sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Dimanche 30 juin 2013 à 19:20

Quand j’en ai la possibilité, je préfère toujours lire un roman avant d’en voir les adaptations cinématographiques et télévisuelles. J’avais déjà lu Les Hauts de Hurlevent, mais n’avais encore jamais regardé d’adaptation, car je ne sais plus qui m’avait dit que ce n’était jamais très bien fait, à cause de la construction de l’histoire et du fait qu’elle s’étende sur des dizaines d’années et deux générations. Quand j’ai voulu quand même essayer, je me souvenais très mal du roman, mais maintenant que je l’ai relu, je me suis lancée ! J’avais plusieurs films et mini-séries sous la main, et comme je ne parvenais pas à me décider, j’ai choisi la plus courte que j’avais (1h40), et il s’agit aussi de l’une des plus anciennes : Wuthering Heights, version 1939, de William Wyler avec Merle Oberon et Laurence Olivier dans les deux rôles principaux.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/WH-copie-1.jpgC’est une version en noir et blanc, bien entendu. J’ai beaucoup entendu parler de Laurence Olivier (il a joué Mr Darcy quand même !), mais je ne l’avais encore jamais vu jouer. Je ne connaissais pas du tout Merle Oberon, je ne sais même pas si elle est très connue en fait, il faudra que j’aille regarder ça. Dans un souci de simplification et de clarté, l’histoire est centrée exclusivement sur Heathcliff et Catherine. Pas de deuxième génération, nombre de personnages grandement réduit. On voit : Mr Lockwood, Nelly, Joseph, Heathcliff, Catherine, Mr Earnshaw, Hindley, Edgar et Isabella, et un certain nombre de figurants. Comme dans le roman, le film commence avec la rencontre en Mr Lockwood et Heathcliff, et pour aller plus vite, Mr Lockwood passe directement la nuit aux Hauts, car la tempête fait rage et il ne peut pas repartir pour Thrushcross Grange. Il entend Cathy appeler dans les landes, et, terrifié, en informe Heathcliff, qui le jette hors de la chambre. Mr Lockwood retourne alors au salon, où Nelly lui raconte l’histoire de Cathy. On a donc une voix-off à certains moments. On part alors dans le passé, au jour où Mr Earnshaw ramène Heathcliff de Liverpool, puis l’histoire se déroule.
 
Ce n’est pas très fidèle au roman, mais ce n’est pas trop mal pensé au niveau du scénario. Certaines répliques sont directement tirées du roman, ce qui m’a plu. On a également quelques techniques qu’on retrouve souvent au théâtre, comme le quiproquo (on entend jamais la bonne partie d’une conversation), qui font de bons ressorts dans le film. L’histoire a été modifiée de manière à ce que le récit de Nelly s’achève à la mort de Cathy. Après ça, retour au présent, et la fin du film nous laisse sur des « retrouvailles » entre elle et Heathcliff, je ne vous en dis pas plus. Les seules choses qui ont été changées par rapport au roman et qui m’ont vraiment déplu, c’est ce qui touche à la maison des Linton, Thrushcross Grange. C’est trop beau, on y est trop raffiné (on ne se voit plus du tout perdus au milieu des landes ni isolés du monde de ce fait), et de grandes fêtes avec de belles dames et de beaux messieurs y sont tenues. Il n’y a rien de tout ça dans le roman, et je pense que c’est parce que les Linton, au final, ne valent pas beaucoup mieux que les Earnshaw.
 
Par contre, j’ai trouvé que la passion entre Heathcliff et Cathy est très bien rendue. J’ai beaucoup aimé les passages où ils sont enfants ou encore jeunes. Leur affection est sincère et profonde, leurs jeux sont touchants, et ça rompt bien avec la noirceur d’Heathcliff qui promet rapidement de faire payer tout le mal qu’on lui fait. La déchéance d’Hindley est peut-être un peu trop brutale, et on a vraiment envie de le détester car dans le film il ne dispose d’aucune circonstance atténuante. Le personnage de Joseph ne revêt aucun intérêt. J’ai beaucoup aimé Mr Earnshaw par contre, dont on voit vraiment qu’il est un homme bon, et à quel point c’est dommage qu’il meure. J’ai aimé voir combien Heathcliff est affecté par son décès.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/WH4.png  
Les acteurs m’ont beaucoup plu, ils correspondent bien à l’idée que je me fais des personnages (même si je sais parfaitement que Laurence Olivier ne sera pas mon Heathcliff préféré, vu les autres acteurs qui l’ont incarné...). Nelly a été vieillie (elle n’est pas d’âge avec Hindley, au contraire elle s’occupe déjà de lui et de sa sœur avant l’arrivée d’Heathcliff) mais ses rapports avec la famille sont quasiment intacts, ainsi que son caractère. Le duo Laurence Olivier/Merle Oberon marche bien à mon avis, on comprend bien la nature de leurs rapports et de leurs caractères respectifs (que Cathy est capricieuse !). Une explication à la soudaine fortune d’Heathcliff est intégrée au film, elle n’est pas plus bête qu’une autre et colle bien avec d’autres éléments du film. J’ai beaucoup aimé également l’actrice qui incarne Isabella Linton, Geraldine Fitzgerald. Le passage de sa prise de bec avec Cathy était très bon. Je trouve que les actrices de cette époque ont un physique vraiment différent de celles d'aujourd'hui (pas toujours, bien sûr, mais c'est une impression assez tenace), et ce n'est pas désagréable de changer un peu de têtes. Peut-être est-ce le fait qu'elles sont généralement plus rondes, avec des visages "en forme de cœur"... Bref, j'ai bien aimé ça aussi.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/WH5.png

Les décors étaient pas mal, dans l’ensemble le réalisateur a bien réussi à rendre l’aspect désolé des landes et la différence entre les Hauts et Thrushcross Grange (un peu trop même). Les vêtements aussi m’ont plu, en particulier le costume d’équitation d’Isabella, que je me verrais bien porter, héhé.
 
En somme, cette version m’a bien plu, même si elle tranche vraiment dans le livre pour ne garder que l’histoire de base, en laissant de côté des personnages que j’aime beaucoup (Hareton notamment) et un énorme pan de l'intrigue et du propos d'Emily Brontë. Au moins ça donne une version courte qui se laisse regarder rapidement et qui se concentre sur la passion de ces deux héros de la littérature romantique-gothique. Les films d’avant 1960 ont vraiment un sacré charme à mes yeux, je suis bien motivée pour regarder Pride & Prejudice version 1940 maintenant !

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/WH2.jpg
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/WH3.jpg

Mercredi 6 février 2013 à 9:14

Lincoln, encore un film qui était très attendu ! Nous sommes allés le voir rapidement, on était quand même bien curieux et en plus quand ça touche à l’Histoire, ça nous intéresse. La conclusion est : déception…

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/LincolnMovie.jpg

Le film commence en 1865, nous sommes au début du deuxième mandat d’Abraham Lincoln. La guerre de Sécession fait rage depuis presque 4 ans, et le président a décidé de faire adopter le treizième amendement, qui interdira l’esclavage, principale source de clivage entre les Etats du Nord et les Etats du Sud, mais les représentants à la Chambre ne sont pas très motivés, or il faut réunir la majorité des 3/5ème pour que l’amendement soit retenu. Le film tourne donc autour de ce qu’il s’est passé en janvier et février 1865, les semaines qui ont précédé le vote à la Chambre.
 
Je m’attendais à un film sur le personnage de Lincoln, un vrai biopic. Le film aurait plutôt dû s’appeler « The Thirteenth Amendment ». Au détour d’une phrase, on apprend qu’avant d’être président il a été avocat itinérant, on en apprend un peu sur sa famille, mais tout ça reste très vague et ce n’est clairement pas l’essentiel du film. Son assassinat ne semble avoir aucune importance, on ne voit rien, on ne sait rien à ce propos (pourquoi ? qui ?). Néanmoins, je dois applaudir la performance de Daniel Day-Lewis. Si le film mérite un Oscar, c’est celui du meilleur acteur, et aucun autre. Pour moi, c’est lui Lincoln : le ton de voix, la démarche, l’allure, les cheveux, les vêtements… (évidemment je ne sais pas comment parlait ou marchait Abraham Lincoln, mais je l'imagine comme ça désormais) Je pense que tout est très bien reproduit. De ce que je sais de cet homme, ça me paraît très fidèle. En règle générale, je pense que le film est une belle peinture au niveau des costumes et des décors. Par contre, niveau objectivité, je pense que ce n’est pas tout à fait ça. J’ai vraiment ressenti un courant pro-américain dans ce film, une sorte de propagande dans le genre « regardez ce qu’on est bien comme mecs, on a aboli l’esclavage !! » Il n’est pas du tout mis en avant que, par exemple, un siècle plus tard, l’égalité n’était toujours pas établie entre les personnes noires et les personnes blanches (voir la polémique à la sortie de Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, de Harper Lee). Sans compter qu’aujourd’hui encore, les Etats du Sud restent particulièrement racistes (je ne dis pas que tous les Américains habitant un Etat du Sud sont racistes, mais lisez par exemple 16 Lunes et suivants, on le voit bien). Certes, cet amendement est historique et c’était un beau premier pas, mais voilà, ce n’était que le début, faudrait voir à pas trop se jeter des fleurs.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/lincolnabraham1861.jpg
[Je ne voulais pas mettre une si grande image... Pas grave. La ressemblance est quand même bien là ! Magnifique travail des maquilleurs et de l'acteur.]

Ensuite, je dois bien dire que je me suis pas mal ennuyée. Le film est lent, il ne se passe pas grand-chose, il faut vraiment attendre la toute fin pour avoir un peu de tension. Ça c’était bien fait, car même si je savais bien que l’amendement allait être voté, on suit avec empressement le vote à la Chambre. J’ai aussi été très déçue par la musique, qui n’avait rien d’extraordinaire. Elle sonnait très patriotique, là encore très pro-américaine. John Williams m’a habituée à mieux ! C’est un film pour les Américains, qui tourne un peu le dos aux spectateurs des autres pays. On n’y apprend vraiment pas grand-chose sur l’époque et surtout sur Lincoln. C’est donc pour moi une déception. Ce n’est pas un mauvais film, mais je pense que je ne le reverrai jamais, parce que j’en attendais beaucoup plus. Il y avait beaucoup de potentiel et pourtant Spielberg nous propose un film plat et dénué d’un véritable intérêt.
 

Samedi 8 décembre 2012 à 18:08

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/AnnaKarenina1a.jpg
C’était obligé, je suis allée voir Anna Karénine dès sa sortie, donc mercredi. J’adore ce que fait Joe Wright (il n’y a que The Soloist qui n’a pas su du tout me convaincre) et je suis toujours en admiration devant Keira Knightley (d’ailleurs parfois j’ai l’impression d’être la seule vu le nombre de personnes qui ne l’aiment pas !). En plus, il y avait au casting Michelle Dockery (Mary dans Downton Abbey) et Holliday Grainger (Lucrèce dans la série The Borgias, pas celle de Canal +, l’autre), deux actrices que j’aime beaucoup, et que j’étais contente de voir même si elles tenaient des rôles minimes. Je reprécise que je n’ai pas lu le roman de Léon Tolstoi, que j’en ai l’intention, surtout si je reçois effectivement celui que j’ai commandé avec mes points de fidélité UGC (c’était assez mal expliqué sur le site, donc je ne sais pas si c’est vraiment le roman ou si c’est le livre du film !). Sinon, j’achèterai bientôt la version chez Pocket à 4,90€. Je suis donc partie voir le film sans connaître l’histoire, ni les personnages, ni rien, et par conséquent je ne peux rien dire sur la fidélité au roman (qui ne peut de toute manière se porter que sur les grandes lignes du roman, ses personnages et son ambiance puisque on ne peut pas adapter page pour page un roman qui en compte presque mille en un film de deux heures). A ce sujet, voyez en bas de l'article !

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/AnnaKarenina6.jpg  
Dès le début, wahou quoi ! Joe Wright a fait de cette histoire une Représentation, oui, avec un R majuscule. Les scènes passent des unes aux autres comme se succèdent les décors au théâtre ou à l’opéra, les images et les sons s’entremêlent et montrent au spectateur que dans ce monde de l’aristocratie russe de la fin du XIXème siècle, tout est lié. Quand vous faites partie de ce monde, vous êtes toujours en représentation. Tout ce que vous faites sera vu et su par quelqu’un, même dans votre propre maison. Le monde, donc, n’est jamais qu’une scène de théâtre qui rejoue perpétuellement les mêmes actes, dramatiques ou carrément tragiques. Il y a également, aux moments critiques du film, des « tableaux », tout se fige hormis le ou les personnages centraux, qui évoluent au-delà du lieu où ils se trouvent. Gros gros bonus pour les costumes, coiffures et maquillage, qui sont sublimes. Certains détonnent un peu avec le style de l’époque, mais vu les personnages concernés, je suis certaine que c’était parfaitement voulu. La musique n’est pas aussi belle que dans Orgueil et préjugés, ni aussi originale et bien faite que dans Reviens-moi, et sur ce point Dario Marianelli m’a un peu déçue, j’espérais beaucoup plus de la BO. Néanmoins sa musique ne détonne pas, loin de là, elle colle parfaitement à l’ambiance, elle est très belle et augmente l’impression de drame là où il faut, cependant il lui manque vraiment quelque chose pour nous bluffer. Ça ne m'empêche pas de l'écouter déjà très souvent.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/AnnaKarenina2.jpg  
Le jeu des acteurs est à mon avis juste parfait. Pour avoir vu la plupart des acteurs interpréter d’autres rôles, encore une fois ils avaient complètement investi leur personnage. Je pense à Keira Knightley et à Matthew MacFadyen surtout, et à Jude Law, que je n’arrive décidément pas à reconnaître avec la barbe !!  Je suis pressée de découvrir le roman pour voir si les personnages sont les mêmes. Par exemple, j’ai trouvé le Comte Vronski assez horripilant. Il fait vraiment petit péteux, j’avais envie de lui dire « mais tout est de ta faute, crétin ! » (ou presque tout). Anna, on la condamne mais on la comprend et la pardonne à la fois. La première partie du film est intense, vraiment, pas un temps mort. La seconde moitié ralentit, Anna s’enlise, jusqu’au final, que je voyais venir gros comme une maison (ce type d’histoire finit toujours de la même manière, mais j’adore !).

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/AnnaKarenina5.jpg
En bref, ce film fait partie de ceux que je souhaite avoir en blu-ray à la maison (même pas en DVD, direct en blu-ray !) car je sais que je le reverrai de nombreuses fois et que les images ne méritent rien moins que la HD ! En plus chéri a aimé lui aussi, ce qui n'était pas gagné, il faut le dire. Encore une fois Joe Wright m'a conquise... J'espère que son projet de réadapter La Petite Sirène se fera !
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/AnnaKarenina4.jpg[Le mari d'Anna.]
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/AnnaKarenina3.jpg[Le comte Vronski, l'amant...]
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/AnnaKarenina7.jpg[Le frère d'Anna, qui m'a bien fait rire ! De toute façon, Matthew Macfadyen avec la moustache, ça vaut le détour.]
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/AnnaKarenina8.jpg[Mary, mais qu'est-ce que tu fais là ! Retourne à Downton tout de suite !]

EDIT du 23/10/2013, après lecture du roman et revisionnage du film :
Maintenant que j’ai lu le roman et revu le film, je peux parler de l’aspect adaptation et fidélité à l’œuvre originale. Attention si vous ne connaissez pas l’histoire, je vais faire des spoils.
Il aurait fallu y aller très fort pour me faire cracher sur le travail de Joe Wright, et vraiment je ne suis pas du tout déçue. Certes, le film se concentre beaucoup sur le couple Vronskï/Anna et en comparaison laisse de côté Lévine et Kitty, mais après tout, le roman s’appelle Anna Karénine, pas Constantin Lévine, et personnellement j’ai préféré dans le livre les passages avec Anna à ceux avec Lévine, qui avait fini par me lasser avec son côté mou. Néanmoins, les passages du film consacrés à Kitty et lui sont beaux, notamment celui de la seconde demande, que je trouve super. Dans le livre, ils se parlent en écrivant à la craie sur un tableau, et dans le film, c’est avec des cubes de jeu. La scène est vraiment très belle, et ces deux acteurs sont parfaitement justes dans leur interprétation, le choix du casting est excellent pour eux. J’aurais aimé par contre voir Lévine désemparé lors de l’accouchement de Kitty, c’est dommage que cette scène n’ait pas été gardée. Avoir omis le mariage était une bonne idée par contre, ce passage n'apportant vraiment pas grand-chose d'intéressant même dans le livre.
J’approuve mille fois Keira Knightley en Anna, je retrouve bien l’actrice dans les descriptions du roman. Alexis Karénine est parfaitement joué par Jude Law, même physiquement la ressemblance est frappante ! En revanche, je ne suis pas convaincue par Aaron Taylor-Johnson en Vronskï. Il a provoqué en moi le même type d’aversion que dans le roman, mais quelque chose cloche avec lui. Je ne lui voyais pas du tout cet air-là en fait, si jeune et méprisant. Il peut se comporter gentiment dans le livre, et je n’ai pas cette impression dans le film. C’est vraiment le seul bémol, avec peut-être l’actrice qui incarne Dolly. Elle est décrite comme très abîmée physiquement par ses grossesses successives dans le roman, mais dans le film elle est plutôt belle. Néanmoins, l’actrice l’incarne très bien. Matthew Macfadyen en Stiva est par-fait. Il retranscrit sa bonhommie, son humour, j’adore !
Concernant les coupures opérées, il y en a finalement peu par rapport à la densité du livre. Les scènes écartées sont principalement celles où les personnages principaux tiennent un rôle mineur. Des personnages secondaires, comme le frère aîné de Lévine ou l’amie de Kitty, Varenka, ont été occultés, et vraiment ce n’est pas plus mal. Il y a déjà beaucoup de personnages à assimiler dans le film. On zappe aussi les élections, les discours scientifiques et philosophiques, qui à mon avis ne peuvent pas être repris correctement sans endormir le spectateur. Je verrai comment cet aspect est traité dans les autres adaptations. J’ai vraiment retrouvé l’ambiance du roman, les caractères des personnages et la trame principale. Enfin, l’idée de tourner quasi-intégralement dans un décor de théâtre est absolument excellente et donne de l’ampleur à tout un tas de scènes. Ce film est une réussite.

Vendredi 27 juillet 2012 à 18:29

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/JaneEyre1.jpg
Je vous l’avais dit : j’étais énervée parce que Jane Eyre est sorti aux États-Unis en mars 2011, et qu’il nous a fallu attendre jusqu’à cette semaine pour voir ce film. Je ne trouve pas ça normal. On connait et on apprécie bien mieux cette histoire que les Ricains, mais que voulez-vous. Je n’étais donc pas très motivée pour aller le voir, parce que j’avais l’impression qu’on se foutait un peu de ma gueule. Puis je me suis raisonnée, et je me suis dit que ce serait vraiment bête de boycotter ce genre de film, et en plus j’apprécie vraiment de voir les films au cinéma, même si je suis quasi-systématiquement mal installée (enfin pas assez bien à mon goût). Alors hier matin, j’ai dit hop !, j’y vais. Direction Le Métropole, seul ciné de Lille qui diffuse le film. Autre surprise : vu le casting, je m’attendais quand même à l’UGC ! Ben quoi, Michael Fassbender on le voit partout en ce moment (je n’ai pas vu Prometheus, mais je l’ai bien aimé dans A dangerous method, et je reste très perturbée par Shame, ce qui montre que son jeu était convaincant), Mia Wasikowska (je ne sais pas si j’ai bien orthographié) est de plus en plus connue (bah ouais hein, elle a joué pour Burton, peu importe que le film était naze, ça compte quand même ! Et puis ce n’est pas sa faute à elle si c’était nul. Restless, dans lequel elle a joué aussi, était très bien.), il y avait aussi Judi Dench, et pour moi ma petite Holliday Grainger chérie.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/JaneEyre2.jpg  
Donc un casting qui avait beaucoup pour m’attirer, mais ce qui comptait le plus, c’est qu’il s’agit d’une adaptation d’un roman que j’ai lu il y a quelques mois et que j’ai adoré. Allez voir ici. Le réalisateur a pris parti de faire commencer le film au milieu de l’histoire, lorsque Jane Eyre ne voit pas d’autre solution que de fuir loin de Thornfield (mais ça on ne l’apprend qu’un peu avant la fin). On commence donc dans des paysages désolés, elle marche, il y a du vent, les images sont sublimes. Elle arrive chez les Rivers, puis les flashbacks commencent, de plus en lus long, jusqu’à ce qu’on soit immergé complètement dans l’histoire, avant de revenir à la fuite de Jane. Ce choix n’a pas affecté la fidélité du film à l’histoire et a en plus donné un certain dynamisme : en effet, dès le début on se demande comment elle en est arrivée à frapper à la porte des Rivers, presque morte de froid et de faim. J’ai retrouvé l’histoire presque telle quelle, c’était un vrai bonheur. J’ai vraiment ressenti l’atmosphère du roman. On est triste pour Jane à cause de toutes les misères qu’elle subit, surtout enfant. Puis les passages durant la nuit à Thornfield retranscrivent très bien l’impression gothique et un peu macabre que j’avais eue. Les images, paysages, bâtisses, intérieurs, sont vraiment sublimes. Les costumes également collaient très bien avec l’idée que je m’en faisais. La musique au début est très discrète. Elle nous accompagne dans l’histoire sans se faire remarquer, elle ne détonne pas, puis au fur et à mesure que l’histoire gagne en intensité, un thème poignant apparaît, et s’amplifie avec différentes variations jusqu’à la fin. J’ignorais qui avait composé pour ce film, je suis donc restée au générique de fin pour voir : évidemment, Dario Marianelli, mon chéri, compositeur pour Orgueil et préjugés et Reviens-moi de Joe Wright. Il signe également la musique de Anna Karenina, qui sortira en fin d’année.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/JaneEyre5.jpg

Sur les acteurs, je me suis demandé s’ils étaient américains. Il me semblait que oui, mais sans certitude. En réalité,  Michael Fassbender est irlandais et Mia Wasikowska est, comme son nom ne l’indique pas, australienne. Le réalisateur en revanche est américain. Je n’ai pas entendu dans le film l’accent britannique tellement particulier et que j’aime entendre dans les films de ce genre. Je pense que ça aurait été un pas de plus vers la perfection, mais ça ne gâche pas le film. J’avais peur de la prestation des deux acteurs principaux et j’ai été agréablement surprise. Lui fait un Mr Rochester plus que convaincant, et je me suis même fait la réflexion qu’il ferait un Darcy pas désagréable ! Quant à elle, son physique colle parfaitement, ce n’est ni une beauté ni une laideron, et son jeu m’a paru tout à fait cohérent avec le personnage. Judi Dench, actrice que j’admire de plus en plus, m’a beaucoup plu en Miss Fairfax. J’ai eu envie de frapper Miss Ingram, normal. Le petite actrice qui incarnait Jane enfant m’a paru très bien, elle a même une certaine ressemblance avec l’actrice plus âgée.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/JaneEyre4.jpghttp://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/JaneEyre3.jpg 
 
J’en ai assez dit ou… ? Allez voir ce film, c’est une petite merveille. Vivement que je vois d’autres adaptations ! J’en ai une en mini-série qui date d’il y a quelques années seulement, il faut que je vois ça.

Jeudi 28 juin 2012 à 19:08

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/postermoviebelamiNickOrmerodDeclanDonnellan2012wwwlylybyeblogspotcom.jpg
Alors. C'est avec une certaine appréhension que je suis allée voir Bel Ami, car je gardais un très bon souvenir du livre - sans me rappeler pourquoi puisque l'histoire était très floue dans ma tête. Je faisais confiance à Robert Pattinson, parce que moi je l'aime bien cet acteur. J'ai adoré sa prestation dans Remember me, et je n'en démordrai pas. Par contre je n'aime pas vraiment Uma Thurman et Kristin Scott Thomas. En rentrant j'ai jeté un œil au résumé du roman sur internet, pour avoir tout bien en tête.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Belami2012perioddramafans2793685025601706.jpg[Bien énervant, comme personnage.]

Bel Ami, c'est l'histoire de George Duroy, jeune homme sans le sou qui, grâce à ses relations féminines essentiellement, va gravir les échelons de la société à la fin du XIXème siècle, dans le Paris haussmannien. Pour ce qui est du décor, on voit malheureusement peu les extérieurs, qui sont pourtant très présents dans le livre. Par contre les intérieurs sont très beaux, très soignés, ainsi que les costumes. Les robes de Madeleine Forestier (Uma Thurman) en particulier étaient magnifiques. L'actrice aurait dû vivre à cette époque : les vêtements, les coiffures la subliment. Elle jouait très, très bien, en tout cas elle m'a parfaitement convaincue. Me voilà donc réconciliée avec elle ! Dans l'ensemble, tous les acteurs étaient bons. Comme d'habitude, je me suis extasiée devant Holliday Grainger, qui jouait Suzanne Rousset (apparemment son nom est Walter dans le roman). Elle a vraiment le physique pour jouer les très jeunes filles.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/photoBelAmi201218.jpg [Holliday Grainger, ma petite chérie !]

L'histoire est bien respectée je trouve. Peu de choses ont été mises de côté. Par contre, j'aurais aimé qu'on voit davantage le dénuement dans lequel vivait Bel Ami avant d'être emporté dans le tourbillon mondain. Il est également dépeint comme assez dépendant de ses maîtresses, et peut-être pas assez profiteur. Le film dure 1h45, il aurait mérité quelques développements supplémentaires pour être vraiment excellent. Je pense que les réalisateurs avaient peur d'ennuyer. une autre petite critique : pour les Français, ça fait un peu bizarre de les entendre prononcer, parfois avec un accent à couper au couteau, des mots français. Quelques efforts de prononciation auraient été appréciables je pense. J'aurais aimé que la dernière scène soit effectivement tournée à l'église de la Madeleine, à Paris, et qu'on voit le bâtiment au sortir des époux. Et surtout, je regrette la musique. Trop banale, pas vraiment recherchée, toujours le même thème. Une vraie bonne BO aurait pu porter le film, l'élever même.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/belami2012188781525633330.jpg http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/BelAmi01.jpghttp://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/belami201218878634704666.jpg
Cela dit, je ne me suis pas ennuyée, j'ai beaucoup aimé, je le conseille même, et le reverrai dans quelques temps avec plaisir car j'ai trouvé que c'était une bonne adaptation, restituant bien l'esprit du livre, la vision quelque peu cynique de Maupassant sur son personnage et sur la société parisienne de l'époque.

Lundi 28 mai 2012 à 19:05

D'abord, sachez que demain je passe mon premier oral (sur quatre) et que j'ai les pépètes, même si le prof est sympa. Ensuite, je tiens à remercier du fond du cœur Dawn pour son concours, le sort m'a été favorable cette fois ! Il faut aussi que je vous dise que j'ai bien essayé d'éviter de jeter un œil au programme des Imaginales. Vraiment, parce que je savais que cette année ce ne serait pas possible. Mais j'ai craqué, et je regrette, parce que maintenant j'ai envie d'arracher la tête de tous les chanceux qui vont pouvoir s'y rendre. Mais 140€ d'essence pour l'aller-retour, dix heures de route en tout, sur une journée, ce n'est pas possible. Et pour me dégoûter encore plus, voilà les auteurs que j'aurai voulu voir et de qui j'aurais essayé d'avoir une dédicace : Stéphane Beauverger (j'aurais acheté Le Déchronologue), Pierre Bordage (j'aurais acheté le premier tome de L'enjomineur), Mireille Calmel (j'aurais peut-être acheté le premier tome de Lady Pirate, ou un autre), Jean-Philippe Jaworski (j'aurais apporté mon Janua Vera d'amour, et j'aurais acheté Gagner la guerre), Erik L'Homme (j'aurais apporté mon premier tome du Livre des Étoiles l'un des romans de mon adolescence), Olivier Peru (j'aurais acheté Druide) et Bernard Werber (ne possédant pas Les Thanatonautes, je pense que je serai venue avec L'arbre des possibles). L'année prochaine j'espère vraiment pouvoir y aller... Enfin, hier soir je suis allée au cinéma, et c'était une bien bonne idée.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/moonrisekingdomaffiche.jpg

Résumé Allociné : "Sur une île au large de la Nouvelle-Angleterre, au cœur de l’été 1965, Suzy et Sam, douze ans, tombent amoureux, concluent un pacte secret et s’enfuient ensemble. Alors que chacun se mobilise pour les retrouver, une violente tempête s’approche des côtes et va bouleverser davantage encore la vie de la communauté." Ce résumé est pourri, mais tous les synopsis de ce film le sont, car aucun ne parvient à en donner la réelle mesure, tous sont trop réducteurs. Et j'ai bien l'impression que ma chronique va avoir le même défaut. En fait, Sam est chez les Scouts, mais comme il est un peu différent, les autres garçons ne l'apprécient pas beaucoup. Quant à Suzy, elle est encore plus différente si je puis dire, et ne se sent pas à place dans sa famille, entre ses parents et trois petits garçons. Mais quand Sam va démissionner des scouts et s'enfuir, puis Suzy fuguer, toute l'île va être en ébullition. Le chef scout et le capitaine vont partir à leur recherche, ainsi que tous les petits scouts. Avec tout leur harnachement, nos deux jeunes héros vont parcourir l'île ensemble, apprendre à se connaître en face à face, vivre leurs premiers émois, découvrir aussi bien l'amour que l'amitié sincère. Sam est ingénieux, il a bien retenu toutes ses leçons de scoutisme. Quant à Suzy, elle m'a vraiment foutu une claque. Je ne sais pas pourquoi. Elle se barre avec un petit sac en osier en bandoulière dans lequel s'agit le plus mignon de tous les chatons, une valise jaune à la main couverte de livres qu'elle adore, un petit sac à main à motif écossais et ses jumelles autour du cou. Elle rêve, elle aime la magie. Je m'en suis sentie proche, et très loin à la fois.
Malgré que la bande-annonce et l'affiche mette plutôt en avant les acteurs connus du casting, ce sont bien les enfants que l'on suit le plus et qui m'ont davantage plu. Le rôle de Tilda Swinton n'était pas très intéressant, contrairement aux autres adultes. Je n'aime pas fort cette actrice, mais il faut que je vois d'autres de ses films, notamment We need to talk about Kevin.J'ai complètement adoré la maison des parents de Suzy, je veux la même. Je veux également vivre sur la même île, c'est tout simplement magnifique (en plus il y avait des Indiens qui y vivaient auparavant !). Les plans sont toujours intéressants, et visuellement magnifiques. En soi, il ne se passe pas grand-chose, à part quelques scènes, et pourtant je ne me suis pas ennuyée une seconde, j'étais captivée et je ne voulais pas voir la fin arriver. On rit pas al, on sourit encore plus, avec tendresse pour ma part. C'est léger, et légèrement loufoque. Et pour une fois j'ai vraiment apprécié la musique d'Alexandre Desplat. Je commençais sérieusement à en avoir marre de la voir composer pour plein de films et faire toujours du fade. Là, ses thèmes collent au film et y apportent un bon soutien. J'ai donc bien découvert le cinéma de Wes Anderson, j'espère que d'autres de ses films me plairont autant. En somme, ce film fut une excellente surprise que je n'osais pas attendre. Si tous les films pouvaient me surprendre aussi agréablement, ce serait génial ! Mon seul regret ? Que pour une fois, ce ne soit pas adapté d'un livre, sinon j'aurais pu faire durer le plaisir !

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/MoonrisekingdomWesAnderson.jpg
Fiche :
Moonrise Kingdom de Wes Anderson
Sorti en France le 16 mai 2012
Avec notamment Jared Gilman, Kara Hayward, Bruce Willis, Edward Norton, Bill Murray, Frances McDormand, Tilda Swinton
Musique d'Alexandre Desplat

Bande-annonce VOST :

Vendredi 27 avril 2012 à 14:56

Avant d'entrer dans le vif du sujet du jour, je voudrais vous remercier de me suivre, tous les jours, même quand je ne fais pas d'article ou que l'article n'est pas très pas passionnant. Merci aussi à ceux qui ont bien voulu cliquer sur "j'aime", ça me fait des petits guilis au ventre chaque fois que je vois un "j'aime" de plus. Ce n'est pas grand-chose, ce n'est même pas nécessaire pour faire tourner le blog, mais j'apprécie votre intérêt (mot que j'utilise énormément en ce moment !) et c'est bien pratique pour moi d'avoir un endroit où je peux mettre vite fait une petite information sur le blog ou poser une question. J'espère que ce fonctionnement va se pérenniser ! À part ça, mes lectures avancent doucement et sûrement, et j'en suis ravie. Je retrouve avec plaisir Charlaine Harris pour une autre de ses sagas (que je vais devoir m'acheter je le sens) qui me détend bien entre deux révisions et j'en apprends chaque jour plus sur l'une de mes auteures préférées avec la biographie de Jane Austen ! Que demander de plus si ce n'est de vraies vacances pour lire encore plus ?

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/atonement.jpg
Mais je n'ai pas fait que lire hier soir. J'ai également regardé un film magnifique dont je ne me lasse pas. En France, il est intitulé Reviens-moi, alors que son titre original est Atonement, ce qui signifie expiation. La traduction française du roman dont il est tiré a gardé Expiation, mais c'est vrai que ça ne faisait pas très accrocheur pour un film. L'histoire commence à l'été 1935, il fait une chaleur étouffante. Cecilia, Cee pour les intimes, et sa petite sœur Briony attendent l'arrivée de leur frère Leon et de son ami Marshall. Briony a treize ans, c'est une enfant pleine d'imagination, vive et intelligente, mais qui va commettre une terrible erreur. Elle va assister de la fenêtre de sa chambre à une scène qu'elle ne va pas comprendre, entre Cee et Robbie, le fils d'une domestique de la maison. Le soir même, une chose terrible se produit, et Briony va accuser Robbie d'en être l'auteur. Il va être envoyé en prison, et avec l'arrivée de la guerre, sur le front en France. Pour tenir, il ne va penser qu'une chose : Cecilia...

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Atonement1.jpg
Je me souviens très bien de la première fois où j'ai vu ce film. J'étais encore au lycée, et je n'avais pas pu aller le voir au cinéma, mais je désirais absolument le regarder, car j'avais vu peu de temps avant un autre film de Joe Wright que j'avais adoré (dont je vous parlerai bientôt j'espère). Je réussis à le télécharger (pas bien, mais j'étais vraiment fière de moi, parce que je ne suis pas douée avec l'informatique et tout ça), mais catastrophe, seulement en VO. Même si j'avais des bonnes notes en anglais, je le comprenais encore très mal. Vaille que vaille, j'ai mis mes écouteurs sur le pc et j'ai écouté attentivement, essayant de suivre le film. Et j'avais tout compris, enfin l'essentiel du moins. J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps à la fin. Vous l'aurez peut-être compris, mes films préférés sont souvent ceux qui me font le plus pleurer.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/atonement460.jpg
Pourquoi j'adore ? Pour les acteurs tout d'abord. Keira Kngithley, belle comme le jour, livre encore une fois une magnifique performance. James McAvoy est très touchant, et très mignon aussi... Les trois actrices qui incarnent Briony (à 13 ans, à 18 ans, et devenue une femme âgée) sont toutes les trois époustouflantes, en particulier la plus petite, Saoirse Ronan. C'est dans ce film que je l'ai découverte, et depuis je suis sa carrière de près, je a trouve fantastique, et elle a de ces yeux... Romola Garai, je la connais aussi pour avoir joué Emma dans une adaptation du roman éponyme de Jane Austen récente de la BBC. J'aime aussi pouvoir détester deux personnages dans le film, dont je ne parle pas pour ne pas vous spoiler. Mais vraiment, j'adore les haïr et les traiter de tous les noms en mon for intérieur ! Ensuite j'adore la musique. Dario Marianelli est un fantastique compositeur, j'adore ce qu'il fait. La musique est vraiment un personnage du film, elle accompagne les autres personnages et les moments-clé. Il n'y a qu'à voir le début, avec la machine à écrire qui devient un instrument... Joe Wright a également fait un travail extraordinaire au tournage et au montage. Les retours en arrière, les flash-back, les plans sont extrêmement bien choisis. Certaines scènes sont comme saccadées, et je trouve que ça donne au film une grande force. Mon frère m'a offert le DVD à Noël il y a deux ans (ou plus même, je ne sais plus...) et j'ai visionné récemment les quelques bonus qu'il contenait. Il y avait des scènes coupées, avec les explications du réalisateur sur la raison de ces abandons. J'ai été impressionnée par ce jeune réalisateur (ce n'était que son deuxième film !) qui travaille avec tant de précision et fait des choix aussi parfaits (hum, mon avis n'est plus très objectif). Son prochain film, Anna Karenina, est une adaptation de Tolstoï qui réunira Keira Knightley et Jude Law. Il a aussi en projet une nouvelle adaptation du conte d'Andersen La Petite Sirène, j'ai vraiment hâte de voir ça !
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/14.jpg[L'évolution du personnage de Briony est très intéressante, le passage quand elle est âgée me fend le cœur...]

Quelques mots sur le livre pour finir. Je l'ai lu aussi, je l'avais acheté peu après avoir vu le film. Je l'avais bien aimé, mais j'y avais trouvé quelques longueurs qui ne sont pas dans le film. Je le relirai avec plaisir dans quelques temps ! Connaissez-vous d'autres bons bouquins de cet auteur, Ian McEwan ? J'aimerais lire autre chose de lui mais je ne sais pas quoi choisir.
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/200801111520011.jpg[Oh, cette robe... Et le passage dans la bibliothèque...]

Fiche :
Atonement de Joe Wright
Sorti en France le 9 janvier 2008
Avec notamment Keira Knightley, James McAvoy, Saorise Ronan, Romola Garai
Musique de Dario Marianelli

Bande-annonce VO :

Samedi 14 avril 2012 à 17:41

Pfiou. J'ai fini le cas pratique en PEDH qui est à rendre lundi. Il reste encore quelques trucs techniques à revoir, mais dans l'ensemble c'est terminé ! De ce fait je n'ai plus rien envie de faire du tout niveau boulot... Je devrais pourtant commencer à réviser, les examens arrivent dans un petit peu plus d'un mois. 3 écrits, 4 oraux, pis voilà. Le week-end prochain je rentre chez mes parents, et je vais voter pour la première fois aux présidentielles. Je trouve ça important, mais je n'entrerai ici dans aucun débat.
J'ai commencé Côté face, et je suis déjà bien emballée ! J'ai choisi celui-là parce que Mlle.Moon souhaite le découvrir aussi, donc je lui enverrai quand j'en aurai terminé la lecture. La date de la treizième rencontre du club de lecture a été décidée, j'ai hâte ! Et j'ai réédité l'article du jeu raté, pour qu'il y ait quand même les réponses, pour ceux que ça intéresse. C'est ici. Je l'avais dit, je l'ai ait : je suis allée découvrir Le Roi Lion au cinéma et en 3D.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/141862.jpg
J'étais particulièrement curieuse de voir ce que pouvait donner la 3D sur du dessin, ce qu'on ressent à voir un tel classique sur écran géant. Bah c'est très chouette. La 3D rendait bien, les couleurs étaient sublimes, les images merveilleuses, comme sorties de rêves d'enfant. Le seul bémol persistant avec la 3D, c'est que les images sont saccadées quand ça bouge trop vite, il y a un manque de fluidité. Je crois que quelqu'un m'a expliqué que ça a un rapport avec le nombre d'image/seconde. À 24 images/seconde, ce qui est la norme, c'est insuffisant.  Mais avec les nouvelles caméras et les nouvelles techniques, il faut s'attendre à voir une nette amélioration à ce sujet, et notamment avec Bilbo, qui est tourné en 48 images/seconde. Enfin si j'ai bien tout compris.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/soleil.png http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/84109608830c11e1b3f84d7d21e91c14493x328.jpghttp://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/roilion.jpg
Tout le monde connaît l'histoire, je ne vais pas vous faire l'offense de vous la rappeler. C'est l'une des plus belles que Disney ait créées, et l'une des plus parfaites aussi. Il y a tout : l'amour, l'amitié, l'aventure, la mort, l'humour, tout. J'ai pleuré, et j'ai ri. Surtout ri. Je ne me rappelais pas ce passage au début, après que les hyènes ont été mises en déroute par Mufasa (Jean Reno !), elles sont dans leur repaire et y'en a une qui se donne des frissons quand l'autre dit "Mufasa !". La troisième est morte de rire. J'ai essayé de vous trouver le passage sur Youtube parce que j'explique très mal mais il n'y a pas ce que je veux. J'espère que vous voyez quand même de quoi je parle ! Bref. Le traitement des images est vraiment réussi, j'étais soufflée, encore plus au début, quand la musique commence, avec le soleil qui se lève et tout... Wahou ! L'histoire est tellement belel et complète qu'elle aurait pu donner lieu à un excellent film, mais c'est là le tour de force de Disney : toucher les adultes et les enfants, de tous âges et de tous milieux. Je ne vois même pas quoi dire de plus. C'est l'un de mes Disney préférés, et je pense que personne ne me contredira si j'affirme que c'est également l'un des meilleurs ! Allez le revoir si vous le pouvez, c'est un vrai bonheur !

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/ROILION3DPHOTO3.jpghttp://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/SimbaNalaSnuggle.jpg
Et ce qu'il faut savoir aussi, c'est que comme les Américains qui sont retournés le voir, une surprise nous attend avant le début du film... Un court-métrage Le Mariage de Raiponce ! (Tangled Ever After en anglais) On y retrouve tous les personnages du long-métrage et encore plein de gags ! (Comment faire un article qui paraîtra long en mettant plein d'images alors qu'en fin de compte on n'a rien de précis à dire.)

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/TangledEverAfter.jpg http://geektyrant.com/storage/2011-post-images/tangled%20ever%20after.png?__SQUARESPACE_CACHEVERSION=1325871922849 
Fiche :
Le Roi Lion de Roger Allers et Rob Minkoff
Sorti en France le 23 novembre 1994, ressorti le 11 avril 2012
Musique et chansons de Hans Zimmer, Tim Rice et Elton John

Bande-annonce :

Mercredi 11 avril 2012 à 21:03

Bon, les p'tits gars, voilà le topo : vous n'avez pas été très nombreux à répondre aux sondages, mais suffisamment j'espère pour que je me fasse une idée. Je garde les habillages actuels, en laissant le vainqueur "Brave" en premier. La page Facebook, y'a une toute petite majorité contre. Pour l'instant je ne vais pas le faire pour la principale raison que je ne pense pas prendre le temps de la tenir à jour, et dans ce cas, quelle utilité ? La page de présentation vous êtes majoritairement pour, alors je vais y réfléchir un peu plus. Ça me permettra de supprimer le module "Dernières nouvelles" et de mettre un peu d'ordre dans mon fouilli. En même temps, j'ai un peu peur que ça enlève son côté personnel au blog, qu'en pensez-vous ? La musique je la laisse, elle n'est plus en autoplay de toute façon et puis si vous n'aimez pas trop, il suffit de ne pas appuyer sur play.
J'ai laissé le jeu un moment, mais toujours pas de volontaires ! Je fais quoi ? J'abandonne le concept, je fais des jeux plus faciles, je donne les solutions ou je mets ce raté aux oubliettes ? Et j'ai encore besoin de votre aide, pour ma prochaine lecture. J'hésite entre plusieurs bouquins.
 
- Le tome 3 de L'Héritage de Christopher Paolini puisque j'ai le 2 en cours et que ça ne se passe pas trop mal et qu'il faut toujours que je le rende à qui me l'a prêté.
- Côté face de Anne Denier que j'ai reçu il y a deux semaines et que je suis très curieuse de découvrir.
- Northanger Abbey de Jane Austen parce que ses romans me manquent.
- La catin de Iny Lorentz qui serait une relecture, parce que je projette de bientôt lire la suite que j'ai acheté il y a au moins 6 mois déjà.
- Les Piliers de la Terre, de Ken Follett, que j'ai commencé il y a trois mois au moins et que j'ai dû abandonner contre mon gré.
 
Sauvez-moi de tous ces livres, comment vais-je m'en sortir ??? Dis-je alors que c'est quand même un vrai bonheur. Vous avez vu ? Ma PAL... Elle est pleine de 156 ouvrages. Ahem. Sans compter la wishlist (enfin les) et les bouquins de chéri qui côtoient les miens et qui m'intéressent aussi.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/TheDuchess1-copie-1.jpg
 http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/TheDuchess3-copie-1.jpg  
Trêve de bavasseries, j'ai décidé, comme ça, de vous parler d'un film que j'aime beaucoup et que j'ai revu récemment puisque je me suis offert le DVD : The Duchess. Au début du film, Georgiana Spencer épouse William Cavendish, duc de Devonshire. Nous sommes en 1774. Le Parti Whig (les Libéraux), dans l'opposition (si je ne dis pas de bêtises), est soutenue par le duc. En même temps qu'elle fait ses premiers grands pas - remarqués - dans le monde, elle est confrontée à la réalité de son mariage : il faut qu'elle donne un héritier au duc. Ce film retrace la vie de Georgiana (lointaine ancêtre de Diana mais je ne trouve pas ça très intéressant) depuis son mariage jusqu'en 1792.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/TheDuchess6.jpg
 
Sa vie fut passionnante car elle était une femme au XVIIIème siècle, une femme qui usait de sa beauté et de ses charmes pour influer sur la politique. Elle fascina des foules et fut une figure de la mode. Sa vie privée était tout aussi compliquée. Et ce film retrace très bien tout ça, souvent avec des images et des musiques sublimes, et quelques grands moments d'émotion (pour moi tout du moins, j'avais beaucoup pleuré au cinéma). Le mieux, c'est qu'on y retrouve trois acteurs que j'adore, plus un que je commence à voir assez fréquemment et qui n'est pas déplaisant dans son jeu. Keira Knightley incarne la duchesse, et je la trouve parfaite. Jeune, belle, avec une vraie présence. Je sais que beaucoup ne l'apprécient pas, moi j'adore ! Le duc est joué par Ralph Fiennes, acteur absolument incroyable, là encore il prouve sa capacité à se fondre dans tous les rôles. Ensuite, il y a Bess, Lady Elizabeth Foster, incarnée par Hayley Atwell que j'ai par la suite vue dans Les Piliers de la Terre. J'aime beaucoup son jeu et généralement les personnages qu'elle interprète. Et pis elle est choupi ! Enfin il y a Dominic Cooper, vu récemment dans My Week with Marilyn et dans Sense and sensibility de la BBC en Willoughby. Et j'allais oublier Charlotte Rampling, qui joue la mère de Georgiana. J'aime beaucoup la musique qui est de Rachel Portman, que je ne connais pas du tout en dehors de ce film. Je devrais bientôt découvrir d'autres de ses compositions dans Bel-Ami et dans Un jour que je dois regarder bientôt. C'est un film historique et dramatique, tout ce qu'il me faut. Si vous aimez ce genre, n'hésitez pas ! Je précise enfin qu'il est adapté d'une biographie de Georgiana par Amanda Foreman qui a été traduit en France. Je vous mets d'autres photos ainsi que des tableaux de la duchesse après la fiche et la BA.
 
Fiche :
The Duchess de Saul Dibb
Sorti en France le 12 novembre 2008
Avec notamment Keira Knightley, Ralph Fiennes, Hayley Atwell, Charlotte Rampling, Dominic Cooper
Musique de Rachel Portman
 
Bande-annonce :
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/TheDuchess4.jpghttp://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/TheDuchess8.jpghttp://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/TheDuchess2.jpg

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Personnages/DuchessofDevonshirebyJoshuaReynolds.jpg http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Personnages/DuchessofDevonshirebyThomasGainsborough-copie-1.jpg

Mardi 10 avril 2012 à 12:31

J'ai décidé de faire un article sur Titanic après tout. Sur ma p'tite vie en ce moment, je n'ai pas grand-chose à dire. Toujours peu de motivation pour bosser, j'espère que je vais bientôt reprendre du poil de la bête parce que les examens approchent rapidement. J'ai un peu avancé dans mon cas pratique en PEDH mais j'ai l'impression d'avoir fait de la merde. Et évidemment, je n'ai pas commencé à réviser. Par contre j'ai bien avancé dans la lecture du livre prêté par mon professeur d'histoire de la justice, et également dans L'Aîné. J'ai hâte d'en avoir fini pour passer à d'autres lectures. Bon allez, sans plus tergiverser, je vous parle de ce film.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/titanic3d2012salleddecinemecinema.jpg
D'abord, pourquoi suis-je allée le voir ? Je ne l'ai pas vu à sa sortie en 1998, j'étais trop petite. Je l'ai vu quand mes parents ont acheté la cassette, et je n'avais pas aimé. En même temps, 3h de film à mon âge, si c'était pas un Disney c'était mort ! Et puis je l'ai vu plus grande, au lycée je crois. Et là, badaboum, coup de cœur. Si vous me pardonnez le jeu de mot pourri, je ne connaissais que le face immergée de l'iceberg, du film : je ne connaissais que l'histoire d'amour dramatique, le gars qui meurt à la fin. En regardant le film avec des yeux plus adultes, j'ai vu qu'il est infiniment plus que ça. Et donc je voulais le voir au ciné. Et j'ai rapidement compris son succès, ses millions d'entrée. J'ai décidé d'arrêter de me moquer de ma mère. J'vous raconte : mon beau-père l'avait emmenée le voir, puis ils devaient aller au restau. Le film se termine, évidemment elle est en larmes, ils sortent du cinéma, ils montent en voiture, ils arrivent au restaurant, ils commandent, l'entrée arrive, et elle pleurait toujours. Elle ne s'est calmée qu'à ce moment. Mais sur un grand écran, dans une salle pleine d'un silence religieux, happé par l'histoire, et sans savoir comment cette histoire va s'achever (oui on sait que le bateau coule, mais on ne sait pas dans quelles conditions atroces pour les passagers !), je comprends complètement qu'elle ait été aussi bouleversée. Je l'aurais été encore bien plus. Déjà que j'avais mis un sacré bout de temps à me remettre de Lovely Bones, pour Titanic ça aurait été pire.
La 3D m'embêtait un peu évidemment. À part sur Avatar et quelques bons films d'animation, elle est catastrophique la plupart du temps, et ça fait mal aux yeux, ça fatigue. Je ne regrette pas vraiment finalement. Elle n'est pas parfaite, notamment dans les scènes où la caméra bouge un peu et pour les objets sur le côté de l'écran, mais sinon c'était très beau grâce au travail de remasterisation fait sur les images et le son. Chaque fois que Kate Winslet apparaissait à l'écran, je me disais "qu'est-ce qu'elle est belle !" encore plus que d'habitude. Le fait de voir ce film au cinéma vous perd complètement. On est dedans, c'est tout. Même mon chéri, qui n'est pas un fan du film, était vraiment pris dans l'histoire. Évidemment je n'ai pas vu les 3h passer. Je n'ai pas trop pleuré parce que je le connais par cœur, même si j'ai toujours des larmes qui coulent à la fin, lorsque Rose âgée dit que Jack l'a sauvée de toutes les manières possibles et qu'il n'existe plus que dans sa mémoire, et qu'on voit la scène de fin où ils auraient pu être tellement heureux ensemble.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Titanic.jpg
Bien sûr l'histoire d'amour me transporte, mais il n'y a pas que ça. La longue vie de Rose, et toutes les choses qu'elle a faite en s'affranchissant du monde où elle était née montrent qu'on peut changer, et qu'on est tous maître de notre vie. Malgré la profonde douleur qui a dû l'accabler, elle a continué, et ça c'est un magnifique message pour toutes les personnes qui ont perdu un être cher. Il y a également tout l'aspect catastrophe qui est très fort en émotions. Les êtres humains devraient s'entraider dans ce genre de situation, mais ils redeviennent des animaux quand leur peau est en jeu. Chaque fois je me pose la question ; qu'aurais-je fait à leur place ? Aurais-je su rester calme, aider du mieux que je peux les autres autour de moi ? Certains personnages sont odieux et me mettent en rage. Mr Ismay, qui a eu l'idée de construire ce paquebot, est un vrai bâtard. Caledon Hockley aussi bien sûr, qui réussit à monter dans un canot en se faisant passer pour le père d'une petite fille perdue. Et pourtant, il s'en sort. Mais Mr Andrews, qui s'en veut de l'avoir écouté en ne faisant installer que la moitié des canots nécessaires à tous les passagers, reste sur la paquebot jusqu'à la fin et meurt noyé, ainsi que le commandant, affligé d'avoir écouté Mr Ismay en poussant les moteurs au point que le Titanic, trop lourd, n'a pu évité l'iceberg. Molly aussi fait de son mieux, elle insiste pour que le canot où elle se trouve retourne près des naufragés et les aide, mais on refuse de l'écouter. Beaucoup d'images sont dures mais il n'y a pas de scènes gore comme on en voit dans d'autres films sur les mêmes types de sujet. Il y a ce couple âgé réfugié sur son lit qui attend la mort, cette maman qui raconte une histoire du folklore irlandais à ses enfants pour qu'ils ne paniquent pas alors que le bateau sombre et qu'ils ne pouvaient monter dans les canots parce qu'ils sont de la 3e classe. Et cette mère dans l'eau si froide, avec son bébé mort entre ses bras, quand le canot revient. Comment ne pas être retourné par tout ça ? Moi c'est tous cet aspect-là qui me bouleverse le plus. Je me mets à la place des amants aussi, parce que je peux imaginer la douleur que ce serait de perdre mon chéri, encore plus de cette manière.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/titanic3d.jpg
La musique, dans ce film, est également somptueuse (en dehors de la chanson de Céline Dion, qui est effectivement assez énervante, mais heureusement elle ne figure qu'au générique). J'adore tout particulièrement les morceaux joyeux, notamment la danse irlandaise en 3e classe. L'histoire, les images, la musique... Tout est parfait. Petit bémol : quelques passages romantiques qui peuvent paraître gnangnan, mais ça ne me dérange pas. Effectivement vu de l'extérieur, c'est bof, mais quand on est l'une des personnes du couple on dit ce genre de choses, ça arrive, parce qu'on les pense, sans se rendre compte qu'on est ridicule. Je trouve ces scènes d'autant plus fortes et réelles que leur histoire va être coupée court par la naufrage.
Cette catastrophe a entraîné des changements important dans le droit international maritime pour empêcher que ça ne se reproduise. Je vais aller voir une conférence sur le RMS Titanic mercredi prochain qui traitera cet aspect, je vous en parlerai peut-être. Je comprends que cette histoire ne passionne pas tout le monde, et que certains n'aiment pas le film, mais il faut reconnaître qu'il a mérité tous ses Oscars et sa ressortie, pour tous ceux qui ne l'avaient pas vu en 1998.

Fiche :
Titanic, de James Cameron
Sorti le 7 janvier 1998 en France et ressorti le 4 avril 2012
Avec notamment Kate Winslet, Leonardo DiCaprio
Musique de James Horner

Bande-annonce :

<< Je l'ai dit après... | 1 | 2 | 3 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast