sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Mercredi 2 avril 2014 à 11:35

L’année dernière, à la même époque, j’ai lu La Maîtresse de Rome, de Kate Quinn. Son roman qui reprend une partie des personnages intitulé L’Impératrice des sept collines a été traduit l’an passé, et comme pour La Maîtresse de Rome, je l’ai demandé au Père Noël. En deux romans, Kate Quinn s’est hissée sans aucun mal parmi mes auteurs préférés.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres2/Limperatrice.jpg
Dans ce livre, nous suivons quatre personnages en particulier : Vix et Sabine, déjà croisés enfants dans La Maîtresse de Rome, et Titus et Plotine, deux nouveaux personnages. Nous sommes sous le règne de Trajan. Vix est revenu à Rome, en quête de son avenir. Sabine est devenue une jeune femme, il lui faut choisir se marier. Plotine, la femme de Trajan, intrigue pour favoriser « son cher Publius » et Titus, jeune patricien dont le destin va se révéler bien différent de ses aspirations toutes simples.
 
Au début de ma lecture, je savourais le plaisir de retrouver la plume de Kate Quinn, l’Antiquité romaine et les personnages déjà présents dans le roman précédent, mais le coup de cœur du premier tome ne paraissait pas. Je trouvais les personnages moins attachants, l’histoire moins prenante… Et puis à un moment donné, il y a eu comme un déclic, et ça a été le coup de foudre. J’ai été incapable de reposer le livre avant de l’avoir terminé.
 
Certes, Vix et Sabine m’ont paru moins attachants que Thea et Arius en tant que couple (difficile d’ailleurs de dire qu’ils sont un couple), mais j’ai vraiment adoré Sabine en tant que personnage. Elle me plaisait déjà petite fille, j’ai adoré la femme qu’elle est devenue. Vix m’enchante moins, mais j’ai pris plaisir à le suivre également. Plotine est très particulière… D’une certaine façon, elle tient un rôle assez proche de celui de Lepida dans La Maîtresse de Rome, et en même temps elle est complètement différente. Je l’ai bien sûr détestée, et c’est bien le but (Kate Quinn fait ce qu’elle veut du lecteur de toute façon). Quant à Titus, c’est mon chouchou. On n’a pas l’impression qu’il va rester dans la première partie du roman. Il a l’air de ne faire que passer, et c’est très révélateur de son caractère. Mais plus les pages se tournent, plus on apprend à le connaître, et au bout d’un moment j’attendais impatiemment les passages où il était character PoV.
 
Dans les personnages secondaires, j’aime toujours autant le père de Sabine, le sénateur Norbanus. Parmi les nouveaux, j’ai beaucoup apprécié Faustine, qu’on voit surtout à la fin, mais qui je pense sera très importante dans une prochaine histoire. La vision donnée de Trajan est très plaisante et j’en venais à comprendre l’admiration de ses légionnaires. Je n’ai pas trop accroché au personnage de Mirah sans trop savoir pourquoi. On voit peu Calpurnie, la nouvelle épouse de Marcus Norbanus, et c’est bien dommage car je la trouve fort sympathique ! Quant à « ce cher Publius » de Plotine, il s’agit en fait d’Hadrien. Si vous aimez un peu l’histoire romaine, ce nom ne vous est pas inconnu je pense ! Il ne l’était pas pour moi en tout cas, puisque j’ai lu il y a quelques années les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar, que j’avais adoré mais dont je n’avais pas compris grand-chose. Néanmoins, ce livre m’avait laissé un certain sentiment sur Hadrien, que Kate Quinn bat très largement en brèche. Il faut dire que nous le voyons jeune, avant qu’il accomplisse bien des choses. Vu ce que je sais de sa vie, l’image qu’on a de lui changera peut-être dans le prochain livre.
 
L’auteure sait toujours nous surprendre. J’ai bondi et crié plusieurs fois pendant ma lecture (par exemple quand on apprend le prénom d’un certain petit garçon, qui présage de nombreux problèmes pour Vix…), j’étais vraiment à fond dedans, complètement happée par l’ambiance, les voyages où nous emmène Kate Quinn aux côtés de Vix et Sabine et l’écriture fluide, impeccable de l’auteure. L’intrigue n’est pas du tout la même que dans La Maîtresse de Rome, donc si vous l’avez lu, ne craignez pas une redite. Je vous conseille de l’avoir lu avant, afin de mieux apprécier le déroulement chronologique de cette magnifique fresque historique, où Kate Quinn mêle à la perfection l’histoire et la fiction. Là encore, les dernières pages sont consacrées à une note explicative. Ainsi, vous connaîtrez quels éléments qu’elle s’est permis de changer pour l’écriture de son roman. Cette sincérité avec le lecteur me plaît énormément, j’ai l’impression qu’elle ne nous prend pas pour des cons, au contraire. Ces deux livre sont tellement géniaux que je pense que je ne pourrais jamais apprécier correctement d’autres romans historiques se déroulant à cette période.
 
J’ai frôlé la crise cardiaque à la fin du livre. Je croyais que ce roman allait au bout de son histoire, mais en fait il s’arrête en plein milieu. En voyant sur quoi l’auteure nous laissait, je me suis précipitée sur le net pour chercher la suite. Son prochain roman à paraître en France, Les Héritières de Rome, n’est pas la suite, c’est une histoire qui se déroule avant La Maîtresse de Rome et qui est, a priori, sans lien (mais ça ne m’étonnerait pas de croiser certains persos tout de même !), mais je me disais que la suite de L’Impératrice des sept collines existait déjà en VO. En fait non. J’ai eu un gros moment de stress, croyant que l’auteure allait nous laisser nous lamenter sur cette fin horrible, mais en fait ouf ! elle est en train de l’écrire, c’est à paraître en 2015. L’attente va être insupportable.
 
Heureusement qu’un nouveau livre de Kate Quinn sort bientôt pour nous faire patienter en attendant la parution de la suite de L’Impératrice des sept collines. Je vais me jeter sur Les Héritières de Rome, je ne patienterai pas jusqu’à Noël cette fois ! Et je compte essayer la saga en deux tomes qu’elle a écrite avant de commencer la suite des aventures de Vix et Sabine et qui est consacrée aux Borgia, avec Giulia Farnese en personnage principal, disponible en anglais uniquement pour le moment. Tout ça pour dire que j’ai trouvé au final L’Impératrice des sept collines encore meilleur que La Maîtresse de Rome et qu’il faut absolument lire les romans de Kate Quinn. Vous n’avez pas d’excuse, ils existent en poche chez Pocket. Je vous jure que vous ne le regretterez pas.
 
"Sabine aimait la terrasse de la villa de Baïes. Par les belles soirées d’été, elle demandait à l’intendant de sortir les lits de table afin que le dîner soit servie dehors, à la brise tiède, quand les ombres s’allongeaient sur les tuiles et que la mer étincelait au loin, immense et bleue. Parfois, son regard se perdait au-dessus des coupes de raisin, et elle imaginait qu’elle voyait bien au-delà de l’horizon, jusqu’aux grands promontoires qui fermaient la Méditerranée."
 

Choses � dire

Dire quelque chose

Par cassie le Mercredi 2 avril 2014 à 16:34
coucou
comme toi, j'ai adoré ce livre, nous avons quelques points commune, j'ai aimé Sabine et détesté Plotine.
Par contre mon personnage préféré était Trajan dans ce livre, j'ai vraiment accroché avec lui, même si Titus n'est pas loin derrière. ;)
Par Demoiselle-Coquelicote le Samedi 5 avril 2014 à 11:50
C'est vrai que Trajan est présenté de manière à être très attachant. Je serai curieuse de lire d'autres choses sur lui, histoire d'avoir une vision peut-être différente de lui.
 

Dire quelque chose









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/trackback/3262957

 

<< Je l'ai dit après... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast