sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Lundi 26 mai 2014 à 19:00

Je commence cette chronique en remerciant chaleureusement les éditions Artalys et Jess Swann, grâce à qui j’ai pu découvrir La dame aux papillons et pour m’avoir fait confiance. J’avais prévu de le lire au début du mois de juin, mais je n’ai pas résisté et l’ai entamé très vite !
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres2/Ladameauxpapillons.jpg
L’histoire commence à Port-Royal, en 1815. Violet Sorrow est la fille d’un anglais et d’une mulâtre, et en tant que telle n’a sa place dans aucun des deux mondes. Son père est mort depuis quelques années, les laissant sa mère et elle dans de graves difficultés, notamment financières. Lorsque William Sorrow, le frère du défunt, accepte de recevoir sa nièce dans sa demeure en Angleterre, Violet est heureuse et confiante en l’avenir. C’est sans compter les convenances et règles de l’Empire britannique qui jouent contre elle, et une chose plus noire encore.
 
Cette novella fait partie de la collection Hors Réel des éditions Artalys, et pourtant l’auteure nous emmène à la suite de Violet de telle manière qu’on oublierait facilement qu’un élément fantastique va survenir. Les indices existent mais sont dispersés, à peine mentionnés, et un lecteur non attentif se fait facilement piéger. Difficile de démêler le vrai du faux quand les mensonges n’en sont qu’à demi, quand les façades trompeuses comportent une part de vérité.
 
Le roman se passe quasiment à huis clos, car hormis le chapitre 1 durant lequel Violet quitte Port-Royal et traverse l’Atlantique, nous sommes uniquement à Sorrow’s Manor. L’ambiance se fait facilement oppressante, mais difficile de dire pourquoi, et la réponse vous surprendra sûrement comme elle m’a surprise, car si je me doutais de qui et grâce à quoi, j’ignorais complètement le pourquoi et le comment. Et même après la fin de l’histoire, des questions demeurent, le lecteur peut encore s’interroger sur le devenir des personnages, sur qui savait quoi exactement, sur l’étendue des conséquences de ce qui nous est révélé...
 
L’auteure avait prévenu sur son site : nous n’avons pas affaire à une histoire hautement romantique et ceux qui ne peuvent se passer d’une happy end devraient passer leur chemin. Mais il serait dommage de rater La dame aux papillons. Pour l’écriture de Jess Swann tout d’abord, qui est plus ciselée que dans Amour, Orgueil et Préjugés (que j’ai beaucoup aimé pour d’autres raisons, comme vous pouvez le voir dans l’article), peut-être grâce au format, court roman ou novella, qui me convient parfaitement en ce temps de disette de loisirs (allez en stage, qu’y disaient !). Il y a très, très peu de fautes ou de coquilles et la lecture était vraiment des plus agréables. Recherchée mais pas lourde, elle correspond exactement à ce que j’attendais sur ce livre. La période aussi : pour faire fonctionner cette histoire, Violet devait être une jeune fille du XIXème siècle, ou en tout cas de cette époque où les convenances étaient tout, où la société britannique fonctionnait selon le modèle bien établi qui mettait les femmes sous la tutelle des hommes. Nul doute pour moi que dans un autre contexte, le destin de Violet eût été différent.
 
L’héroïne est de celle qu’on ne peut s’empêcher de comprendre et pour qui on compatit. Née de l’amour et dans le mariage, on la tient pourtant responsable de fautes imaginaires, dues à l’intolérance généralisée envers les « indigènes ». L’histoire est porteuse d’un certain fatalisme, d’un sens tragique qui fait trembler le lecteur pour Violet. On sent, on sait que quelque chose va se produire, on a envie de la prévenir, et elle-même ne porte pas d’œillères, et pourtant c’était inéluctable, totalement impossible à empêcher, ce qui entraîne une sorte de fascination un peu malfaisante, plaçant le lecteur en « voyeur », le faisant presque culpabiliser. (Quel ressenti n’est-ce pas ? Je me lâche !) Je préfère ne rien dire des autres personnages, ce serait vous gâcher le plaisir de la découverte. Et je termine par un petit mot sur la couverture, que je trouve jolie et parfaitement en accord avec le contenu.
 
Je pense que j’en ai suffisamment dit, et j’espère vous avoir alléchés car j’ai beaucoup apprécié cette lecture, radicalement différente du premier roman de Jess Swann. Ce petit roman est une réussite dans son genre !
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Pourleblog/ChallengeXIXeme2.jpg
 

Choses � dire

Dire quelque chose

Par Kyra le Lundi 26 mai 2014 à 19:06
J'aime beaucoup la couverture en tout cas ^^
Par Jess Swann le Lundi 26 mai 2014 à 19:18
Ohhh merci, contente que tu aies aimé et tu as tout à fait compris le but et l'orientation que je voulais donner à mon histoire ! Celle-ci c'est vraiment moi de A à Z ^^ (je ne renie pas mes ré écritures modernes au contraire, mais j'aime aussi avoir une totale liberté dans le destin des personnages ) MERCI pour cette jolie chronique !
Par Demoiselle-Coquelicote le Lundi 26 mai 2014 à 19:21
Je t'en prie ! C'est du ressenti 100% sincère !
Par Scarlett Julie le Lundi 26 mai 2014 à 23:27
Une très jolie chronique ! Comme toujours avec toi, et c'est très agréable à lire !
Je crois que je vais finir par découvrir cette nouvelle auteur, tes billets me donnent vraiment envie !
Par Demoiselle-Coquelicote le Jeudi 29 mai 2014 à 18:07
Je te remercie =D Je suis prêteuse, donc n'hésite pas à me demander si ça te fait vraiment envie ;)
Par Scarlett Julie le Jeudi 29 mai 2014 à 22:39
Merci beaucoup pour la proposition ! Peut-être un jour, ici je m'efforce de diminuer un peu ma PAL qui a encore accueilli quelques petits nouveaux cette après-midi (vive les brocantes ^^)
 

Dire quelque chose









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/trackback/3265785

 

<< Je l'ai dit après... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast