sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Lundi 29 juillet 2013 à 19:25

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres2/AStudyinScarlet.jpg
Comme vous avez pu le voir récemment, je suis tombée amoureuse de la série Sherlock. Je me suis donc dit qu’il était temps de redonner une chance aux écrits de Conan Doyle, que j’avais à peine touchés au collège avec Le Chien des Baskerville. N’étant pas une grande adepte des romans policiers, je me contentais très bien de mes Agatha Christie, mais j’avoue que j’apprécie de plus en plus ce genre ! J’ai voulu commencer avec le roman où apparaissent pour la première fois Watson et Holmes : A Study in Scarlet (Une Étude en rouge). J’ai longtemps hésité entre la VF et la VO, mais comme le roman est court, j’ai tenté en anglais, et je ne regrette pas une seconde !
 
Le roman est divisé en deux parties. Il commence avec la présentation du Docteur Watson. Il nous raconte ses souvenirs à partir du moment où il est rentré en Angleterre après avoir fait la guerre en Afghanistan. Rapidement dans la dèche, il est très enthousiasme lorsqu’une connaissance lui propose de le présenter à Holmes, un homme un peu excentrique qui cherche un colocataire. S’ensuit une période où les deux hommes s’apprivoisent, puis survient le meurtre qui déclenche cette « étude en rouge ».
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Pourleblog/Logoanglais.jpg
J’ai beaucoup aimé le style de Conan Doyle. Il va directement où il en veut en venir, nous présente les faits sans perdre de temps avec une qualité littéraire indéniable. Sa plume est loin d’être dénuée d’humour (j’ai bien ri lorsque Watson dresse la liste des savoirs de Sherlock Holmes !). J’ai été très surprise par la construction du récit. On en arrive à attraper le méchant, et au lieu de nous expliquer le pourquoi du comment dans le détail, une histoire complètement différente semble commencer. Du 221 Baker Street, nous sommes transportés vingt ans auparavant en plein désert américain. Un homme et une petite fille sont sauvés par des pèlerins menés par Brigham Young, chef de ceux qu’on appelle les Mormons. Sous prétexte d’une histoire d’amour contrariée, l’auteur nous dépeint assez violemment les premiers préceptes de ce mouvement religieux. C’est une belle critique qui est faite, et si comme moi vous n’y connaissiez pas grand-chose, vous serez très étonnés. Je n’en dirais pas plus à ce sujet.
 
La relation Holmes/Watson n’est qu’à ses débuts mais présage à mon avis de beaux moments. On voit à peine Mrs Hudson, j’espère que ce ne sera pas le cas dans les prochaines lectures holmesiennes que je ferai. J’ai du mal à me faire un avis sur les deux détectives Lestrange et Gregson, ayant eu du mal à les différencier dans ce cas ! Sherlock m’a beaucoup plu avec son côté grand gamin, ses expériences, son décalage par rapport aux autres, ses phrases quelquefois très acérées (quoique j’ai trouvé qu’il se contrôlait bien, il laisse leur heure de gloire aux détectives et évite de trop les enfoncer, même s’il ne peut pas toujours s’en empêcher, surtout en aparté !).  Et je dois dire qu’avoir Benedict Cumberbatch en tête tout le long de la lecture, ça aide à l’apprécier !
 
Ha! Ha!” he cried, clapping his hands, and looking as delighted as a child with a new toy.

His eyes fairly glittered as he spoke, and he put his hand over his heart and bowed as if to some applauding crowd conjured up by his imagination.

Eh oui, me voilà conquise par les aventures de Sherlock Holmes… Je ne pense pas continuer les livres tout de suite, mais ça se fera, c’est sûr ! Et j'ai bien envie de m'offrir cette édition intégrale... Elle n'est pas trop chère, en plus.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Pourleblog/SHcomplete.jpg

 
The sight of a friendly face in the great wilderness of London is a pleasant thing indeed to a lonely man.
 
I’m not sure about whether I shall go. I am the most incurably lazy devil that ever stood in shoe leather – that is, when the fit is on me, for I can be spry enough at times.
 
He knows that I am his superior, and acknowledges it to me; but he would cut his tongue out before he would own I to any third person.
 
As I watched him I was irresistibly reminded of a pure-blooded well-trained foxhound as it dashes backwards and forwards through the covert, whining in its eagerness, until it comes across the lost scent.
 
If the man is caught, it will be on account of their exertions; if he escapes, it will be in spite of their exertions. It’s heads I win and tails you lose. Whatever they do, they will have followers. ‘Un sot trouve toujours un plus sot qui l’admire.’”
 
"'To a great mind, nothing is little,' remarked Holmes, sententiously."
 

Choses � dire

Dire quelque chose

Par Matilda - Caprices le Lundi 29 juillet 2013 à 19:38
Mme Hudson n'est pas un personnage important dans les romans et nouvelles donc j'ai bien peur que tu n'en apprennes pas plus sur elle au fil de tes lectures, mais malgré ça, ce sont des textes géniaux et je suis ravie que STUD t'ait plu :)
Par Cassie le Lundi 29 juillet 2013 à 19:43
Tu donnes envie =)
Par Demoiselle-Coquelicote le Lundi 29 juillet 2013 à 20:36
Ah mince, elle est tellement rigolote dans la série !
Par Demoiselle-Coquelicote le Lundi 29 juillet 2013 à 20:37
C'est le but, entre autres choses :p
 

Dire quelque chose









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/trackback/3246959

 

<< Je l'ai dit après... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast