sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Samedi 31 décembre 2011 à 11:47

Bon, je suis très légèrement dépitée. En fait non, je suis complètement énervée contre moi-même. Commençant à déprimer à cause des révisions qui rendent mes journées fatigantes (alors que je ne bouge pas), irritantes (toujours revoir la même chose) et monotones (bah oui mes journées se déroulent de façon identique), hier je me suis dit que j'allais faire un tour en ville, pour acheter deux-trois petits trucs. J'avais fait une longue liste, mais je me disais que je n'achèterais que quelques petites choses. Au début, tout se passait très bien : le vendeur à la fnac était super gentil, il était calé sur tout ce que je lui demandais (coffrets Harry Potter et Jane Austen) et il m'a commandé le blu-ray que je venais chercher en priorité. Je passe côté multimédia, et là paf ! Une belle petite somme s'envole entre une clé USB 16Go et un album photo. Bon, pas grave si je n'avais pas continué par Little extra (belle théière, mais je n'en avais pas besoin !), Sephora (deux vernis) et enfin le Furet, où je ne peux pas entrer sans ressortir en ayant acheté quelque chose. Bref, j'ai fait flambé le porte-monnaie et ça me dégoûte, ça ne me ressemble pas d'acheter compulsivement comme ça sans compter, surtout que j'ai bien d'autres choses plus importantes à acheter pour le nouvel appart'... Je suis donc encore plus déprimée.

De plus, entre les révisions et s'occuper de l'appartement, mes lectures n'avancent pas beaucoup, et ça me peine parce que j'ai envie de lire plein de choses en ce moment. J'ai tellement hâte que les examens soient passés, et en même temps je ne peux pas me permettre de me foirer. Vivement le 18. Heureusement que lire Harry Potter me détend, et je commence à bien apprécier Bilbo. Quant aux Piliers de la Terre, c'est vraiment chouette, mais ça me désespère un peu car j'ai l'impression de ne pas avancer. Je vous ai dit tout ça mais je n'ai même pas encore parlé du sujet de mon article, le film Un Monstre à Paris.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/UnMonstreaParis1.jpg
A Paris, en 1910, la pluie avait été telle que la Seine en était sortie de son lit, et une partie de la ville, la Tour Eiffel y compris, avait les pieds dans l'eau. Lucille est "l'ange de Montmartre", une chanteuse très talentueuse. Mais une nuit, un étrange et terrifiant monstre commence à rôder dans Paris, bientôt poursuivi avec acharnement par le préfet Maynott. Ce film m'a fait penser à un conte, dans un genre très doux (parce qu'en réalité les contes sont généralement assez violents au fond...), c'était presque féerique, mais sans les fées. Comme si regarder ce film, c'est s'enrouler dans sa couette préférée. Les images sont très jolies, avec souvent des couleurs pastels, même si leur qualité n'atteint pas celle des Pixar ou de certains Dreamworks, mais ça ne gâche en rien le film, au contraire, ça apporte une simplicité qui a du bon, une sorte d'intimité. D'ailleurs, c'était peut-être voulu, car le réalisateur a travaillé chez Dreamworks, sans doute aurait-il pu faire des images de synthèse extraordinaire, mais ça correspondrait mal avec l'esprit du film. La musique est excellente, je vous conseille la BO, et comme le film elle est agréable à tous les âges.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/UnMonstreaParis3.jpg
Les personnages (hormis le préfet bien sûr) sont tous mignons (j'aime beaucoup le petit, Emile si je me rappelle bien), mais sans être puérils. Le casting des voix est très sympathique. L'histoire est prévisible, dans son déroulement, dans sa fin, mais ça ne m'a pas du tout empêchée d'apprécier les péripéties qui y mènent. On s'attache beaucoup à Francoeur, le "monstre" de Paris, on voudrait nous aussi l'aider de notre mieux. En fait, j'avais envie d'aider tous les personnages pour les récompenser de leur gentillesse ^^ Il y a également quelques moments qui m'ont remplie d'émotion, presque aux larmes ! (notamment la chanson de Francoeur, puis quand il chante sur scène avec Lucille) Question de sensibilité personnelle j'imagine... C'est une très jolie histoire, un bon dessin animé (français en plus, comme quoi on fait de bonnes choses plus souvent qu'on ne veut bien l'admettre) que je reverrai avec grand plaisir.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/UnMonstreaParis4.jpg
Fiche :
Un Monstre à Paris, d'Eric Bergeron
Sorti en France le 12 octobre 2011
Avec notamment les voix de Mathieu Chédid, Vanessa Paradis, François Cluzet et Gad Elmaleh
Musique de Mathieu Chédid

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/UnMonstreaParis2.jpg
Bande-annonce :



"La Seine" :



Vale !

Lundi 12 décembre 2011 à 20:54

Voici un film que je suis allée voir seule, après avoir lu le livre cet été. Je m'y suis intéressée après avoir vu Le premier jour du reste de ta vie du même réalisateur, Rémi Bezançon, qui m'a beaucoup plu. J'ai vu que son nouveau film allait bientôt sortir, alors j'ai acheté le livre d'Eliette Abécassis, Un heureux évènement donc, dont s'inspire le film. L'article portera à la fois sur le livre et sur le film en fait. L'histoire m'intéressait car j'aime beaucoup les enfants, et c'est bien le sujet d'Un heureux évènement : l'arrivée d'un petit être dans la vie d'un couple.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/UnheureuxevenementJyvaisJyvaispasmodeune.jpgLa lecture du roman m'avait laissée un peu (voire complètement perdue). Je m'y attendais pourtant, mais cela n'a pas suffi. L'histoire porte sur l'envers du décor, la façon dont cet "heureux évènement" aux dires de notre société peut s'avérer une véritable calamité pour le couple. Est abordée toute une facette de la maternité dont on ne parle jamais, ou peu, et à mots couverts. Il y a une phrase dans le livre qui dit clairement (même si les mots ne sont pas exactement les mêmes, je ne me souviens plus) "l'enfant tue le couple". Ce n'est pas toujours vrai bien sûr, mais ça arrive, et c'est tu, parce qu'un enfant, c'est censé être la plus belle chose au monde, il n'est pas supposé apporté une quelconque souffrance (oui l'accouchement ce n'est "qu'un mauvais moment à passer", vite oublié apparemment, et le pire c'est que je pense vraiment que les femmes ont une sorte de capacité d'oubli pour ce type de souffrance, elles ne s'en rappellent que périodiquement, parce que ça vient dans la conversation !). Pourtant il y a effectivement des parents qui rompent après la naissance d'un enfant, ou qui se perdent eux-mêmes, oublient leur couple dans l'amour absolu et infini qu'ils portent au petit bout de chou. Il y a également de très beaux moments dans le film, plein d'amour et de tendresse, et de l'humour parfois aussi. Je regrette un peu que la grossesse soit assez mise de côté, comme s'il n'y avait pas de bons
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres/41IMjPb4pjLSL500AA300.jpg
 moments. L'accent est trop mis sur les côtés négatifs qui en découlent, ce qui n'est pas fait après la naissance de la petite. Ça aurait rendu le film encore plus réaliste de mettre à chaque fois les bonnes et les mauvaises choses, tout en insistant bien sûr sur les aspects négatifs puisque c'est
 le but. C'est plutôt un film "de fille", je n'ai vu aucun homme dans la salle qui ne soit accompagné d'une femme, les personnes venues seules voir le film était des femmes.

Le livre m'avait réellement heurtée malgré mon désir de le lire. En même temps, j'étais très seule à ce moment-là, et comme c'est un tout petit roman je l'avais lu d'une traite, un après-midi, ce qui a peut-être accentuée mon malaise. J'étais restée longtemps à réfléchir après l'avoir fini, et je pense que c'est tout  fait le but de l'auteure. La narration est faite par la mère, qui saute d'un moment à un autre, créant ainsi une confusion propre à nous faire comprendre ce qu'elle ressent. Les mots sont clairs, l'auteure va droit au but pour nous montrer cette facette ignorée (dans les deux sens du terme) des parents et futurs parents. Je ne pense pas que l'objectif est de dégoûter d'avoir des enfants, mais de prévenir, de prendre soin tout à la fois des différents membres de la famille qui se construit, et pas que de l'enfant. L'écriture est simple à suivre, ce qui la rendrait ennuyeuse si le texte n'était pas si court. Certains sentiments pourraient également être plus étudiés, mieux approfondis pour toucher davantage.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/unheureuxevenement201120799858617402.jpg
C'est bien le même genre que Le premier jour du reste de ta vie, mais je ne suis pas sûre qu'Un heureux évènement plaira à ceux qui avait aimé le premier film, car ce n'est tout de même pas un sujet identique, et ce n'est pas abordé de la même manière, bien que j'aie retrouvé le style de réalisation de Rémi Bezançon. Pio Marmai ne me convainc décidément pas. Son jeu est exactement le même dans Le premier jour du reste de ta vie et dans Un heureux évènement, alors que les deux rôles sont très différents. En revanche, Louise Bourgoin retranscrit tout à fait le malaise que j'avais ressenti à la lecture, dans ce récit d'une mère qui aime profondément sa fille, mais qui voit toute sa vie se déliter à caused e son nouveau centre du monde. Le film est en cela une très bonne adaptation, même si certains aménagements ont été pris par rapport au roman. Tout comme lui, il laisse mal à l'aise, à se demander si avoir un enfant est une si bonne idée, malgré tout le désir qu'on puisse ressentir.

Fiche livre :
Un heureux évènement de Eliette Abécassis
Collection : Le Livre de Poche
160 pages
Prix : 5€

Fiche film :
Une heureux évènement de Rémi Bezançon
Sorti en France le 28 septembre 2011
Avec notamment Louise Bourgoin, Pio Marmai, Josiane Balasko


Vale.
 

Vendredi 18 novembre 2011 à 18:14

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films/Intouchablesaffiche.jpg
J'ai eu le temps d'aller voir Intouchables, même si ça a été un peu difficile de trouver une séance où il n'y aurait pas trop de monde. J'ai ri à en pleurer, à en avoir mal au ventre à à en attraper la migraine, ce qui ne m'était pas arrivé depuis tellement longtemps que je ne m'en souviens plus. Je n'ai pas compris le titre du film, je ne dois pas être très maligne, mais bon ce n'est pas grave, mais si vous pouvez m'éclairer ! Le film parvient à faire sur la base d'une situation très difficile (la tétraplégie, la mort) un grand moment de rire et de bonheur pour les spectateurs, et le tout avec des répliques qui vont certainement devenir cultes dans le cinéma comique français. La structure du film est intéressante, puisqu'on commence presque par la fin, mais sans comprendre ce qu'il se passe et surtout sans que ça ne gâche l'histoire. Le choix des musiques est très bien fait, c'est contagieux ! Quant au jeu des acteurs, rien à redire. Omar Sy est hilarant, François Cluzet est très émouvant.

Vous le savez certainement, ce film est inspiré d'une histoire qui est réellement arrivée, sauf que le personnage joué par Omar Sy est en fait maghrébin. Pour une obscure raison, les gens originaires de l'Afrique centrale sont mieux vus que ceux de l'Afrique du nord, c'était donc un choix très judicieux pour le casting de choisir Omar Sy. Je dis ça sans vouloir offenser personne, je l'ai constaté, c'est tout. Les réalisateurs ont de toute façon pris des libertés par rapport à ce qui s'est réellement passé, mais apparemment c'en est tout de même très proche. C'est un très bon film sur l'amitié, la tolérance aussi bien sûr, les secondes chances dans la vie... Je serai ravie de le revoir lorsqu'il sortira en DVD/Blu-ray. Si vous avez un petit coup de mou dans le moral, n'hésitez pas à aller le voir, ça vous requinquera ! 

Fiche :
Intouchables, d'Eric Toledano et Olivier Nakache
Sorti en France le 2 novembre 2011
Avec notamment François Cluzet et Omar Sy
Musique de Ludovico Einaudi


 

<< Je l'ai dit après... | 1 | 2 | 3 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast