sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Lundi 24 juin 2013 à 19:04

Lorsque j’ai commencé à suivre le blog et-en-plus-elle-lit de DoloresH, j’ai rapidement remarqué ses avis très enthousiastes sur les romans de Laura Kasischke. Pendant plusieurs mois, je me suis dit que j’allais en acheter un et essayer, et j’ai fini par prendre au Furet Rêves de garçons. Je voulais le lire aussitôt acheté, mais il a tout de même fait un séjour de quelques semaines dans ma PAL. Je l’ai emporté pour cet été, et ça y est, il est lu !
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres2/Ka.jpg
Rêves de garçons donne la parole à Kristy, une adolescente de dix-sept ans en camp de cheerleaders pendant l’été. Nous sommes à la fin des années 70. Par une belle journée, elle, sa meilleure amie Desiree et une autre fille du camp, Kristi (mais avec un i !), n’ont pas envie de faire les abdominaux ordonnés par la coach, et s’en vont faire une balade en voiture, dans l’idée d’aller jusqu’au Lac des Amants et d’y faire trempette. Alors qu’elles se sont arrêtées à une station-service, Kristy croise le regard de deux garçons dans un vieux break rouillé. Et à  partir de là, lentement, tout bascule.
 
Le style de cette auteure américaine m’a sur le coup un peu déroutée. Beaucoup d’images et de va-et-vient dans la narration me poussait à me demander où elle voulait en venir. Pourquoi nous raconte-t-elle tant de souvenirs de Kristy ? Est-ce pertinent, est-ce que c’est un puzzle à reconstituer ? Rien de tout cela je pense. Laura Kasischke nous met vraiment le nez dans les pensées d’une adolescente typique américaine. Elle saute d’une idée à une autre, et possède une foulitude de « petites madeleines ». Une image apporte un souvenir et nous fait dériver avec l’esprit de Kristy. Ces instants de vie sont d’un réalisme incroyable et nous montrent, au final, une réalité de l’âme humaine qu’on ne veut pas toujours voir, et qui met en lumière les évènements du roman.
 
Je ne dirais pas que les personnages sont attachants, mais intrigants, oui. Qui sont-ils vraiment ? Qui sommes-nous vraiment, sortis de tout contexte ? Et ce suspense… La façon dont l’auteure amène les évènements rend complètement parano. On voit le diable dans chaque petit détail, on attend la catastrophe, imminente. Et ce n’est pas du tout ce qu’on pense. Le dénouement de l’intrigue m’a vraiment serré la gorge. Je ne m’y attendais pas (surtout pas à ce moment-là, dans cette ambiance), ni à la tournure des évènements à la suite de ce dénouement. Et les derniers phrases du roman m’ont vraiment laissée perplexe… C’est le genre de chose sur lequel on peut échafauder chacun nos théories et les confronter ensuite.
 
Laura Kasischke intrigue, fascine, avec un espèce de voyeurisme pour la vie quotidienne qui ajoute à notre malaise. Et pourtant, comment ne pas continuer de lire ? Et comment ne pas vouloir découvrir d’autres romans de cette auteure ? Laura Kasischke est pour moi très atypique, mais assez fascinante... Affaire à suivre donc ! Pour finir, je vous mets un bout intéressant su prologue, qui donne bien le ton...

"Tous les ans, on raconte des histoires autour du feu de camp. Au cœur de la flambée, il y a toujours une branche fine pourvue de mille aiguilles qui s'embrasent, rougeoient puis explosent tour à tour dans un sifflotement rapide avant de se flétrir. [...] Année après année, on répète les mêmes histoires - épouvantables, terrifiantes et véridiques -, et il y a toujours des filles pour se cacher le visage dans les mains pendant le récit. [...] Puis celle-ci : La jeune fille qui, un après-midi d'été, file en douce de Pine Ridge, la colo des pom-pom girls, avec deux copines dans une petite voiture de sport rouge, et qui sourit à deux garçons à bord d'un break mangé par la rouille..."
 

Choses � dire

Dire quelque chose

Par Scarlett Julie le Dimanche 9 mars 2014 à 18:59
Ce roman a été un gros coup de coeur pour moi ! Une vraie lecture addictive, je l'ai lu d'une traite sur un dimanche après-midi ;)
 

Dire quelque chose









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/trackback/3243766

 

<< Je l'ai dit après... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast