sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Dimanche 28 avril 2013 à 11:54

Grâce à Faëlys, le club de lecture L’Île aux livres a reçu plusieurs exemplaires du roman Beauvoir in love d’Irène Frain. J’ai récupéré l’un des volumes et me suis lancée dans cette grosse lecture de quatre cents pages qui raconte l’aventure amoureuse de Simone de Beauvoir, philosophe et écrivaine française, avec Nelson Algren, auteur américain, au milieu du XXème siècle.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres/Beauvoir.jpg
Le roman s’ouvre sur l’arrivée de Simone à New-York, en janvier 1947, pour son premier voyage aux Etats-Unis. Elle s’y est rendue en ambassadrice de l’existentialisme, et donc de Sartre, son amour, son âme sœur intellectuelle. Mais leur système d’« amours contingentes » (l’infidélité autorisée, pour faire simple), lui pèse. Surtout que Sartre s’est entiché de cette Américaine, Dolorès, et qu’il est fou d’elle. Simone pourrait bien y perdre sa place. Seulement, lors de son passage à Chicago dont elle souhaite visiter les bas-fonds, elle fait la rencontre de Nelson Algren, et aussitôt une quatrième personne se trouve prise aux pièges de ces amours complexes.
 
Personnellement, je connais très peu et très mal Beauvoir et Sartre. Je n’ai jamais lu Simone de Beauvoir. En revanche, j’ai étudié Sartre en philo (l’un des auteurs les plus nébuleux à mon sens, j’ai été traumatisée par l’étude d’un passage de L’Etre et le Néant !), je l’ai même lu pour le plaisir (Huis clos et Le mur et autres nouvelles). Cependant, de leurs vies et de leurs personnalités, je ne savais presque rien, et le peu que j’en savais m’intriguait et me répugnait à la fois. Je me disais « Quelle étrange façon de vivre ils semblaient avoir ! ». Je ne me trompais pas de beaucoup. Bien sûr, ici, on suit Beauvoir. Sartre est toujours présent par ses courriers, mais physiquement on le voit très peu. Plus précisément, on suit alternativement ou en même temps Simone et Le Castor. Simone, c’est la femme qui va tomber amoureuse de Nelson, la femme sous les vêtements, sous le chignon impeccable, sous l’agrég’ de philo. Le Castor, c’est le surnom donné par ses amis de Paris et notamment par Sartre, c’est la femme engagée politiquement, la machine de travail, les idées philosophiques, les livres… Au fil des pages, je découvrais cette femme fascinante. J’ai du mal à dire si elle m’est sympathique ou non. Je pencherais plutôt vers le oui, mais cette mise à nu(e) romancée d’Irène Frain la montre aussi sous des jours moins favorables. Elle ma paraît vouloir le beurre et l’argent du beurre. Elle a du mal à faire des choix, à mettre de l’ordre dans ses priorités, et ça lui a coûté beaucoup au final sur le plan personnel.
 
Sur l’amour entre Nelson et Simone, on en comprend bien l’évolution, il y a quelques très beaux moments. Mais ça vire rapidement à la passion et donc aux déchirements. Pour moi lectrice, ça s’est manifesté par un sentiment de malaise et à certains moments d’ennui. De plus, Nelson Algren ne m’a pas été du tout sympathique. A la limite, je préfère Sartre. Oui c’est un bonhomme manipulateur, ais au final il correspond mieux à Simone et j’avais l’impression de « mieux » le comprendre. En même temps, Nelson m’a parfois touchée avec sa Maudite Sensation, mais dans l’ensemble il m’a plutôt exaspérée, il se comporte souvent comme un gamin, au final c’est un gros macho irrespectueux et à mon sens il ne méritait pas de s’être attaché une femme comme Simone de Beauvoir. Néanmoins, si elle n’avait pas vécu cette folle passion en approchant de la quarantaine, peut-être n’aurait-elle jamais réussi à écrire « son livre sur les femmes » auquel elle tenait temps, Le Deuxième Sexe.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Pourleblog/SimonedeBeauvoirNelsonAlgren1.jpg[Nelson et Simone. Je n'ai pas trouvé de quand date cette photo ni où elle a été prise, mais je pense que c'est pendant leur voyage en Amérique centrale.] 

Irène Frain a fait un travail de recherches absolument magnifique. Bien sûr cette histoire est romancée, ne serait-ce que parce qu’on ne peut pas savoir ce qu’il y avait dans la tête de ces deux amants, mais chaque fois que l’auteure devait s’hasarder à faire des conjectures, elle explique pourquoi, au vu des documents qu’elle a étudié et recoupé entre eux, elle a fait le choix de raconter l’évènement de cette façon. Cette démarche toute historienne m’a évidemment beaucoup plu ! Une autre lectrice du club, Lilith, qui a également terminé sa lecture, n’a pas du tout apprécié le style de l’auteure, très haché. C’est effectivement assez étonnant, mais ça donne du rythme à la lecture, qui finalement n’était pas trop longue (j’ai mis quasiment un mois pour le lire à cause de mes examens, et ce n’était pas vraiment une lecture détente, donc j’ai eu peu peiné de ce point de vue). Une phrase à un moment m’a fait réaliser pourquoi Irène Frain a fait ce choix dans sa rédaction. Elle indique à un moment que Simone de Beauvoir parlait très vite, un débit de mitraillette, surtout quand elle était sujette à des émotions particulières. En outre, comme c’était une femme très intelligente, elle devait penser « très vite », sauter d’une idée à l’autre sans cesse. J’ai donc vraiment ressenti à certains moments que j’étais dans ses pensées, et c’était une très bonne immersion. Par contre, il est dommage que pour les passages consacrés à Nelson, surtout ceux où Simone est absente, l’auteure n’ait pas changé de style. Peut-être est-ce pour montrer la proximité entre les deux êtres, mais comme je l’ai dit plus haut, je ne les trouve pas particulièrement bien ensemble, donc j’aurais préféré un changement bien marqué dans la narration. Je termine en précisant qu’Irène Frain a posté de nombreuses photos de son voyage aux Etats-Unis, effectué pour marcher sur les pas de Simone de Beauvoir. C’est à cette adresse.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Pourleblog/ArtShay.jpg
[Cliché pris par Art Shay, ami photographe de Nelson. Tout un mystère entoure cette photo et les autres prises au même moment !]

Cette lecture était vraiment très intéressante, et change beaucoup de ce que je lis ordinairement. Il me reste un peu de Sartre à lire dans ma bibliothèque (Qu’est-ce que la littérature et Les Mouches je crois) et je suis de plus en plus curieuse de découvrir ce qu’a pu écrire Beauvoir. Je suis très attirée par son Deuxième Sexe, et en même temps, je suis tellement nulle en philo que j’ai peur de ne rien comprendre et de vraiment passer à côté de quelque chose. Par contre, lire Nelson Algren ne m'intéresse pas du tout... En tout cas, Beauvoir in love est un beau livre, seulement je pense qu’il ne peut pas plaire à beaucoup de monde.
 

Choses � dire

Dire quelque chose

Par topobiblioteca le Dimanche 28 avril 2013 à 12:28
Bonjour =) Je me lance enfin aujourd'hui à commenter alors que d'ordinaire je ne le fais pas. ( rha timidité quand tu nous tiens ! ) J'ai beaucoup aimée ce que tu dis de ce livre, il est dans ma PAL et ma maman l'a lu et l'a trouvée très bien écrit, très interessant dans le sens où l'on en savait plus sur cette femme de lettre que l'on oublie comme femme de coeur. La narration m’intéresse, car c'est original et un bon moyen de montrer que des recherches ont été faites.
Par Demoiselle-Coquelicote le Dimanche 28 avril 2013 à 13:26
Merci pour le commentaire ^^
Par Fanny Netherfield Park le Dimanche 28 avril 2013 à 20:07
Ce livre est très tentant. Je ne connais pas du tout Simone de Beauvoir mais sa vie a l'air d'être intéressante et notamment cette partie là. Dans le même genre et chez le même éditeur j'ai lu Z, Le roman de Zelda de Therese Anne Fowler. C'est une biographie romancée de Zelda Fitzgerald, la femme de Francis Scott Fitzgerald. Je pense que ça pourrait t'intéresser. ;)
Bonne soirée et merci pour la découverte.
Par Demoiselle-Coquelicote le Lundi 29 avril 2013 à 10:32
J'ai vu que tu lisais ce roman, et justement je soupçonnais que ce soit sur Zelda Fitzgerald. De ce fait je ne suis pas sûre du tout d'apprécier, car j'ai une énorme aversion pour F. S. Fitzgerald. Je trouve ses livres archi-mauvais et le peu que j'avais lu sur le bonhomme me faisait le détester encore plus. Mais je pourrais peut-être plaindre sa femme =D En tout cas je ne le lirais que si on me le prête, c'est certain que je ne l'achèterai pas ^^
Par Alacris le Lundi 29 avril 2013 à 17:50
Très bonne chronique, tu me donnes envie de me ruer sur ce livre !
J'aime énormément Sartre, et je connais beaucoup moins Beauvoir (surtout par Le deuxième sexe quoi, un peu comme tout le monde en définitive, on parle toujours beaucoup de Sartre et de Beauvoir mais jamais de Beauvoir elle-même tellement Sartre a éclipsé sa figure... peut-être que d'ici quelques dizaines d'années la critique française l'aura repêchée et la remettra sur le devant de la scène).

En tout cas ce roman a l'air très intéressant ; j'ai jeté un oeil aux photos de l'auteur, elles sont super cool ^_^ surtout celles des bars, j'aime bien :p
Comme toi je trouve un peu dommage qu'elle ne change pas de style d'écriture entre Beauvoir et Nelson... enfin, je découvrirai ça bien assez tôt si je réussis à me procurer le livre. Les photos dans l'article sont assez drôles, surtout celle où Beauvoir est nue, effectivement on se demande ce qui se passait à ce moment-là ;D (surtout quand on connaît les habitudes qu'avaient Sartre et Beauvoir, huhu \o/)

Je ne te conseille pas vraiment Qu'est-ce que la littérature, qui est un ouvrage assez ennuyeux qui réduit la littérature sous l'angle du marxisme (les années où Sartre avait envie d'être à la mode et de se prendre pour un communiste alors qu'il avait un train de vie extrêmement bourgeois...). En revanche, Les Mouches est l'une de mes pièces préférées ! Elle est absolument magnifique, je ne saurais assez te la recommander, si tu l'as dans ta bibli, empresse-toi de la lire ! ;) toutes les idées de Sartre y sont contenues, et puis c'est à la fois drôle et terrible comme d'habitude avec la plume de Sartre... en plus personnellement j'adore le mythe d'Electre et d'Oreste, donc forcément ça me fait aimer la pièce encore plus n_n
Par Demoiselle-Coquelicote le Mardi 30 avril 2013 à 16:42
Je note pour Les Mouches alors ! Forcément c'est l'un de ceux qui n'est pas dans ma bibli...
Par Alacris le Mardi 30 avril 2013 à 17:16
C'est toujours comme ça que ça se passe :p il nous manque toujours LE livre.
Par Dreamin-InaCasket le Mercredi 8 mai 2013 à 19:38
Le deuxième sexe aussi il faut que je le lise, je viens de l'acheter... Par contre Mémoires d'une jeune fille rangée bah, je l'ai lu et... je te le recommande pas spécialement xD
Sartre par contre j'en ai jamais lu il faut que je me lance !
 

Dire quelque chose









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/trackback/3237691

 

<< Je l'ai dit après... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast