sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Lundi 26 janvier 2015 à 18:45

Mr and Mrs Dursley, of number four, Privet Drive, were proud to say that they were perfectly normal, thank you very much.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres3/HP1.jpg
Il est toujours plus facile de pointer les faiblesses que les qualités, mais dans le cas d’Harry Potter, si je veux pointer les qualités, je dois montrer le livre en entier... Alors essayons !
 
Revenons au commencement du mythe : la famille Dursley est parfaitement heureuse dans son train-train ordinaire, sans histoire. Leur vie bien rangée est tout à coup bouleversée, suite à une journée étrange où des feux d’artifice éclatent dans tout le pays, des hiboux et des chouettes sortent en plein jour, des énergumènes mal attifés inondent les rues. Le lendemain, Vernon et Petunia trouvent sur leur seuil leur neveu Harry, du même âge que leur fils Dudley. Et ce qu’ils craignent va se réaliser dix ans plus tard : lors du onzième anniversaire de Harry, un homme immense et bourru vient lui délivrer une lettre et lui annonce que tout comme ses parents, il est un sorcier, et qu’il est attendu à l’école Poudlard...
 
Ces premiers chapitres me procurent toujours des frissons. Je me revois à l’âge de Harry (ou presque), en train de découvrir ce roman pour la première fois, m’émerveiller, et espérer tellement, tellement fort recevoir la même lettre (si Poudlard est trop loin je veux bien aller à Beauxbâtons, mais j’anticipe sur les livres là). Le premier tome de la saga magique de J. K. Rowling sait toujours aussi parfaitement me replonger en enfance, bien qu’à l’époque je lisais la traduction et que cette énième relecture s’est faite en VO. Dès la première page, on est saisie par l’humour de J. K. Rowling et par sa façon de raconter les histoires. Son style est vivant, détaillé juste ce qu’il faut, précis dans les mots choisis, et absolument délicieux. C’est un vrai bonheur à lire.
 
Before we begin our banquet, I would like to say a few words. And here they are: Nitwit! Blubber! Oddment! Tweak! Thank you.
 
J’avais déjà constaté en relisant le dernier tome en anglais que son écriture n’est pas du tout « facile » comme certains de ses détracteurs veulent le faire croire. Ça se sent peut-être un peu moins dans la traduction, mais je trouve ça très clair dans la VO. Elle fait des phrases bien construites, utilise du vocabulaire varié et adapté, quelquefois familier (Blimey !) et d’autres fois beaucoup plus soutenu. C’est en tout cas so British et ça j’adore ! C’est pour cette raison que je voulais absolument une édition britannique et non pas américaine vu que les éditeurs outre-Atlantique ont jugé utile de modifier certains passages pour livrer une langue plus américaine qu’anglaise, ce que je pense être une aberration... Et j’ai choisi Bloomsbury parce que 1) les couvertures sont canons et 2) c’est l’éditeur original de la saga. Bref, sans ce style propre à J. K. Rowling, sans ses talents d’écrivain et de conteuse, Harry Potter ne serait pas ce qu’il est. Elle n’a pas « seulement » eu de bonnes idées pour son histoire, elle a également su l’écrire à la perfection.
 
I hope you're pleased with yourselves. We could all have been killed — or worse, expelled.
 
Passons à l’intrigue, également parfaite (comment ça cette chronique n’est absolument pas objective ? Et alors ?) Comment ne pas être pris dans les mailles du filet dès le premier chapitre ? Elle sème des miettes de l’univers des sorciers, présente trois persos majeurs, l’environnement qui sera celui d’Harry pendant 10 ans… J’avais été kidnappée lors de ma première lecture, et les nombreuses relectures n’y changent rien, je suis toujours ensorcelée par cette histoire. Chaque chapitre apporte de nouveaux éléments. On ne s’ennuie pas une seconde, pas une phrase. La galerie des personnages est diversifiée, et ses éléments sont si bien croqués qu’on en vient rapidement à oublier qu’ils n’existent pas. Ils font partie de nous, t c’est en grande partie pour cela qu’on a tant de mal à se détacher de cette saga. Comment oublier l’humour des jumeaux Weasley, Hagrid et sa manie des bestioles, la malice de Dumbledore, l’amitié qui lie Harry, Ron et Hermione ? Chaque fois que je dois poser le livre, chaque fois que je finis un tome, chaque fois que je pense à cette série, j’ai toujours un pincement au cœur et une bouffée de joie qui m’envahissent, et l’envie me prend de replonger dans les livres.
 
There are some things you can't share without ending up liking each other, and knocking out a twelve-foot mountain troll is one of them.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Pourleblog/Logoanglais.jpg
Je ne m’en étais pas rendue compte lors de mes premières lectures et relectures vu que je n’avais pas de vues d’ensemble sur la saga, mais J. K. Rowling a vraiment parfaitement organisé ses sept tomes. Rien n’est laissé au hasard, et dès le premier tome, des éléments nécessaires à la compréhension du dernier sont donnés. Quant à l’idée de suivre les personnages sur cette année, de suivre Harry sur son adolescence (grosso modo), n’est pas originale mais elle est tellement bien exploitée… Certes, je n’ai pas découvert ce livre étant adulte, mais j’ai vraiment du mal à croire que si je l’avais découvert cette année seulement, je l’aurais moins aimé. Au contraire, je suis persuadée que j’aurais adoré, et que je me serais collé des baffes de ne pas l’avoir lu étant jeune, pour être encore davantage émerveillée. De toute façon, je ne comprends pas que certaines gens apprécient d’autres lectures de l’Imaginaire mais pas cette saga.
 
It does not do to dwell on dreams and forget to live, remember that.
 
The Philosopher’s Stone est magiquement dosé entre la découverte de l’univers, la présentation des personnages, le fantastique, l’aventure, le suspense, l’humour, l’émotion… Tout y est ! Sauf peut-être l’amour et le sexe, mais chaque chose en son temps, les héros ont 11 ans quand même. Voyons voir pour mes passages préférés… Quand Harry apprend qu’il est un sorcier. Quand il arrive à Poudlard. Quand il découvre son talent au Quidditch, et quand il joue son premier match (j’ai toujours adoré les chapitres consacrés aux matchs de Quidditch, moi qui ne suis pas sportive pour deux sous !). Quand il reçoit ses premiers cadeaux de Noël. Quand il contemple le miroir du Riséd. Quand il franchit une à une les épreuves pour atteindre la pierre aux côtés de Ron et Hermione. Quand Gryffondor gagne la Coupe. Tous ces beaux moments, je les vis par procuration grâce au talent inestimable de J. K. Rowling.
 
To the well-organized mind, death is but the next great adventure: filled with fun, majesty, and a bit of mischief.
 
Je prends de l’âge en même temps que le temps poursuit sa course, et de plus en plus je pense au moment où je pourrais faire découvrir ce livre, et les suivants, à mes enfants. Je n’ai pas été accompagnée dans ma découverte de la lecture, et encore moins dans celle d’Harry Potter, et cette solitude a en grande partie forgé ma personnalité. Pour rien au monde je ne manquerai le bonheur de lire ce premier tome avec mon fils ou ma fille. J’ai tellement hâte, vous n’avez pas idée. J’arrête là ma chronique, sinon je vais pleurer.
 
 

Choses � dire

Dire quelque chose

Par Scarlett Julie le Lundi 26 janvier 2015 à 19:54
Juste <3 <3 <3
Ton billet fait vraiment paraître ton amour pour ce texte, et il me donne une folle envie de relire cette magnifique saga <3
Par DoloresH le Jeudi 29 janvier 2015 à 20:59
Ah je suis d'accord avec Julie, ça donne carrément envie de se faire un Potter Marathon ! Au chaud sous une couette, filez moi une semaine avec du thé, du chocolat et une bouillotte et c'est bon !
Par Demoiselle-Coquelicote le Vendredi 30 janvier 2015 à 10:20
C'est super important de se refaire fréquemment un Potter-athon !
Par Saleanndre le Samedi 28 février 2015 à 10:48
J'ai exactement les mêmes envies depuis que je me suis remise à lire en anglais : me replonger dans Harry Potter !! Je crois que je vais me commander incessamment sous peu les trois tomes centraux en VO, mes préférés ! Mais les deux premiers sont aussi tellement géniaux... ah, quel dilemme !!
 

Dire quelque chose









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/trackback/3271474

 

<< Je l'ai dit après... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast