sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Vendredi 20 février 2015 à 17:44

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/18749142jpgr640600b1D6D6D6fjpgqxxxyxx.jpg
Quand j’étais à Lille, avec Dawn et Cassie on s’est fait quelques séances de films chez les uns les autres, et c’est ainsi qu’elles m’ont fait découvrir le film Miss Potter, avec Renée Zellweger et Ewan McGregor.
 
Miss Beatrix Potter a plus de trente ans. Au grand désarroi de sa mère, elle a refusé tous les hommes qui auraient accepté de l’épouser, bien trop occupée par la nature, les sciences, ses dessins et les histoires qu’elle invente, peuplées d’animaux vêtus de jolies vestes ou de petits chapeaux. Tout le monde pariait contre elle, jusqu’à ce que le troisième fils d’une entreprise d’édition prenne à cœur de sortir son livre.
 
Peut-être connaissez-vous Beatrix Potter. Déjà, on dit que c’est en son hommage que J. K. Rowling a nommé le plus célèbre des jeunes sorciers. Ensuite, c’est elle qui a écrit et dessiné ces magnifiques livres que je connaissais pour ma part par la version animée des mésaventures de Jeannot Lapin. J’adore ses dessins, c’est tout doux.
 
Dans ce film, on voit Miss Potter en proie à une déprimante solitude, mise au ban de la société pour ne pas rentrer dans ses cases. Son parcours est vraiment digne d’un roman. Le film essaie de nous en montrer les grandes lignes mais sabote un peu l’ensemble en nous donnant une vision trop réductrice de cette histoire. Par exemple, j’ai appris que Beatrix Potter aurait voulu devenir scientifique, et qu’elle s’est heurtée à la misogynie de cette communauté. Le scénario réduit son talent au fait de dessiner. Elle est montrée curieuse et intéressée par la nature, et même désireuse de la protéger, mais je trouve dommage d’avoir passé sous silence des choses très intéressantes.
 
Pourquoi l’avoir fait ? Pour mettre en avant ce qu’elle a légué, ses livres et les domaines au National Trust ; et aussi son histoire d’amour avec Norman Warne, qui a une place prépondérante dans le film. Et c’est vrai que cette « romance » est vraiment jolie. Norman et sa sœur Millie poussent Beatrix vers l’avant et la lancent dans le monde qui sera le sien.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/peterrabbit.jpg
Je n’apprécie pas beaucoup Renée Zellweger, mais je ne la trouve pas trop mal dans ce rôle, même si là aussi j’ai l’impression que Miss Potter devait être une femme beaucoup plus complexe que ce que le film nous donne à voir. Ewan McGregor est un véritable amour dans ce rôle. Il est mignon, un peu maladroit, profondément gentil et bon… Leur histoire me fait toujours monter les larmes aux yeux. La relation de Bellatrix et Millie me touche aussi beaucoup. Elles sont toutes deux isolées ; leur amitié a donc une importance particulière pour elle, elle leur permet de sortir de leur solitude.
 
J’aime beaucoup la mise en valeur des dessins et des héros de Beatrix Potter, faite à travers les dessins qui bougent comme dans l’imagination de leur créatrice. Chaque fois ça me donne envie de me procurer les livres, et je me raccroche à l’idée que si j’ai des enfants un jour, j’aurai une super excuse pour les acheter ! La musique et les images sont jolies, à l’instar du film dans son ensemble. La campagne anglaise me fait rêver, j’espère la voir de mes yeux bientôt !
 
En conclusion, un film tout doux, sympathique et mignon, qui n’a rien d’extraordinaire du point de vue cinématographique et qui aurait pu présenter davantage la vie de Beatrix Potter, mais qui fait assurément passer un bon moment ! On l’a regardé pour la Saint-Valentin avec mon chéri, et ça changeait agréablement des comédies romantiques modernes.
 

Jeudi 5 février 2015 à 19:07

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/WB1.jpg
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/WB2.jpgJ’ai fortement aimé Un oiseau blanc dans le blizzard de Laura Kasischke, j’avais donc envie de voir le film qui en est l’adaptation, tout en redoutant un peu vu que je trouve le roman très difficile à adapter avec les pensées de Kat, les souvenirs, les impressions, les rêves…
 
Petit rappel du pitsch : Kat est ado lorsque sa mère disparaît subitement. La réaction de Kat à cet élément troublant est à la hauteur de l’étrangeté de ses relations avec sa mère…
 
Le scénario ne s’en sort pas trop mal au vu des difficultés que je soulevais en introduction, mais l’écriture de Laura Kasischke qui permet de nous tenir en haleine ne peut pas être rendue. À part quelques scènes marquantes, l’ensemble est assez peu dynamique, et certaines transitions sont mal gérées. Pour compenser tout ça, le fond de l’intrigue est vraiment intéressant, et un spectateur qui n’a pas lu le livre pourra être surpris, ainsi que celui qui l’a lu d’ailleurs, car un élément de la fin a été changé et que celle-ci a été développée. Ça m’a étonnée et bien plu !
 
Le jeu des acteurs m’a vraiment convaincue, en particulier Shailene Woodley (que j’aime de toute façon), qui interpète Kat, et Eva Green (qui monte dans mon estime depuis Penny Dreadful), qui joue sa mère. J’ai aussi beaucoup aimé les couleurs et l’ambiance qui en découle, mettant en relief les années 80, ainsi que la musique.
 
En conclusion, je dois dire que c’est pas mal du tout ! Peut-être pas au point d’acheter le DVD, mais de le voir oui.
 

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/WB3.jpg

Samedi 20 décembre 2014 à 14:39

Chris Colombus, allié à John Williams pour la musique, est vraiment un incontournable des films pour enfants, et on sait bien que ce genre de films est parfait pour la période de Noël, surtout sa duologie Home Alone, rebaptisée en français Maman j’ai raté l’avion.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/HA.jpg
 
Kevin se dispute avec sa famille la veille de leur départ en vacances, juste avant Noël. Ce qui devait arriver arriva : dans la précipitation du départ, Kevin est laissé derrière (ou prend le mauvais vol dans le deuxième film, Lost in New York). Il se retrouve face à deux cambrioleurs pas très futés, mais aussi pas très gentils…
 
Les versions DVD sont vraiment bien restaurées, je trouve que les films ne vieillissent pas beaucoup contrairement à d’autres. C’est so 90’s dans les vêtements, les gags etc, mais ça reste frais, drôle voire hilarant (un peu too much parfois mais on pardonne !), et adapté à toute la famille.
 
L’ambiance de Noël est omniprésente (faut pas être allergique aux lumières et aux décos kitsch, c’est très américain !), avec les traditions qui vont avec (les Christmas Carols, la visite d’un magnifique magasin de jouets, le sapin, les illuminations…). C’est mignon et plein de bons sentiments, bref ça colle parfaitement à l’ambiance des fêtes de fin d’année. Par rapport à d’autres films destinés aux enfants, je trouve ça plutôt intelligent. Même si Kevin est un peu tête-à-claques, il fait rire les gosses et leur fait prendre conscience qu’il est important d’être gentil avec les autres (même avec le grand frère débile) et que tant qu’on est petits, on a besoin de ses parents. Il est aussi malin comme un singe, attention aux idées de farce que nos têtes blondes pourraient trouver grâce à lui !
 
Si vous n’avez jamais vu ces deux films ou ne les avez pas vus depuis longtemps, je vous les conseille, c’est le bon moment !
 

Vendredi 19 décembre 2014 à 18:08

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/TMR2.jpg
Cet été, j’ai lu le premier tome du Labyrinthe de James Dashner parce que j’avais assez envie de voir le film. La lecture n’a pas été un succès, alors j’espérais mieux du long-métrage...
 
Thomas se réveille dans une boîte qui monte. À destination, il est « accueilli » par des adolescents qui vivent au Bloc, un espace libre situé au milieu d’un dangereux labyrinthe. Pourquoi sont-ils là ? Peuvent-ils en trouver la sortie ?
 
Autant le dire d’emblée : j’ai trouvé ça presque aussi bof que le livre. La réalisation n’est pas trop mal, visuellement c’est réussi, mais ça ne suffit pas pour faire un bon film... La musique essaie de nous « guider » (Là ! Aie peur ! Là ! Sois surpris ! Là ! Sois ému !), mais en vain pour ma part. Je ne peux pas dire que les acteurs jouent mal, mais les pauvres, leurs personnages n’ont aucune consistance, donc forcément c’est difficile de livrer une belle prestation...
 
Malgré plein de petits changements dans le scénario par rapport à la trame du livre (mais le fond ne bouge pas d’un pouce, si cela peut rassurer les fans qui n’ont pas encore vu le film), l’histoire m’a paru tout aussi inconsistante et inintéressante. Il manque des détails qui ont leur « importance » dans le roman, mais globalement c’est bien fidèle, ce qui explique sûrement que je me suis presque autant ennuyée qu’à la lecture du roman. Mon chéri ne connaissait pas et a trouvé le temps long également...
 
Je ne sais pas quoi dire de plus, The Maze Runner est une crêpe qu’on a lancé dans les airs pour se la péter et qui s’est explosée sur le carrelage. J’espérais la même bonne surprise qu’Hunger Games, saga dont je n’ai pas aimé les livres mais dont les films me plaisent bien, mais non. La question qui demeure est : serai-je maso au point de lire et voir la suite ou pas ? Le film sûrement, y’aura Littlefinger dedans, mais les livres...


http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/TMR1.jpg

Dimanche 14 décembre 2014 à 14:28

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/Belle1.jpg
Je regrette de ne pas avoir écrit ma chronique sur Belle dès que j’ai terminé le film, car maintenant je ne sais plus trop ce que je voulais en dire dans le détail…
 
Dido est ce qu’on appelait fort gentiment une mulâtre. Sa mère était une esclave noire, mais son père est un blanc Britannique, membre de l’Armée et issu d’une bonne famille qui plus est. Lorsque la mère de Dido meurt, il reconnaît sa fille et la ramène avec lui chez son oncle, Lord Chief Justice. Elle grandira chez lui, en compagnie de son épouse, d’une autre de ses tantes et d’une cousine blanche mais désargentée, Elizabeth. Lorsque vient le temps de sortir les filles dans le monde, Dido ne peut plus ignorer sa différence, surtout que son oncle a à juger d’une affaire impliquant des négriers…
 
J’ai adoré ce film, j’ai vraiment passé un excellent moment devant ! Globalement, tout est très chouette : le contexte historique, les acteurs, la musique, les décors… Les personnages sont attachants pour certains et impossible à encadrer pour d’autres (Tom Felton a toujours des rôles de b*t*rd le pauvre !). Personnellement l’émotion a été au rendez-vous, j’étais complètement prise dans le film. Y’a peut-être qu’Elizabeth qui m’a un peu laissée de marbre, je l’ai trouvée assez cruche et l’actrice n’était pas la meilleure du casting.
 
Le film fait vraiment réfléchir et aborde la question de la fin du système esclavagiste sous un autre aspect. Ça remet les choses dans leur contexte et contribue à désacraliser les Britanniques, dont on ne parle pas souvent à ce sujet mais qui avaient de belles parts dans l’affaire aussi.
 
La romance est choupinette comme tout. Je n’adhère pas tout à fait à la tête de l’acteur, mais son caractère était exactement le genre qu’on aime ! J’ai aussi trouvé qu’il y avait pas mal d’humour. Certaines répliques sont excellentes (tiens, dans ta face ‘spèce de raciste !), et c’était sympa d’équilibrer comme ça pour ne pas livrer un film dégoulinant de pathos et de sentiments mièvres.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/Belle3.jpg
 
Le seul truc qui me chagrine (bah oui, faut bien que je râle un peu !), c’est que quand on est une vilaine petite curieuse comme moi et qu’on fouille sur internet, on se rend compte que certes, des détails sont véridiques, mais que tout ça a été joliment brodé, arrangé en tranchant dans le lard de l’Histoire… et très romancé. Le film aurait peut-être pu être plus frappant, plus marquant s’il n’y avait pas eu d’histoire d’amour. Enfin, je ne vais pas me plaindre, ça fait un film choupi de plus à ajouter à ma liste de films qui remontent le moral !

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/Belle2.jpg
[Tableau de 1779 représentant Dido Elizabeth Belle (1761–1804) et sa cousine Lady Elizabeth Murray (1760–1825), artiste inconnu, qui a inspiré le film. Comment ? Regardez le film pour le savoir ^^ Apparemment il se trouve actuellement en Écosse à Scone Palace, mais je ne me souviens pas de l'y avoir vu et les photos étaient interdites.]

Voili voilou, regardez Belle

Samedi 13 décembre 2014 à 14:12

J’attendais impatiemment, mais aussi avec anxiété et tristesse, la sortie de l’ultime volet de The Hobbit, certainement le dernier film de Peter Jackson dans l’univers de la Terre du Milieu… Je suis bien contente de l’avoir vu en VO, ainsi mon avis n’est pas biaisé par un doublage horripilant !

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/TheHobbit35.jpg
 
Tandis que Smaug déchaîne sa colère sur Lacville, les forces du Mal se réunissent pour attaquer Erebor. La Montagne Solitaire est une place stratégique pour la reconquête de la Terre du Milieu par Sauron…
 
Comme pour les deux premiers films (chroniques et ), j’ai passé un très bon moment, mais je suis mitigée sur certains points. Cette saga préquelle, bien que très intéressante sur de nombreux points, ne vaut pas sa grande sœur. J’ai hâte de voir la version longue de ce dernier film, car je les préfère toujours aux versions cinéma, raccourcies et donc tronquées par rapport aux souhaits du réalisateur, et aussi les bonus, qui fournissent beaucoup d’explications bien utiles pour comprendre certains aspects des films et les choix du réalisateur.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/TheHobbit34.jpg
 
Visuellement, je n’ai rien à redire, c’était superbe d’un bout à l’autre. Quelques détails m’avaient gênée dans les précédents, mais là ça a été nickel. La musique est par contre davantage à l’arrière-plan que d’habitude, c’est dommage. J’ai absolument adoré les passages avec les Elfes. Nan mais quelle classe ! Même quand ils en font des tonnes, ça me va bien, que ce soit les cascades de Legolas sur un pont en pierre qui s’écroule ou Tranduil qui fait semblant d’être méchant. On les voit pas mal, et j’en suis bien contente. Par contre, j’ai trouvé qu’on voyait très peu les Nains, notamment quand ils se jettent dans la bataille. On se recentre sur Thorïn et ses neveux, au détriment des autres.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/TheHobbit32.jpg
 
Le film est déséquilibré en fait, inégal, et ceci je pense parce que plein de pistes sont lancées mais pas suivies jusqu’au bout. Or, le film ne fait « que » 2h15. Pourquoi ne pas avoir terminé ce qui est entamé ? Par exemple, on voit beaucoup ce ver de terre d’Alfrid, pourquoi ne pas nous avoir dit ce qu’il devient après ? Pareil, on ignore ce que devient Tauriel. À l’inverse, je suis agréablement surprise de la fidélité aux livres sur certains points. J’avais extrêmement peur que Peter Jackson cède aux desiderata d’une part de l’audience, qui aurait voulu garder en vie certains personnages. Sadiquement, je suis bien heureuse d’avoir eu mon lot de morts, et le film a su me mettre les larmes aux yeux. Comme dans le roman, la fin est très rapide, alors que j’aurais voulu des détails.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/TheHobbit33.jpg
 
Certaines scènes avaient la méga-classe (Dol Guldur par exemple m’a scotchée, j’ai aussi beaucoup aimé l’espèce de monologue intérieur de Thorïn), d’autres passent beaucoup moins bien (la dernière scène de combat était trop longue). Je ne comprends pas non plus pourquoi certains liens avec le Seigneur des Anneaux sont clairement établis et d’autres même pas mentionnés. Quand on connaît assez bien l’univers de Tolkien, on fait tout seul les liens avec les autres films, les livres et les appendices, mais dans le cas contraire… J’ai l’impression que le réalisateur a eu du mal à équilibrer entre son désir de plaire à un large public et de satisfaire les fans.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/TheHobbit31.jpg
 
Pour me faire un avis définitif, j’attends donc la version longue et les bonus, et d’avoir vu les trois plus ou moins à la suite (disons sur trois soirs, je ne suis pas fan des marathons qui me dégoûtent plus qu’autre chose). C’est en tout cas une page qui se tourne, et grâce à la merveilleuse équipe réunie par Peter Jackson (tant derrière que devant la caméra), j’ai vécu et revivrai plein de magnifiques moments.
 

Mardi 25 novembre 2014 à 18:41

Le cinéma le plus proche de chez moi est extrêmement cher je trouve (10€ sauf si vous êtes étudiants/seniors, moins de 14 ans... mais pas de réduction même le dimanche matin). Il passe un peu de VO, mais à des horaires impossibles. Comment vous dire... À 13h15 un jeudi, je bosse. On a donc profité d’avoir passé le samedi soir chez mes parents pour aller au cinéma le dimanche matin, avec séance (VF malheureusement) à 6€30 (dire qu’il n’y a pas si longtemps c’était 4,50€...). C’est que je n’avais pas trop envie d’attendre la sortie DVD pour aller voir le nouveau Hunger Games, intitulé La Révolte, partie 1 en français, vu que j’avais beaucoup aimé le 2 ç’aurait été dommage !
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/HG3.jpg
Nous retrouvons Katniss juste son sauvetage par les rebelles du District 13. Même si elle a retrouvé sa mère, sa sœur et Gale, elle est détruite à l’idée que les autres champions soient restés entre les griffes du Capitole, et donc du Président Snow, et en particulier Peeta... Cependant, Katniss n’a pas le choix : elle doit assumer son rôle de geai moqueur dans le conflit qui fait rage.
 
Évidemment, la VF m’a plombé une bonne partie de mon plaisir, notamment sur la voix de Jennifer Lawrence que j’aime beaucoup. Sa doublure française a une voix beaucoup plus aiguë, ce qui est très énervant. Je vais essayer de rédiger ma chronique en faisant abstraction de cet aspect.
 
Le début est lent, ça a du mal à se mettre en route. Après une nuit courte et un sommeil agité, je n’étais pas au mieux de ma forme et je commençais à me demander si j’allais arriver au bout du film, surtout que dans un premier temps Katniss ne fait que chouiner. Elle a quelques raisons pour, c’est pas la question, mais j’avoue que ça n’était pas agréable (à voir si un revisionnage en VO me fait le même effet). Heureusement, Katniss réussit à se relever et repart en guerre contre Snow.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/HG32.jpg
À partir de là, il se passe pas mal de choses même s’il y a assez peu d’action, réservée pour l’ultime partie. Malgré le sérieux du sujet, le réalisateur a réussi à introduire quelques moments drôles ou mignons. Il y a surtout des passages très intenses, notamment lors du tournage des spots publicitaires.
 
La fin m’a beaucoup plu. Violente et inattendue pour ceux qui n’ont pas lu les romans (mon petit frère a fait un de ces bonds !), elle était très réaliste et m’a secouée alors même que je m’y attendais (j’avais bien deviné le moment où le livre serait coupé pour les films héhé). La fin introduit également une opération dont la mise en œuvre me paraît capitale dans le roman, puisqu’elle avait définitivement permis de me faire mon avis sur un personnage et d’appeler de mes vœux une certaine conclusion à la saga.
 
La réalisation n’est pas mal du tout, par contre je trouve que la musique n’est pas assez mise en valeur, même si une certaine chanson joue un beau rôle et bouleverse un peu tout le monde.
 
Je n’adhère toujours pas à la tendance actuelle de découper le dernier tome d’une saga en deux films, mais j’admets que ce Mockingjay – Part 1 est plutôt réussi. En tout cas, il donne envie de voir le dernier volet de la saga (encore un an à attendre...) et de le revoir rapidement après sa sortie DVD, surtout pour profiter de la VO qui, je n’en doute pas, me plaira beaucoup plus que la VF.

Mardi 18 novembre 2014 à 13:32

J’avais quelques appréhensions à regarder l’adaptation de Jane Eyre de 1996. J’avais peur de ne pas aimer du tout (et donc de l’avoir pris en troc pour « rien »), alors que j’adore les versions de 2007 et 2011. Je ne fais pas un énième résumé de cette histoire devenue célébrissime, j’entre plutôt directement dans le vif du sujet, en commençant pas ce que j’ai le moins aimé.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/JaneEyre19961.jpg
Le film vieillit assez mal, c’est un fait, et le générique de début me faisait présager le pire. Les images ne sont pas très belles, et c’est dommage parce que les lieux de tournage sont beaux (Haddon Hall, dans le Derbyshire, qui a été utilisé aussi pour la version de 2011). La musique n’est pas trop mal, mais meilleure elle aurait vraiment élevé le film.
 
Je n’ai surtout pas été convaincue par William Hurt en Mr Rochester, et donc pas non plus par le duo qu’il forme avec Charlotte Gainsbourg. Ça manque de passion, d’alchimie… Plutôt qu’un héros colérique, changeant et malicieux, il incarne un homme triste, presque dépressif. Sans compter que je le trouve trop âgé pour le rôle. Bref, contrairement à Toby Stephens et Michael Fassbender, il ne m’a pas du tout fait rêver.
 
Ceci dit, l’ensemble est quand même pas mal. J’ai beaucoup apprécié de voir l’enseignante avec qui Jane se lie d’amitié dans la première partie, ça manque dans les autres versions. Tout le passage à Lowood est bien rendu.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/JaneEyre19961.png
 
Charlotte Gainsbourg fait une excellente Jane Eyre je trouve, tant physiquement que dans son jeu. Comme je le disais, c’est William Hurt qui la tire vers le bas (avis subjectif bien sûr). Il est très difficile d’entendre qu’elle est française, elle m’a vraiment convaincue. Les autres acteurs sont pas mal aussi : Mrs Reed, détestable à souhait (c’est tante Pétunia !) ; la gentille Mrs Fairfax ; la jeune Adèle ; Jane Eyre enfant (Anna Paquin).
 
Quelques changements ont été apportés à partir du moment où Jane retourne voir sa tante, et la fin est beaucoup plus rapide. Le film ne fait même pas 2h d’ailleurs. Ça ne m’a pas vraiment gênée, si ce n’est que ça manque d’intensité, mais je n’attribue pas ça au scénario, plutôt au dysfonctionnement de la relation entre les deux acteurs principaux. C’est un élément majeur me direz-vous, mais je trouve vraiment que Charlotte Gainsbourg rattrape le film. Après tout, c’est bien Jane Eyre l’héroïne.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/JaneEyre19962.jpg
 
Une version en-dessous des deux autres que j’ai vues donc, à cause de la faiblesse de William Hurt en Rochester, mais qui vaut le coup d’être vue par les fans. Je la garde et la reverrai de temps à autres. À présent, j’aimerais bien dénicher la vieille version avec Orson Welles et Joan Fontaine.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Pourleblog/ChallengeXIXeme2.jpg

Lundi 3 novembre 2014 à 20:05

Pour Halloween, je me suis dit que c’était l’occasion de me rattraper sur les classiques. J’ai donc entamé la lecture de Frankenstein et le soir on a regardé le Dracula réalisé par Coppola père, que je n’avais jamais vu mais que j’avais acheté d’occasion il y a un moment.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/18857494.jpg
J’ai lu le roman de Bram Stoker il y a quelques années, mais je m’en souviens pas mal, donc je vais essayer de faire un peu la « comparaison » entre les deux.
 
Pour faire ses preuves en tant que clerc, Jonathan Harker (Keanu Reeves) est envoyé en Transylvanie pour traiter avec un client difficile (Gary Oldman). Il laisse à Londres sa jeune fiancée, Miss Mina Murray (Winona Ryder). Son séjour ne se passe pas tel qu’espéré. Lui reste coincé au château de son hôte tandis que celui-ci se précipite à Londres.
 
Au risque de me faire des ennemis de ceux qui ont vu ce film à sa sortie lorsqu’ils étaient jeunes et pour qui il est culte, je n’ai pas aimé. Par contre, je me suis marrée comme une baleine plus d’une fois : avec les effets spéciaux et le jeu d’acteur en général, et avec une scène en particulier, lorsque Mina descend en courant les escaliers à la poursuite de Lucy, ou scène boing-boing comme nous l’appelons désormais. En effet, les effets spéciaux ont vraiment très mal vieillis, on les croirait plutôt sortis des années 80 que 90, et encore ! Le mieux aurait été d’en mettre moins, le film n’aurait pas eu l’air aussi ridicule. Quant aux acteurs, eh bien on a encore une fois la preuve que le casting ne fait pas tout (il faut ajouter Anthony Hopkins aux acteurs déjà cités). Après, tout ça est peut-être la « marque » de Francis Ford Coppola, je n’en sais rien, je n’ai pas fait d’études de cinéma, je ne fais que donner mon ressenti, et puis c’était le premier film que je voyais de ce réa (je sais, ma culture cinématographique est lamentable, mais j’y travaille !).
 
J’avoue qu’il y a vingt ans, certaines scènes devaient effrayer, mais perso je n’ai pas eu peur, alors que je suis une grosse flippette. Quant au côté « érotique » manifestement recherché, c’est à mes yeux complètement raté, car au lieu de susciter l’en, le désir ou l’émoi, c’est le dégoût qui pointe son nez avec des scènes glauques, vulgaires voire obscènes selon votre degré de sensibilité.
 
Passons à l’aspect adaptation. Le film est un paradoxe à lui tout seul. En 2h, il parvient à reprendre de nombreux points du roman, il essaie même de retranscrire sa narration épistolaire (ce qui n’est jamais facile) et fait apparaître de nombreux personnages. Et pourtant, je n’ai retrouvé l’esprit du roman à aucun moment. C’est légitime de donner sa propre version d’une histoire (même si je trouve que l’aspect romance souvent intégré dans les reprises de Dracula franchement inutile), mais dans ce cas autant tout réécrire plutôt que reprendre des éléments sans respecter le fond du livre.
 
Enfin bref, tout ça c’est mon avis bien sûr, l’avis d’une néophyte en ciné qui avait beaucoup apprécié la lecture du roman de Stoker et ne l’a pas retrouvé avec le film.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Pourleblog/ChallengeXIXeme2.jpg

Vendredi 24 octobre 2014 à 18:50

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/Silk1.jpg
Puisque j’ai adoré le roman Soie d’Alessandro Baricco, je n’ai pas pu m’empêcher de voir le film, que j’avais de toute façon repéré depuis longtemps vu que Keira Knightley joue dedans.
 
Hervé Joncour est devenu militaire pour faire plaisir à son père, mais ce n’est pas vraiment ce qui lui plaît. Il rencontre Hélène, qu’il épouse, et Baldabiou, un homme du village, veut relancer le commerce de la soie. Il propose à Hervé d’aller chercher les œufs de vers à soie, une mission qui le conduira au bout du monde, au Japon, et des voyages qui changeront sa vie.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/Silk2.jpg
Autant le dire de suite, ce film n’est pas du tout à la hauteur du roman. Non pas qu’il ne soit pas fidèle ; je crois simplement que ce n’est pas un livre fait pour être adapté. La langueur qui le caractérise, si délicieuse sur papier, est vite ennuyeuse sur pellicule. Le film ne peut pas retranscrire le caractère très particulier d’Hervé et n’a pas su retranscrire l’ambiance particulière de ses voyages au Japon. L’histoire perd beaucoup de sa profondeur et de son mystère, et les raccourcis un peu faciles du scénario n’aident pas à améliorer ce point. Des choses ont également été ajoutées mais n’apportent rien de plus. Le film aurait gagné à copier la petite longueur du roman, en ne dépassant pas 1h30 voire 1h15.
 
J’ai également eu un problème avec l’acteur principal, qui me fait furieusement penser à un veau perdu. Son interprétation d’Hervé Joncour m’a rendu le personnage presque antipathique. Je n’ai rien de particulier à dire de Keira Knightley en Hélène. Son personnage est davantage mis en avant, ce qui flingue au passage une partie de la fin je trouve. Complètement inattendue dans le roman, elle se laisse dans le film facilement deviner. La musique est sympathique mais ne marque pas, les paysages sont jolis mais ne suffisent pas à insuffler la dimension du presque-conte, avec un quelque chose d’universel.
 
Donc surtout, lisez le livre, et évitez de voir le film avant car vous risquez de ne pas aimer et donc de vous bloquer pour le roman qui est pourtant merveilleux.

<< Je l'ai dit après... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast