sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Mardi 3 avril 2012 à 19:35

Dites les p'tits gars, vous m'faites la tronche ou c'est Cowblog qui débloque ? Zéro visite deux jours de suite, je me dis quand même ! Bwarf. Effectivement ce n'est pas une semaine géniale, j'ai pas envie de bosser, pourtant je dois commencer ce fichu cas pratique en PEDH que je hais de toute mon âme, je dois faire le TD aussi pour après-demain mais je n'ai fait qu'un arrêt sur les treize, ce week-end je vais me sentir très seule parce que chéri rentre chez lui, et moi je ne peux même pas aller voir mes parents et mes frangins. Bon. La semaine prochaine sera meilleure. Au moins j'ai Rayman Origins et il est trop marrant, je sens que je vais m'éclater avec ça. Et le season premiere de Game of Thrones était awesome. Les dix épisodes de la saison vont encore passer à une vitesse...

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/YoungAdultMoviePoster480x724.jpg
Aujourd'hui, petit article rapide sur ce que j'ai vu au ciné en dernier, c'est-à-dire Young Adult. Résumé Allociné : "Originaire d’une petite ville de province où elle s’ennuyait à mourir, Mavis Gary s’est installée à Minneapolis où elle est devenue auteur de romans pour ados. Mais lorsqu’elle apprend que son ex-petit copain de lycée est devenu papa, elle décide de revenir sur les lieux de son enfance pour le reconquérir. Tandis que Mavis semble sûre d’elle et de son pouvoir de séduction, la situation ne tourne pas à son avantage. Elle noue alors une relation peu banale avec un ancien camarade de lycée, mal dans sa peau, qui, malgré les apparences, lui ressemble plus qu’il n’y paraît..."
Ce que j'ai principalement à vous dire, c'est fuyez ! Déjà je n'aime pas beaucoup Charlize Theron (peut-être parce que mon chéri la trouve trop belle, je suis jalouse). Elle ne joue pas mal, mais son rôle est dénué de tout intérêt, comme l'histoire. J'espère pour elle que ce n'est pas réellement pour elle que ce n'est pas la meilleure performance de sa carrière, sinon quelle carrière... Je m'attendais à quelque chose à la fin qui me ferait changer d'avis sur le personnage, et j'ai cru un moment qu'on y arrivait, mais non. Je voulais voir le film parce que j'ai vu que c'était réalisé par Jason Reitman, qui a fait Juno, un film que j'aime beaucoup. J'aurais mieux fait de m'abstenir. Je me suis ennuyée à mort, il n'y avait que les chansons choisies qui n'étaient pas mauvaises. Je n'ai à peu près pu apprécier qu'un seul des personnages principaux, Matt, et j'ai trouvé que son histoire avait été très mal traité. Tout est négligé. Le message qui semble ressortir du film est excessivement mauvais, à moins que je l'ai mal compris, mais vraiment j'ai été estomaquée par certains propos. C'était vraiment pathétique, mais pas dans le sens où je pourrais compatir, dans le sens où c'est ridicule. Les affches du film et sa bande-annonce voulaient nous faire croire que c'était une sorte de comédie dramatique, mais ce n'est absolument pas ça, c'est juste rien. Je partais pourtant sur une note optimiste, mais je suis sortie de la salle dégoûtée d'avoir perdu mon temps. Je n'ai même pas une critique plus longue à formuler, je trouve qu'il n'y a rien à tirer de ce film. Bien entendu, ce n'est là que mon avis, et si vous avez aimé, je serais vraiment curieuse de savoir pour quelles raisons. À bientôt pour un article plus passionnant j'espère ! Portez-vous bien, salut !

Fiche :
Young Adult de Jason Reitman
Sorti en France le 28 mars 2012
Avec notamment Charlize Theron, Patton Oswalt, Patrick Wilson

Bande-annonce :

Jeudi 22 mars 2012 à 12:20

Introduction du jour, bonjour : il fait encore beau ! C'est fantastique mais je peine à y croire. Et le même temps est annoncé pour demain ! Comme nous n'avons pas cours l'après-midi, je pense que je vais réviser jusqu'à 17h puis direction le jardin Vauban, le zoo puis dîner grâce à une baraque à frites et enfin cirque ! Ce n'est pas du tout sérieux tout ça puisque nous devrions plutôt réviser les examens de la semaine prochaine mais bon, on s'en sortira, comme toujours. De toute façon il me faut même pas 8 au semestre pour valider mon année et du même coup ma licence, alors je ne vais pas me stresser pour rien hein ! Sinon je suis un peu dégoûtée de ne pas pouvoir aller voir The Woman in Black, mais vraiment je ne vais pas me faire ch*** à aller jusqu'à Villeneuve-d'Ascq pour me taper la VF en plus ! J'attendrai sa sortie en DVD aux États-Unis et puis voilà. Je ne fais pas l'article des sorties ciné cette semaine, parce que je crois qu'il n'y avait que le film dont je vais vous parler aujourd'hui que je voulais voir, donc je couplerai avec les sorties de la semaine prochaine !

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/critiquefilmhungergames.jpg
À peine quelques semaines après ma lecture du roman, je suis allée voir Hunger Games hier, jour de sa sortie en plus. Je ne sais pas pourquoi, je voulais c'est tout, et c'était possible, donc ça s'est fait, voilà. Respirez, les fans : très bonne adaptation. Pour ceux qui n'ont pas lu le bouquin, j'ai envie de vous dire que ce n'est même pas la peine, tout est très bien expliqué ! Les acteurs dans l'ensemble sont très bien choisis, j'ai juste eu un pincement au coeur en constatant que c'était Donald Shutherland qui jouait "le méchant", le Président Snow, alors que pour moi c'est le plus gentil papa du monde, Mr Bennet dans Pride & Prejudice de 2005. Jennifer Lawrence me semble être un bonne actrice, j'attends de voir Winter's Bone et surtout si elle arrivera à faire autre chose que des films pour ados une fois qu'elle se sera farci la trilogie. Je ne sais pas si les acteurs qui incarnent Peeta et Gale représentent les canons de beauté mâle du moment, mais au final ils ne me plaisent pas plus que ça. Évidemment, ce n'est pas essentiel, mais ça rajoute de l'intérêt au film pour les demoiselles !
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/hungergameskatnissgale.jpg[Katniss et Gale.]
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/PeetaMellar.jpg[Peeta.]

Mes critiques sont en fait les mêmes que pour le livre : des scènes de combat peu convaincantes (dire qu'ils ont mis un avertissement sur le film... la blague !), trop soft, une histoire pas assez développée même si le film montre mieux l'aspect politique que le livre (mais je suis sûre que les tomes suivants m'apporteront satisfaction sur ce point). À un moment, le film anticipe sur un évènement qui n'arrive pas dans le tome 1 mais qui vient après j'imagine. Ça permet de donner un peu plus d'intérêt au film et de se détacher de Katniss, qui finit par ennuyer en narratrice unique. Le "triangle amoureux" n'est que peu abordé, et plutôt dans l'humour, pas du tout dans la mièvrerie, donc les garçons n'ont pas à craindre cet aspect-là (chéri avait peur, et finalement, je crois qu'il a plus aimé le film que moi !). Il y a de bons contrastes, bien faits, entre la vie au Capitole et celles dans les Districts, surtout 11 et 12. Les gens du Capitole sont vraiment ridicules, à part Cinna qui est le personnage, là encore, que j'ai le plus apprécié, comme dans le roman. Rue est mignonne, mais sans plus j'ai trouvé.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/hungergamesmoviereview.jpg
Mon plus gros reproche, ce serait encore le manque d'émotions. Cette histoire est censée être affreuse, basée sur des actes inhumains et dégradants, mais me laisse très indifférente en fait. Je n'ai pas envie de me révolter en suivant cette histoire, je ne la trouve pas assez réelle. Ne croyez pas que je manque de coeur ou quoi, il y a d'autres romans imaginaires où je fonds en larmes, dégoûtée du manque d'humanité des personnages, et je suis très, très loin d'être insensible à toutes les horreurs de notre passé et de notre présent. Mais là, avec Hunger games, ça n'opère pas. En même temps, un roman, un film, restent des divertissements, le but n'est pas de nous pousser au suicide, donc ce n'est pas bien grave. Autre point positif : la bande-son, tant les musiques choisies que celles composées. Le tout porte très bien le film et y ajoute pour moi un intérêt certain. Nous y sommes allés en nous disant qu'on le prendrait pour ce qu'il est : un film destiné à un public jeune. Et de ce fait, nous n'avons pas été déçus, on a passé un bon moment. Bref, n'hésitez pas à aller le voir et dites-moi ce que vous en aurez pensé !

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/TheHungerGamesmovieposter12162011.jpg
Fiche :
The Hunger Games, de Gary Ross
Sorti en France le 21 mars 2012
Avec notamment Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth, Lenny Kravitz, Donald Shutherland
Musique de James Newton Howard

Bande-annonce vost :

Mardi 20 mars 2012 à 17:30

Bien le bonjour ! Avec cette entrée en matière, vous allez croire que je suis toute guillerette ou un truc du genre, mais en fait je suis pas mal dans les choux. Je suis toujours malade : la toux a amené avec elle ses copains glaires et nez-qui-coule. Je dors à peine la nuit, entre ça, bébé chat qui miaule dès que je tousse parce qu'il se dit "hey, si elle tousse, c'est qu'elle ne dort pas, donc elle devrait s'occuper de moi !" et le gosse du dessus qui chiale et hurle à partir de 6h. Donc je suis fatiguée, ce qui n'aide jamais beaucoup. La semaine prochaine ce sont les DS, donc je devrais être en train de bosser assidûment, mais à la place je vous fais un article en attendant d'aller chez le médecin. Je m'étais dit que je n'irai pas, ce n'est qu'une crève après tout, ça te fait chier une semaine et puis ça passe. Sauf qu'à la crève s'est ajouté un truc totalement inédit pour moi. Je ne sais même pas ce que c'est. Une sorte de conjonctivite peut-être, mais je ne pense pas, parce qu'on dit toujours que c'est hyper contagieux et que donc si j'avais ça je l'aurai au moins refilé à chéri. Mais j'ai les yeux très rouges, une sorte de gêne à la vue et je vous passe les autres détails qui deviennent vraiment peu ragoûtants. J'espère que la dame ne va pas me dire que je dois absolument aller chez un ophtalmo', parce que sinon je vais devoir me battre au téléphone pour obtenir un rendez-vous rapidement, ou aller à l'hôpital. Non non non non non. Je peux vous dire aussi que j'avance bien dans mes deux bouquins (j'ai mis Les Piliers de la terre entre parenthèses, je ne sais vraiment pas quand je pourrai reprendre ce pavé, si excellent soit-il !), ce qui me fait très plaisir même si ni l'un ni l'autre ne sont ce que j'attendais. Je vous en reparlerai quand j'aurai fini.

http://media.rtl2.fr/online/image/2012/0313/7745378604_cloclo.jpgPour causer d'autre chose et parce que je l'ai vu hier, parlons de Cloclo. Après La Dame de fer (qui n'était pas si mal, roh, c'est juste que j'en espérais bien plus !), je n'étais plus très motivée pour voir un autre biopic, genre qui pullule en ce moment d'ailleurs. Mais en fait, je suis très contente d'y être allée. Voilà un bon biopic, qui plaira indépendamment de ce qu'on pense de Claude François et de sa musique (moi je ne connaissais pas le bonhomme et j'aime bien sa musique, mais chéri n'aime ni l'un ni l'autre). Le film est bien tourné, les acteurs sont très convaincants et si Jérémie Renier ressemble énormément au défunt chanteur, les autres acteurs et surtout actrices ne sont pas en reste. Je pense notamment à la mère de ses enfants, Isabelle, et à France Gall, qu'on reconnaît facilement. J'ai appris plein de choses sur cet homme, et vu que dans l'ensemble ce n'est pas très positif, et vu ce que j'ai lu sur le film et vu d'interviews dessus, je pense que le film est très objectif. On n'a pas un panégyrique de Claude François, ni une attaque personnelle (de toute façon ses enfants et des Claudettes étaient associés au film, impossible de le descendre irraisonnablement !). On voit juste l'homme, son sens du spectacle, des affaires, de la famille, ses tendances colérique, possessive, un peu paranoïaque et mégalo aussi. Tout ça, depuis son enfance près du Canal de Suez, jusqu'à sa mort le 11 mars 1978. On ne reconnaît pas du tout Benoît Magimel dans son imprésario, son jeu est vraiment excellent. Bon et puis faut le dire, avec les chansons de Cloclo soutenant les plus grands moments de sa vie, ça pète pas mal ! Je dois bientôt y aller et puis de toute façon je n'ai pas grand-chose de plus à en dire, allez le voir et faites-vous votre avis ! Mes seules critiques négatives seraient que la musique composée pour le film n'est pas utile (et puis c'est quoi cette tendance à nous mettre Alexandre Desplat partout ?) et que le film est un tantinet trop long. Deux heures et demi ça finit par être beaucoup, surtout quand on a besoin d'aller aux toilettes !

Fiche :
Cloclo, de Florent Emilio-Siri
Sorti en France le 14 mars 2012
Avec notamment Jérémie Renier, Benoît Magimel
Musique de Alexandre Desplat

Bande-annonce :

Jeudi 15 mars 2012 à 14:27

Avant de me lancer brièvement dans la critique de La Dame de fer que j'ai vu la semaine dernière, je vais vous parler d'un article de journal que j'ai lu aujourd'hui et qui parlait de la bibliothérapie. J'avais déjà vu que cette "discipline" commence à fleurir en France, en particulier à Paris, après son importation des États-Unis et de Grande-Bretagne. Ça consiste en gros à aller voir un bibliothérapeute à qui vous parlez de vos problème (baisse de moral, déprime passagère...) et qui vous "prescrira" un certain nombre de livres. A une séance ultérieure, vous parlerez de l'effet qu'ont eu ces lectures sur votre mental. Le but est bien évidemment de se soigner par des lectures qui nous touchent. Et je me suis dit : il leur a fallu tout ce temps pour s'en rendre compte et en faire une discipline ?? C'est un remède que j'utilise depuis que j'ai commencé à lire pour la première fois ! D'ailleurs, dès que je passe un long moment sans lire, je deviens triste et morose. Ce qui m'a embêté avec cet article aussi, c'est que ça faisait très "bobo", genre il faut absolument donner ans les lectures prescrite un essai de psychologie ou de philosophie. Je crois que les romans touchent bien plus facilement les gens. Les spécialistes interviewés dans l'article ne parlaient pas non plus des préférences des gens. Parmi toutes ces personnes, il y en a qui lisent sûrement déjà, ne vaut-il pas mieux leur prescrire des livres qui correspondent à leurs goûts ? Je ne sais pas, je ne me suis pas assez renseignée et pis la bibliothérapie n'en est encore qu'à ses balbutiements. Mais franchement, ils en parlaient comme d'une révolution, alors que c'est évident, en particulier sur la toile avec tous les forums et blogs de lecteurs.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/TheIronLadyposter001.jpg
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/LADAMEDEFER120x160.jpgLa Dame de fer, je voulais le voir, je ne sais même pas pourquoi. Parce que le seul film que j'ai vu avec Meryl Streep était un désastre ? Peut-être. J'adore ABBA, mais Mamma mia ce n'est vraiment pas passé. Puis après qu'elle ait reçu (encore) un Oscar, je me suis dit c'est l'occasion où jamais. Je crois que le film est "mal tombé", parce que je l'ai vu juste après Extrêmement fort et incroyablement près, qui m'a vraiment beaucoup marqué. A côté, La Dame de fer avait l'air un peu palotte. Les Britanniques me fascinent pas mal, pourtant je n'ai pas particulièrement accroché. Je me suis dit "personne ne devrait finir comme ça" en voyant cette femme devenir sénile, avec ses hallucinations, son Alzeihmer. Dans l'ensemble tous les acteurs jouaient bien, au niveau du contexte politique je pense que c'est assez fidèle même si je ne m'y connais pas assez bien pour l'affirmer. Ce qui m'a dérangée, c'est que je n'ai pas trouvé que la performance de Meryl Streep valait un Oscar. On dispose de beaucoup, beaucoup de documents sur Margaret Thatcher, et notamment des vidéos. Il est facile de la copier, la mimer. Il n'y a donc pas grand mérite à l'interpréter. Son caractère est facilement cernable, où en tout cas on le voit comme tel dans le film. Je n'ai pas non plus apprécié comment était édulcoré ses relations personnelles. Une seule fois son mari s'emporte contre elle, en disant qu'elle est trop ambitieuse. Pour moi, les relations familiales devaient être bien moins au beau fixe. D'ailleurs, le film nous dit que son fils vit en Afrique du Sud avec sa femme et ses enfants. Pourquoi ? Y'a-t-il eu une dispute, quelque chose de particulier qui ait justifié ce départ ? Je crois que ce dont ce film souffre, c'est du moment où il a été fait. La dame est encore en vie, et quand elle mourra, il faudra "respecter sa mémoire" pendant un long moment, au détriment d'une vérité plus crue. Bref, vous l'aurez compris, une petite déception quand même ! Je ne le déconseille pas, j'ai juste trouvé que ce n'était pas passionnant. J'ai bien aimé tomber sur le professeur Slughorn (Harry Potter) et Ser Jorah Mormont (Game of Thrones) par contre, en mari et père de Mme Thatcher. J'aime bien voir des acteurs qu'on ne voit pas souvent et faire le rapprochement avec d'autres de leurs rôles.

Fiche :
The Iron Lady de Phyllida Lloyd
Sorti en France le 15 février 2012
Avec notamment Meryl Streep, Jim Broadbent
Musique de Thomas Newman

Bande-annonce :

Lundi 12 mars 2012 à 19:09

Mais de quoi vous parler, mes amis, de quoi vous parler ! J'ai vu trop de films (sûrement l'une des raisons pour lesquelles malgré toute ma volonté je n'ai toujours pas fini La Horde...), je ne sais pas duquel vous parler. En attendant de me décider, je vais vous dire qu'une seule chose aurait pu gâcher mon week-end, et ça n'a pas suffi ! C'est la défaite du XV de France contre le XV de la Rose. Ce n'est pas cette année que nous gagnerons le Tournoi des Six Nations. Enfin, je regarderai quand même le dernier match. Mais sinon, j'ai beaucoup dormir, donc même si je suis de nouveau fatiguée rien qu'à avoir dû me lever ce matin, je suis quand même nettement plus reposée et sereine que la semaine passée. Cette semaine-ci, j'ai un exposé d'anglais à présenter, et si ça me fait chier, néanmoins ce n'est pas difficile (je vais juste me ridiculiser mais ça c'est habituel et puis je suis loin d'être la seule ou la plus mauvaise à ce jeu-là). Samedi nous sommes allés nous promener pour nous offrir quelques bons petits plats, hier après-midi j'ai fait mon gâteau chocolat-pralinoise et hier soir des amis sont venus boire un apéro qui a duré jusque 22h. Et ce temps, ce temps... J'étais tellement contente ce matin en voyant le ciel si bleu, sans une once de nuage dans tous les horizons possibles, que je n'ai pas mis de manteau aujourd'hui.

Je crois que je vais vous parler d'un film qui a fait moins de vagues que d'autres et qui pourtant aurait mérité qu'on parle bien plus de lui. Je l'avais même manqué je crois dans mes sorties de la semaine, je l'ai vu plus tard, en passant le temps sur Allociné-que-j'aime-fort. Il s'agit donc (oui parce que maintenant que je sais de quoi je vais causer, je mets un titre à l'article, et donc vous savez de quoi je vais parler dès le début, alors que moi je ne le savais pas !) de Extrêmement fort et incroyablement près (c'est bien, pour le coup la traduction est littérale !) de Stephen Daldry (le réalisateur de The Reader, et même si je viens juste de m'en apercevoir, bah c'était presque forcément parti pour un bon film). C'est un film "post-11 septembre" comme disent les médias, c'est-à-dire qu'il n'y aurait pas d'histoire si cet évènement n'avait été pris en compte. Oskar Schell a 11 ans. Très intelligent, génie même, il est un peu spécial. Cependant tout se passe bien, parce que son papa le comprend, et le canalise à travers des jeux qui attisent son intelligence et l'occupent. Mais le 11 septembre, il était dans l'une des deux tours, et il n'est pas revenu. Plus tard, Oskar trouve une clé dans ses affaires. Aussitôt il se rend compte que c'est un jeu de piste comme ils en faisaient tant, que lui a laissé son père. Il va écumer tout New-York pour résoudre le mystère de cette clé.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/ExtremelyLoudIncrediblyClose2.jpg
C'est le deuxième film "post-11 septembre" que je vois, et le premier m'avait bien plu même s'il n'avait strictement rien à voir. Ce qui m'a impressionnée le plus et que j'ai également le plus apprécié, c'est Thomas Horn, le jeune acteur qui incarne Oskar. Lui-même petit génie (je crois avoir lu quelque part qu'entre nombreux autres talents, il est polyglotte), son interprétation d'un enfant perdu qui cherche à donner un sens à ce qui n'en a pas est poignante. Je me suis sentie transpercée aux larmes, mais mes sanglots sont restés bloqués dans ma gorge, parce qu'on retient son souffle dans ce film. J'espère qu'il continuera le cinéma, je trouve qu'il a un talent proprement indéniable pour le drame. On veut savoir d'où vient cette clé, quel est ce mystère. On rit aussi, car Oskar va rencontrer toute sorte de personnages. Le film parle beaucoup des relations humaines, de leur complexité, des secrets disséminés partout, de l'histoire que chaque être humain porte. Tom Hanks était bouleversant également, en père dévoué à son fils et à sa femme. J'ai adoré le personnage du Locataire aussi, mais je ne vous dis pas pourquoi, sinon ce serait un spoil (ou une éventualité de spoil). La réalisation était très bonne, je n'ai pas de remarque particulière sur la musique (ce qui est assez souvent le cas avec Alexandre Desplat, je trouve sa musique souvent... plate. Oui c'était facile). Je ne sais pas trop comment en parler, mais ce film m'a vraiment touchée. Je crois que je n'avais jamais vu jouer Sandra Bullock. Je n'ai rien de négatif à dire sur son jeu, ni de vraiment positif d'ailleurs. Elle était bien intégrée dans le film, sans plus. Bref, un film que je vous recommande chaudement !

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/120611extremelyloudtrailer.jpg
Fiche :
Extremely loud & incredibly close
de Stephen Daldry
Sorti en France le 29 février 2012
Avec notamment Thomas Horn, Tom Hanks, Sandra Bullock
Musique de Alexandre Desplat

Bande-annonce VOST :

Dimanche 5 février 2012 à 14:46

Comme je vous le disais hier, j'ai vu France-Italie au Stade de France. On m'avait dit que je serai hallucinée par la taille du truc, par le nombre de gens et tout, mais pas plus que ça en fait. Mais c'était très bien hein ! Déjà c'est un beau stade, bien foutu (bah oui, on était 79 563 spectateurs, et on était pas serrés !), on n'a pas galéré du tout (on en avait peur de ça !), et surtout c'était quand même un beau match. Skoliro je te vois venir, chut ! Si si, on a quand même bien joué, on est bien partis, j'attends de voir la suite, j'espère qu'ils continueront de belles actions et que l'équipe va achever de bien se coordonner. J'ai adoré suivre le XV lors de la Coupe, avec leurs hauts et bas, et là je les suivrai tout autant. Bref, une très belle expérience, que je renouvellerai très volontiers, mais plus par ce temps. On a réussi à se protéger contre le froid de tous côtés, sauf concernant nos pieds. On peinait à marcher en sortant tant le froid nous avait brûlé et engourdis, mais on a encore tous les deux nos dix orteils, donc tout va bien ! Les plus à plaindre, ce sont sûrement les pauvres joueurs... J'ai commencé La Horde du Contrevent, pour l'instant je n'y comprends rien, mais bon je n'ai lu que trois pages. Le livre est paginé à l'envers : on commence à la page 700 et on finit à la page 0. Ne vous étonnez pas de voir ça dans le module "Lecture en cours", j'ai voulu respecter l'idée de l'auteur, que je trouve pratique pour la lecture par ailleurs !

Tout à l'heure, on va aller voir Millenium, enfin. On espère avoir le temps d'aller voir The Descendants lundi ou mardi. Et avant-hier soir, nous avons regardé, bien calés dans notre canap', Blue Valentine. Depuis Drive, je suis très curieuse de voir les différentes performances de Ryan Gosling. Ce qui tombait bien, c'est que l'actrice qui joue avec lui, c'est Michelle Williams, qu'on verra bientôt dans My week with Marilyn. Je voulais donc savoir ce qu'elle valait. Je vous mets le résumé d'Allociné parce que je ne sais pas comment faire un synopsis de ce film. "A travers une galerie d’instants volés, passés ou présents, l’histoire d’un amour que l’on pensait avoir trouvé, et qui pourtant s’échappe… Dean et Cindy se remémorent les bons moments de leur histoire et se donnent encore une chance, le temps d’une nuit, pour sauver leur mariage vacillant."

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/BlueValentine.jpg
J'ai du mal à dire ce que j'ai pensé de ce film. Il n'était pas mauvais, loin de là, mais je ne pense pas que je le reverrai. On ignore exactement ce qui s'est passé entre leur mariage et le moment où se situe les scènes présentes du film. On suppute, on imagine, on échafaude des théories, sans pouvoir dire laquelle est la bonne. Même si j'avais tendance à dire que c'est la faute de Cindy (bah oui, Dean est joué par Ryan Gosling, je le défendais plus volontiers !), on ne peut pas vraiment dire. Ce film pose le triste constat de nombreux couples : au bout d'un certain temps, l'amour peut partir, et ne laisse que les engueulades, les reproches, les insultes. J'étais mal à l'aise chaque fois qu'on assistait à une scène présente, alors que j'étais toute adoucie par leurs premiers instants de couple. Evidemment, leur histoire est particulière, un évènement spécifique l'a profondément marquée, loin sous la surface, et resurgit sans qu'ils le veuillent. Mais on se sent concernés aussi. Qu'adviendra-t-il si un jour on cesse d'aimer l'autre, alors qu'on est aujourd'hui persuadé de l'aimer toujours ? Faut-il systématiquement prendre ce risque lorsqu'on se marie ? Que des questions que personnellement je n'aime pas me poser, mas là j'y ai été forcée, et on en a discuté ensuite. Aucune solution miracle n'en est ressortie, mais je pense tout de même que c'est une bonne chose.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/BlueValentine2.jpg
J'ai trouvé Michelle Williams un peu fade. La petite qui jouait leur fille n'était pas très convaincante, on voit qu'elle regarde la caméra, et sûrement ses parents qui se tenaient à côté lors du tournage. J'ai apprécié de voir Ryan Gosling dans un rôle encore radicalement différent des rôles dans les deux autres films où je l'ai vu jouer (Drive et Crazy stupid love). Ils l'ont bien mal arrangé pour les parties "présent" du film ! Ses cheveux étaient horribles, mais c'était voulu, ça collait à son personnage. Par contre, dans les scènes du passé, wahou... En fait, les deux acteurs ont su distiller à leurs personnages dans le passé une énergie, une sorte de fureur d'avancer, qu'on ne retrouve pas du tout avec leurs personnages au présent, et le contraste heurte, ou en tout cas m'a heurtée. Je m'explique très mal, mais qu'importe, je voulais en parler. En tout cas je conseille ce film, c'est une claque nécessaire pour se rappeler cette réalité dans le couple. En fait, j'aime ce genre d'histoire, j'aime ce genre de films. Celui-là ne m'a pas fait verser de larmes, mais m'a marquée tout de même. Je dis que je ne le reverrai pas, mais comme je suis un peu masochiste, ce n'est pas exclu.


Vale.

Vendredi 20 janvier 2012 à 13:01

Je vous l'annonce, mes amis, là c'est vraiment la Crise. Le département de la justice américain a fermé le site Megaupload. Mais comment va-t-on survivre ?? C'est vrai, le téléchargement illégal c'est pas bien et tout ça, mais par ce site on pouvait trouver des trucs qu'il est juste impossible d'acheter en France ! Des trucs sur lesquels il n'y avait pas forcément de droits d'auteurs et tout ça, bref de la culture qu'on ne pouvait avoir autrement. Ça ne va pas être simple sans lui... Mais de nouveaux sites naîtront, je ne pense pas que ça suffira pour réellement mettre un frein au téléchargement. Enfin, il doit être fiers d'eux les Ricains ! En parlant de ricains, hier soir je suis allée voir J. Edgar.

http://www.lyricis.fr/wp-content/uploads/2011/09/J.-Edgar-Poster-Ban-iTunes.jpg
J'avais forcément un très bon a priori sur ce film : Clint Eastwood fait des films magnifiques (il m'en reste plein à voir...), j'aime beaucoup DiCaprio et je trouve Naomi Watts adorable. Le film se situe peu avant la mort du directeur du FBI, son créateur aussi, J. Edgar Hoover. Il a pris un nègre pour écrire son histoire, de ses débuts au Bureau d'Investigation jusqu'à présent. Entouré de Miss Gandy et de Clyde Tolson, il en fera le FBI, respecté de tous. Le film saute du présent au passé et d'une affaire criminelle à une autre constamment, les présidents changent sans cesse (il en a vu passer six quand même), et pour quelqu'un comme moi qui connait mal l'histoire des Etats-Unis et ses grands bandits, j'ai dû me concentrer pour suivre.

Je ne suis pas déçue du tout, j'avais entendu dire que Hoover était un personnage controversé, je ne m'attendais donc pas à l'apprécier. En revanche, j'ai éprouvé beaucoup de tendresse pour Miss Gandy et Clyde. Tous deux restent aux côtés d'Edgar, peu importe qu'il les traite mal ou qu'il soit en tort, et il ne s'en rend pas assez compte. La performance de Leonardo DiCaprio est tout bonnement incroyable. J'ai été très perturbée par ses lentilles de couleur marron, il a des yeux bleus tellement magnifiques d'habitude ! Il a vraiment su faire véhiculer toute l'ambiguïté du personnage, et avec la mise en scène de Clint Eastwood, on devine entre les images les problèmes inavoués : une mère trop exigeante, la peur de n'être pas respecté, le besoin d'être admiré, et cette homosexualité dont on ignore au juste si elle exista ou non. D'ailleurs, je trouve vraiment très idiot que certains critiques américains soient durs envers ce film uniquement parce que le réalisateur a pris le parti des historiens qui pensent que Hoover et Tolson furent effectivement amants. D'abord parce que le film le suggère plus qu'autre chose. On comprend qu'ils s'aiment, mais aussi qu'ils refusent de se livrer à cet amour. Il n'y a aucune scène crue ou je ne sais quoi... J'imagine que dans leur conception du monde, le directeur du FBI ne peut pas être "de la jaquette". Bref.

Malgré ses deux heures et quart, le film ne m'a pas semblé long. Je cherchais où Clint Eastwood voulait en venir, et on peut le comprendre à la fin. Il amène tout avec beaucoup de délicatesse, pas de scènes choquantes, pas d'émotions dures, tout est expliqué en douceur. De ses films, ce n'est pas mon préféré, mais vraiment j'applaudis des deux mains et des deux pieds la prestation des trois acteurs principaux et surtout de DiCaprio, qui le mérite son Oscar. Je vais me fiche en boule s'il ne l'a pas ! (à mon avis il le méritait déjà au moment de Titanic, comme Kate Winslet, mais ça ce n'est qu'un avis tout à fait personnel) Il mérite d'être récompensé pour toute sa carrière et en particulier pour ce rôle. Comme d'habitude avec Clint Eastwood, je suis contente. Juste un mot sur la musique : elle colle au film, pas de dissonances ou autre, mais elle n'est pas de celle dont on se souviendra, comme souvent dans ses films. Mais bon, on lui pardonne à Clint, c'est lui qui la compose. Il sait tout faire cet homme-là !

Fiche :
J. Edgar, de Clint Eastwood
Sorti en France le 11 janvier 2012
Avec notamment Leonardo DiCaprio, Naomi Watts, Armie hammer, Judi Dench
Musique de Clint Eastwood

Bande-annonce :





Vale.

Jeudi 12 janvier 2012 à 12:35

Bon les copains, je le sentais bien le truc horrible que j'ai passé lundi, et en fait j'ai discuté avec un méga-balèze de la matière qui a fait le même sujet que moi, et en fait je me suis plantée. Dégoûtée, après tant de révisions... Et mardi, mon plan n'allait pas, je m'en suis rendue compte quand j'écrivais ma dernière sous-partie. Et aujourd'hui, en oral de droit du travail, ça a été l'horreur. Je ne sais vraiment pas comment je vais m'en sortir, je ne veux pas passer aux rattrapages. Demain droit de la propriété individuelle, c'est mal barré aussi ça... Y'a plus que contentieux administratif pour relever le niveau, et ça ne suffira pas, parce qu'en civil ça ne va pas être la joie non plus. Difficile de se motiver pour le dernier semestre dans ces conditions...

J'ai bien fait d'aller au ciné hier soir, parce que réviser jusqu'à minuit ne m'aurait pas sauvée, et en plus le film était génial.

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/86/32/75/19846340.jpg

C'est la dernière création du studio japonais Ghibli (devenu une filiale de The Walt Disney Company par ailleurs) et c'est, comme toujours, une petite merveille. Miyazaki père au scénario, le fils à la réalisation. Je vois sur Allociné "film pour enfants à partir de 6 ans". Bien sûr que ça peut être regardé dès cet âge, mais ce n'est pas Mon Voisin Totoro ou Pompoko. Goro a repris l'esthétique de son père, les musiques envoûtantes (mais pas de Hisaishi, il a cessé sa collaboration avec le studio), mais le sujet diffère beaucoup de ceux abordés habituellement par Hayao. Celui-ci prend souvent pour personnage principal un enfant, garçon ou fille. Ici, Umi et Shun sont au lycée, et c'est bien d'une histoire d'amour dont il s'agit, emmêlée à une histoire de famille et à la lutte du jeune garçon pour sauvegarder "le Quartier latin", le vieux foyer du lycée qui doit bientôt être détruit. Umi va l'aider dans ce combat, en même temps qu'elle continue de s'occuper de la pension de sa grand-mère où elle est chargée de la cuisine en attendant le retour de sa mère. Son père, lui, était marin, il est mort pendant la guerre de Corée. Tous les jours elle hisse les pavillons de leur maison qui surplombe Yokohama, une ville portuaire pas très éloignée de Tokyo.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/lacollineauxcoquelicots10.jpghttp://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/lacollineauxcoquelicots09.jpg[Elle est pas magnifique leur maison en haut de la colline ? J'adore leurs uniformes, ils sont trop mignons là-dedans !]

Les dessins sont évidemment sublimes. Le film est plein de belles émotions, mais rien de triste à pleurer, chaque fois Miyazaki fils a su s'arrêter à temps. De plus, il a contrebalancé les moments trop chargés d'émotions avec beaucoup d'humour, et un humour bien différent de celui de son père. Je n'arrive pas à croire que certains osent dire qu'il est nul simplement parce qu'il n'est pas son père ! Je n'ai pas vu Les Contes de Terremer encore, mais il paraît que c'est très bien aussi. En plus des deux personnages principaux, il y a une myriade de personnages secondaires très attachants et très drôles, comme les pensionnaires, trois femmes aux caractères divers, les différents membres des clubs installés au Quartier Latin (mention spécial au gars du club de philo !)...

Le scénario est basé sur un manga du même nom de Sayama et Takahashi, récemment édité en France chez Delcourt (vous remarquerez ci-dessous que leurs dessins sont nettement moins beaux, mais remarquez aussi que ce n'est que mon avis). Bref, un film passionnant du début à la fin, très beau esthétiquement mais par son histoire également, qui se déroule en 1963, un moment où le Japon est en pleine effervescence : faut-il garder ses racines et avancer en portant son passé ou se tourner résolument vers l'avenir ? Tout le dilemme japonais, entre traditions et modernité, est ici parfaitement peint. Un film à voir à absolument tous les âges, et qu'on aime les mangas ou pas (ça n'a rien à voir, c'est un dessin animé !). Je l'ai vu en VO, je ne sais donc pas si des efforts ont été faits sur les doublages ou pas.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres/51KNfVqa8LSS500.jpg
Fiche :
Kokuriko-zaka kara (La Colline aux Coquelicots), de Goro Miyazaki
Sorti en France le 11 janvier 2012
Musique de Satoshi Takebe

Bande-annonce VF :




Vale.

Jeudi 29 décembre 2011 à 23:04

Je l'attendais impatiemment celui-là, pour plusieurs raisons. D'abord parce que j'aime beaucoup Viggo Mortensen (surtout en Aragorn, ahem) et Keira Knightley (je sais que beaucoup de gens ne l'aiment pas, n'apprécient pas son jeu d'actrice mais moi j'aime beaucoup, et je la défends de plus en plus), mais aussi parce que je suis curieuse de voir Michael Fassbender ailleurs que dans Shame (sur lequel je n'ai pas encore fait d'article, mais ça viendra, du moins je l'espère). Et aussi parce que je me rappelle vaguement de mes cours de philo sur le conscient et l'inconscient, et que la bande-annonce me plaisait bien et que la musique est de Howard Shore (compositeur du Seigneur des Anneaux, mais je compte vous faire, un jour, peut-être, un article sur ces "inconnus" à qui l'on doit des films de grande qualité, parce qu'un film sans une bonne BO ne peut pas être un bon film), bref je le sentais bien ce petit film de Cronenberg (réalisateur dont je viens de voir le premier film, même si ça fait un moment que je dis que je vais regarder Eastern Promises).

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Adangerousmethod3.jpg
Je n'ai pas été déçue du tout. Le début nous met directement dans l'ambiance à la limite du malsain, avec des questions, des interrogations qui pèsent et qui mènent les trois personnages principaux. Le film commence en 1902 si je me rappelle bien, lorsque Sabina Spielrein, russe et juive, est interné dans l'hôpital où travaille le jeune Dr Jung, qui souhaitait justement expérimenter "the talking cure" de Sigmund Freud. Il va réussir à la soigner grâce à cette méthode, mais les choses se compliquent lorsqu'il parvient à la soigner et qu'ils deviennent plus intimes, et qu'il rencontre Sigmund Freud mais en revient plutôt déçu.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Adangerousmethod2.jpg
Il est certain que ce n'est pas un film de détente, il faut bien écouter, réfléchir, et tout... psychanalyser. Tout le film fait des références, renvoie à des idées de la psychanalyse, aux rêves et à leurs interprétations, au moi, aux névroses, et tout donne à réfléchir. En cela le jeu des acteurs est excellents, et en particulier celui de Keira Kngithley, car ses gestes nous guident vers la compréhension de ce qui n'est que suggéré. Michael Fassbender est très convaincant également, même si son rôle appelle à une performance moindre que celle de Keira Kngithley. Je lui reprocherais tout de même un petit quelque chose qui me dérange dans son expression, qui reste trop figée. Ses yeux surtout ne sont pas vivants je trouve. Quant à Viggo Mortensen, il joue un Freud assez désagréable qui colle bien je pense avec la personnalité de cet homme si controversé. Son jeu est bon, là aussi plein de sous-entendus que nous nous sommes essayés à décrypter en sortant du film. Il nous faudra encore de nombreux visionnages pour prétendre y parvenir, mais qu'importe, j'ai très envie de le revoir lorsqu'il sortira en DVD/Blu-ray. C'est réellement un film très intéressant, j'ai beaucoup apprécié, et si ce genre de sujet vous botte un peu, n'hésitez pas. Certes on retrouve les idées très "sexualistes" (je viens d'inventer le mot, mais peut-être que ça existe, je veux dire "axé sur la sexualité"), ai-je envie de dire, de Freud, et les cas qui sont présentés sont à la limite par moment du malsain comme je le disais plus haut, mais c'est très bien présenté et David Cronenberg a su chaque fois s'arrêter au bon moment, ne pas dépasser justement cette limite qui gênerait vraiment. Vincent Cassel, en Otto Gross, personnage que je ne connaissais pas du tout, m'a bien fait rire (le terme n'est pas tout à fait exact, mais qu'importe), et achève de me réconcilier avec cet acteur que je n'aimais pas beaucoup il y a quelques années. Les choix de plan, de mise en scène sont très fins et portent très bien le film et son ambiance. Certains plans sont véritablement très soignés, très esthétiques et contrebalancent bien des éléments du film un peu lugubres.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Adangerousmethod1.jpg http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Adangerousmethod4.jpg
Fiche :
A Dangerous Method, de David Cronenberg
Sorti en France le 21 décembre 2011
Avec notamment Michael Fassbender, Viggo Mortensen, Keira Knightley et Vincent Cassel
Musique de Howard Shore



Comme toujours, mon propos est un peu en bazar, excusez-moi ! Je n'ai pas fait d'article sur les sorties ciné de la semaine, j'en suis désolée (mais sûrement que vous vous en fichez ^^), en même temps avec le déménagement et les révisions (qui commencent enfin à avancer un peu) je n'avais pas trop le temps, sans compter que je n'avais pas internet mais maintenant c'est fait, bref, je vous ai programmé un article récap' pour les deux semaines. En tout cas, profitez du mauvais temps pour bouquiner, regarder de bons films et/ou séries, passer du temps avec vos proches et tout ça bien au chaud !

Vale.

Jeudi 1er décembre 2011 à 22:45

J'avais très envie de voir Toutes nos envies, car Je vais bien ne t'en fais pas m'avait énormément plu, du même réalisateur Philippe Loiret. Le film raconte l'histoire d'une jeune juge, Claire, qui lors d'une audience se montre très opposée à la jurisprudence sur les crédits à la consommation, mais elle se heurte au système, trop bien rôdé en la matière, et va prendre le parti d'une femme qu'elle connaît de l'école de ses enfants. Elle va demander de l'aide à un juge plus expérimenté qui partage ses convictions et qui va rendre un jugement qui met à bas cette jurisprudence favorable aux sociétés de crédit, sachant que son jugement sera certainement infirmé par la suite. On va suivre les pérégrinations de ce jugement, en appel, devant la Cour de cassation et même à la Cour de Luxembourg. En même temps, Claire apprend qu'elle est atteinte d'une sorte de tumeur au cerveau inopérable qui ne lui laisse que quelques mois à vivre. Sans en avoir parlé à personne, elle décide de ne pas suivre le traitement qui pourrait la faire vivre quelques mois de plus dans un état déplorable.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Toutesnosenvies.jpg
Les acteurs sont très "vrais", dans le sens où l'on n'a pas l'impression que c'est un film, impression renforcée par le peu de musique présente dans le film. On assiste simplement  des moments de la vie de Claire, et par moments de Stéphane. Le film est lent, mais pas long. Cependant, il manque terriblement de relief, d'une certaine force, c'est peut-être ça qu'il aurait fallu pour en faire un bon film. Je vais bien ne t'en fais pas est beaucoup mieux je trouve, j'avoue être déçue. Je n'ai pas envie de le revoir. Et quelque chose m'a énervée tout particulièrement : le mari de Claire. Il est tellement parfait qu'on n'y croit pas, même s'il dévoile enfin un petit défaut vers la fin du film.

Fiche :
Toutes nos envies, de Philippe Loiret
Avec notamment Vincent Lindon, Marie Gillain, Amandine Dewasmes
Sorti en France le 9 novembre 2011


Vale.

<< Je l'ai dit après... | 1 | 2 | 3 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast