à 20:21

Comme annoncé un peu plus tôt, je suis allée voir Time out. J'aimerais savoir pourquoi le besoin a été ressenti de changer "In time" en "Time out", mais bref. Je n'étais pas particulièrement enthousiaste, disons que j'étais partagée : je n'avais vu qu'un film d'Andrew Niccol, Lord of war, et je n'avais pas aimé du tout (maintenant je me dis que c'est certainement à cause du sujet qui ne me passionne pas et de Nicolas Cage, un acteur que je n'apprécie absolument pas pour diverses raisons), j'avais vu deux films vraiment pas terribles avec Amanda Seyfried (Mamma mia ! et Jennifer's Body) mais en même temps j'apprécie Justin Timberlake en tant qu'acteur. J'avais quand même pas mal accroché à la bande-annonce (que je connaissais par coeur à force, heureusement qu'elle ne dévoile quasiment rien du film), je trouvais le sujet intéressant, l'idée originale. Je suis ressortie contente d'avoir affronté la foule et le noir pour aller jusqu'au ciné.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/intimemovie.jpg[J'aime bien les affiches, elles sont classes.]

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/OliviaWilde.jpgIn time se déroule dans un futur assez proche (au vu des bâtiments, des transports, de la façon de vivre, etc) où le temps est tout. Les êtres humains ont été modifiés de telle façon qu'ils cessent de vieillir à 25 ans, mais lorsqu'il atteignent cet âge le compteur qu'ils portent sur l'avant-bras gauche se positionne sur 24h restent et commence à s'écouler, vers les treize zéros qui causent la mort immédiate. Will Salas (Justin Timberlake) vit dans la zone 12, où la vie est très chère (on paye en temps, année, mois, heures, minutes...) et où l'on vit parfois moins des 24h. Sa mère (Olivia Wilde <3) vient d'avoir 50 ans, ou plutôt 25 ans depuis qu'elle a 25 ans. Il ne lui reste que quelques heures à vivre. Pendant qu'elle va travailler pour gagner ces dernières heures qui lui permettront de dire adieu à son fils, celui-ci se rend dans un bar avec son ami (Johnny Galecki, Léonard dans The Big Bang Theory) où il aide un homme, Hamilton, qui a un siècle au compteur à échapper à des voleurs de temps. Mais l'homme, riche de ses années, très vieux malgré son physique de 25 ans, ne veut plus vivre, il est dégoûté qu'il faille faire mourir des milliers de personnes pour que quelques unes puissent vivre éternellement. Pendant que Will dort, il lui transfère son siècle, et va attendre la mort. Will se rend alors à Greenwich, une zone très riche, et cherche ce qu'il va faire de son siècle. Il rencontre Sylvia Weiss (Amanda Seyfried), fille d'un homme extrêmement riche en temps, mais il est rapidement pris en chasse par un time keeper et son équipe, ainsi que par le voleur qu'il a détroussé en aidant Hamilton.


 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/intimemovieposter.jpg[L'affiche française c'est celle-là, mais là c'est la version anglaise XD]

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/JohnnyGalecki.jpgOn dirait que je vous ai raconté beaucoup de choses, mais en fait pas vraiment. Le film explique de beaucoup de façon différente comment fonctionne ce monde où le temps est tout, mais aurait pu pousser le raisonnement encore plus loin. En même temps (hoho), était-ce vraiment nécessaire, puisque le temps n'est jamais ici que la métaphore de l'argent, valeur suprême dans notre monde à nous ? Bref, je ne vais pas philosopher. C'est un film d'action, avec des armes, des gens qui courent, une musique qui pète et tout. Ce n'est pas trop mon truc, mais j'ai réellement bien aimé. Certaines scènes étaient prévisibles (à cause de la bande-annonce sue sur le bout des doigts ou simplement par déduction), cependant dans l'ensemble je me demandais souvent ce qui allait se passer ensuite. Amanda Seyfried a commencé à monter dans mon estime, et Justin Timberlake continue d'y grimper. J'ai été heureuse d'apercevoir deux acteurs de série que j'apprécie, bien que je regrette qu'Olivia Wilde ne soit pas plus présente. J'ai été impressionnée par le fait qu'Amanda Seyfried ait passé un temps assez conséquent à courir avec des talons d'une hauteur vertigineuse ! Même si l'humour était peu présent, il apparaît par moments tout de même. Le fait que tout le monde soit figé à 25 ans est assez perturbant, notamment quand on te présente plusieurs personnes qui ont manifestement le même âge alors qu'en réalité des dizaines d'années les séparent. Parfois, on donnerait un peu plus de vingt-cinq ans à certains personnages, mais rien d'exagéré non plus. Je n'ai pas grand-chose à dire de plus, je fatigue déjà. Si je repense à d'autres remarques à faire, je les ajouterai. Il ne me reste qu'à voir Bienvenue à Gattaca du même réalisateur., qui est apparemment très intéressant et un peu dans le même genre.

Fiche :
In time, de Andrew Niccol
Sorti en France le 23 novembre 2011
Avec notamment Justin Timberlake, Amanda Seyfried, Olivia Wilde, Cillian Murphy, Johnny Galecki
Musique de Craig Armstrong


Vale.

Jeudi 10 novembre 2011 à 17:08


Allez, là je suis motivée pour un bon coup de gueule, qui n'aura peut-être même pas lieu d'être ça se trouve mais peu importe, je dois le dire. Donc j'ai vu The Lady en avance. J'étais certaine (mais alors vraiment certaine) que ce petit bijou aurait nécessairement le label des spectateurs UGC. Je suis allée au cinéma en début d'après-midi, la bande-annonce est passée et rien. Il n'y avait pas cette fameuse phrase "Le film dont vous allez voir la bande-annonce a reçu le label des spectateurs UGC" (ou un truc du genre). Non. Par contre, j'ai vu cette petite phrase juste avant la bande-annonce de L'ordre et la morale. Vraiment ? Vous êtes sérieux ? Je pensais que les quatre cons derrière nous à la séance de The Lady était un cas unique, ou très minoritaire, mais il semblerait que non. Alors peut-être que L'ordre et la morale mérite ce label (quoique mes premières impressions ne vont vraiment pas dans ce sens, je sais c'est pas bien d'avoir des préjugés), mais il ne le mérite certainement pas au détriment de The Lady. Je ne vais pas argumenter, je trouve ça simplement nul, alors j'espère que je me trompe, que c'est juste qu'ils n'ont pas encore mis la petite phrase et que quand il sortira, il l'aura ce label. Je sais que ça ne vaut rien ce truc, mais voilà, j'y ai participé et je me sens concernée. Fin du coup de gueule, vous êtes en droit de ne pas y prêter attention.

Parlons maintenant de ce que je suis allée voir au cinéma tout à l'heure : Contagion.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Contagion.jpg
Je pense que le titre est assez éloquent, et sans doute en avez-vous entendu parler. Un virus effroyable se propage dans le monde à une vitesse effarante, il fait plus de victimes que la grippe espagnole de 1918, qui avait quand même fait des dizaines de millions de mort (jusqu'à cent millions selon certaines estimations). Bref, le truc méga-violent. Le film commence avec Beth (Gwyneth Paltrow) qui est malade en revenant d'un voyage à Hong-Kong. A partir de là les médecins et spécialistes du monde entier s'inquiètent très vite, l'OMS est mise sur le coup.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/ContagionBeth.jpg[Il y a quelques passages pas joli-joli, vous voyez.]

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/ContagionMarionCotillard.jpgComme d'habitude je ne vais pas spoiler (sinon quel intérêt de faire un article, personne ne voudrait lire !), au moins pas sans prévenir. Sur le jeu des acteurs, connus et moins connu, il n'y a rien à dire. Pareil sur le casting, que je ne déroulerai pas parce qu'il est conséquent et que j'ai la flemme et en plus si ça vous intéresse vous trouverez tout ça sur mon site préféré : Allociné. Mais en tout cas c'est un bon gros casting. Il y avait ma chérie bien sûr, mais comme il n'y a pas de personnage principal on ne la voit pas beaucoup. Le personnage qui m'a le plus touchée est sûrement celui de Matt Damon, qui joue le mari de Beth. Il va faire ce qu'il peut, sans faire n'importe quoi. Il est le bon côté de l'être humain. Le personnage de Jude Law, par contre, je l'aurai bien remis à sa place avec une paire de claques. La musique collait bien avec l'ambiance du film, sans être assourdissante ou trop présente. Le compositeur, Cliff martinez, me plaît pas mal (il a fait Drive aussi, mention à serpe-hier !). Pas de chansons ajoutées, ce qui est un bon choix je pense, le film aurait perdu en crédibilité je pense sinon.

J'ai vu des critiques qui mettait ce film dans la lignée de Je suis une légende et Phénomènes. Pour avoir vu les deux, je ne suis pas tout à fait d'accord. Bien sûr que le principe de base est similaire, mais dans Je suis une légende le film commence après la contagion, l'humanité est déjà décimée, et en plus il ne s'agit pas d'une maladie qui tue mais d'un virus qui transforme en zombie. Pas grand chose à voir avec Contagion. Quant à Phénomènes, on suivait seulement certaines personnes, avec parfois quelques scènes "documentaires" pour montrer où en est la situation globale. Dans Contagion, la multiplicité des points de vue permet de couvrir très largement les implications du virus. Kate Winslet est un médecin mandaté par un institut américain sur le lieu de l'un des foyers du virus, Marion Cotillard travaille pour l'OMS et se rend à Hong-Kong, Matt Damon est un citoyen américain "lambda". Cependant, le film reste centré sur les Etats-Unis, peut-être pour ne pas non plus trop s'éparpiller.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/ContagionKateWinslet.jpgJ'ai apprécié le film pour son approche vraisemblable d'un tel évènement (ce n'est pas une histoire sortant du monde fantastique, une telle chose pourrait malheureusement arriver) et surtout pour l'aspect très humain qui est développé. Je pense que les choses se dérouleraient dans la réalité de façon très proche de celle montrée par le film. Certaines personnes révéleraient le meilleur aspect de l'être humain, d'autres le pire, au nom de la survie ou de n'importe quelle idéologie.

Mon regret ? Rien d'extraordinaire. Ce n'est pas mauvais, loin de là, mais ce n'est vraiment pas transcendant. Le jeu des acteurs est bon, mais ne leur permet pas d'aller loin dans la performance. Et puis, on ne voit pas beaucoup Kate Winslet (la fille pas du tout obsessionnelle hein !). Je ne le déconseille pas, mais je ne vous dis pas non plus d'aller dépenser vos sous pour ce film en ce moment.

Pour finir une petite fiche technique de récap' :

Contagion, de Steven Soderbergh
Sorti en France le 9 novembre 2011
Avec notamment Kate Winslet, Gwyneth Paltrow, Matt Damon, Laurence Fishburne, Jude Law, Marion Cotillard, Jennifer Ehle, Bryan Cranston
Musique de Cliff Martinez










<< Je l'ai dit après... | 1 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast