sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Vendredi 23 janvier 2015 à 18:07

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres3/lemysteredecallandersquare51816250400-copie-1.jpg
L’an dernier, j’ai découvert avec plaisir la plume et l’univers d’Anne Perry avec L’étrangleur de Cater Street, le premier tome de sa série Charlotte et Thomas Pitt. Dans le second tome, Le mystère de Callander Square, Charlotte et Thomas sont mariés depuis quelques temps et attendent leur premier enfant lorsque deux cadavres de nourrissons sont découverts à Callander Square. Les habitants du square, tous membres de la classe privilégiée, ne portent guère d’intérêt à la macabre découverte, certains qu’il s’agit là de l’inconséquence de quelque bonne. Ils commencent à s’inquiéter lorsque les investigations de la police pourraient bien faire surgir des secrets préjudiciables à leurs porteurs.
 
J’ai globalement moins aimé que le premier tome. D’abord, il y a l’effet de la découverte en moins et le même schéma reproduit, qui rend moins palpitante l’enquête. On suit les efforts de l’inspecteur Pitt et on passe de personnage en personnage, pour apprendre leurs petits travers et leurs gros mensonges. Anne Perry réunit les éléments nécessaires au lecteur grâce à cette alternance de point de vue, mais de ce fait la police et Thomas Pitt ne font pas beaucoup avancer l’enquête. Les recherches d’Emily et de Charlotte sont plus intéressantes à suivre de par les risques qu’elles prennent pour les mener.
 
J’ai tout autant apprécié la description de la société victorienne (ici la haute, quand Cater Street nous dépeignait plutôt la bourgeoisie), fine et nuancée à travers un panel de personnages divers. J’espérais revoir plus de personnages déjà rencontrés, mais on ne retrouve que Thomas, Charlotte, Emily et son mari (j’aurais aimé revoir quelques passes d’arme avec la grand-mère !). L’histoire de cette famille évolue ici lentement, alors qu’on sentait bien qu’elle faisait un bond dans le tome précédent. Cet aspect consacré à la vie des protagonistes m’avait beaucoup plu, et je regrette un peu qu’il ne soit pas plus présent ici. Londres est toujours aussi palpable, et le contraste entre le confort à l’intérieur des hôtels particuliers et le froid humide du dehors peut procurer de délicieux frissons.
 
En résumé, ce deuxième opus est sympathique, se lit très vite. C’est un bon roman de détente entre deux lectures plus conséquentes, mais elle ne se démarque pas particulièrement, notamment à cause de la conclusion de l’enquête qui est plutôt insatisfaisante, un peu facile, alors que j’avais trouvé la solution de L’étrangleur de Cater Street très originale.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Pourleblog/ChallengeXIXeme2.jpg

Choses � dire

Dire quelque chose

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Dire quelque chose









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/trackback/3271403

 

<< Je l'ai dit après... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast