sans-grand-interet

Qu'il est bon d'être futile !

Dimanche 14 décembre 2014 à 10:33

À mon tour de vous parler de ce que j’aimerais faire en ce mois de Noël, et des lectures et visionnages que je vous conseille à cette occasion ! Si vous passez votre souris sur certains titres, vous pourrez accéder aux chroniques correspondantes sur le blog.
 
Je ne fais pas de PÀL de Noël comme l’an dernier, mais je compte lire au moins un roman du challenge Cold Winter et piocher dans quelques titres à découvrir ou à redécouvrir… Voici ma liste à lire et à vous conseiller au passage !
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Pourleblog2/DSCN233234.jpg
* Charles Dickens, A Christmas Carol. Je connais cette histoire, mais n’ai jamais lu le texte original. Comme je n’ai jamais lu Dickens tout court, ce serait l’occasion !
* Quelques austeneries de Noël, en particulier A Darcy Christmas de Amanda Grange, Sharon Lathan & Carolyn Eberhart.
* Jane Austen, Sense & Sensibility. J’ai commencé à le relire en VO l’an dernier pour les besoins d’une correspondance austenienne avec une copine blogueuse, mais nous avançons trop lentement à mon goût. J’aimerais relire tout le roman pendant mes vacances, parce que c’est une lecture doudou et que Noël c’est fait pour se faire plaisir !
* J. K. Rowling, Une place à prendre et Harry Potter. Là aussi je veux profiter de mes vacances pour découvrir le premier roman post-Harry Potter et me replonger dans les aventures du jeune sorcier en VO avec ma magnifique édition.
* David Gilson, Bichon. J’ai envie de relire cette BD qui fait chaud au cœur !
* J. R. R. Tolkien, Lettres du Père Noël. Lu l’année dernière, c’est un véritable enchantement…À découvrir absolument si ce n'est pas déjà fait !
* Marko Leino, La Véritable Histoire de Noël. À lire seul ou avec vos bouts d’chou !
* Un ou des romans d’Agatha Christie. Quoi de mieux que de laisser la reine du crime nous emmener dans une enquête dont on sait qu’elle finira bien ?
* Ken Akamatsu, My Santa. Tout petit manga choupi dans l'esprit des fêtes.
* N’importe quelle lecture doudou…
 
J’ai aussi envie de voir ou revoir des films, comme :
 
* Home Alone (Maman j’ai raté l’avion). Revu le premier l’an dernier et le deux il y a peu, je vous conseille ces films de Chris Colombus, pour les enfants petits et grands !
* The Gremlins. D’affreuses petites créatures menacent de flanquer par terre le Noël des héros, quoi de mieux ?
* The Goonies. Jamais vu pour ma part, mais un film avec des enfants pour les enfants dont on me dit toujours du bien, avec un jeune Sean Astin, ça me tente bien !
* The Grinch. Jamais vu non plus !
* The Holidays. Pour moi, LA comédie romantique de Noël, avec deux actrices que j’adore, Kate Winslet et Cameron Diaz. Je ne suis pas très fan de Love Actually, mais je devrais peut-être le revoir… J’adore le casting, mais l’histoire ne m’avait pas convaincue.
* Le père Noël est une ordure. Incontournable…
* Les bronzés font du ski. Dans la même veine que le précédent !
* Harry Potter. Le passage de Noël dans le premier film est vraiment beau !
* L'Apprenti Père Noël et L'Apprenti Père Noël et le flocon magique. Un joli dessin animé de Noël, que les tout-petits pourront apprécier sans souci.
* Un bon Disney !
* N’importe quel film doudou…

Les séries sont riches en épisodes "spécial Noël". Voici une sélection !

* Downton Abbey : l'épisode de Noël de la saison 2 (2011) se passait effectivement pendant la période de Noël, et il était particulièrement génial !
* House : mon docteur préféré a vu passer plusieurs épisodes spéciaux :
- Damned If You Do 01x05
- Deecption 02x09
- Merry Little Christmas 03x10
- It's a Wonderful Lie 04x10
- Joy to the World 05x11
* Grimm : j'adore cette série, qui nous a déjà livré 3 épisodes de Noël très sympas :
- Let your hair down 01x07
- Twelve Days of Krampus 03x08
- The Grimm Who Stole Christmas 04x07
* Glee : Si vous aimez les chants de Noël, les spéciaux de Glee sont faits pour vous !
- A Very Glee Christmas 02x10
- Extraordinary Merry Christmas 03x09
- Glee, Actually 04x10
- Previously Unaired Christmas 05x08
* The Big Bang Theory : Une de mes séries comiques préférées, absolument excellente, en particulier sur les épisodes de Noël !
- The Bath Item Gift Hypothesis 02x11
- The Maternal Congruence 03x11
- The Santa Simulation 06x11
- The Cooper Extraction 07x11
- The Clean Room Infiltration 08x11
* That 70's show : Également une de mes séries comiques préférées :
- The Best Christmas Ever 01x12
- Hyde's Christmas Rager 03x09
- An Eric Forman Christmas 04x12
- Christmas 06x07
- Winter 07x11
* Friends : Ma première série... À part la dernière saison, chacune a son épisode de Noël, tous sont bons.
* Modern Family : Si vous aimez les Pritchett et Dunphy, les saisons 1, 3 et 5 ont un épisode de Noël.
* Raising Hope : Cette série barrée et toute mignonne offre un épisode spécial pour chacune de ses quatre saisons.



Avez-vous tout lu/vu ? Dans ce que je n’ai pas encore découvert, que me conseilleriez-vous en priorité ?
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Pourleblog2/WinterWallpaperIIIbyemats.jpg

Samedi 13 décembre 2014 à 14:12

J’attendais impatiemment, mais aussi avec anxiété et tristesse, la sortie de l’ultime volet de The Hobbit, certainement le dernier film de Peter Jackson dans l’univers de la Terre du Milieu… Je suis bien contente de l’avoir vu en VO, ainsi mon avis n’est pas biaisé par un doublage horripilant !

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/TheHobbit35.jpg
 
Tandis que Smaug déchaîne sa colère sur Lacville, les forces du Mal se réunissent pour attaquer Erebor. La Montagne Solitaire est une place stratégique pour la reconquête de la Terre du Milieu par Sauron…
 
Comme pour les deux premiers films (chroniques et ), j’ai passé un très bon moment, mais je suis mitigée sur certains points. Cette saga préquelle, bien que très intéressante sur de nombreux points, ne vaut pas sa grande sœur. J’ai hâte de voir la version longue de ce dernier film, car je les préfère toujours aux versions cinéma, raccourcies et donc tronquées par rapport aux souhaits du réalisateur, et aussi les bonus, qui fournissent beaucoup d’explications bien utiles pour comprendre certains aspects des films et les choix du réalisateur.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/TheHobbit34.jpg
 
Visuellement, je n’ai rien à redire, c’était superbe d’un bout à l’autre. Quelques détails m’avaient gênée dans les précédents, mais là ça a été nickel. La musique est par contre davantage à l’arrière-plan que d’habitude, c’est dommage. J’ai absolument adoré les passages avec les Elfes. Nan mais quelle classe ! Même quand ils en font des tonnes, ça me va bien, que ce soit les cascades de Legolas sur un pont en pierre qui s’écroule ou Tranduil qui fait semblant d’être méchant. On les voit pas mal, et j’en suis bien contente. Par contre, j’ai trouvé qu’on voyait très peu les Nains, notamment quand ils se jettent dans la bataille. On se recentre sur Thorïn et ses neveux, au détriment des autres.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/TheHobbit32.jpg
 
Le film est déséquilibré en fait, inégal, et ceci je pense parce que plein de pistes sont lancées mais pas suivies jusqu’au bout. Or, le film ne fait « que » 2h15. Pourquoi ne pas avoir terminé ce qui est entamé ? Par exemple, on voit beaucoup ce ver de terre d’Alfrid, pourquoi ne pas nous avoir dit ce qu’il devient après ? Pareil, on ignore ce que devient Tauriel. À l’inverse, je suis agréablement surprise de la fidélité aux livres sur certains points. J’avais extrêmement peur que Peter Jackson cède aux desiderata d’une part de l’audience, qui aurait voulu garder en vie certains personnages. Sadiquement, je suis bien heureuse d’avoir eu mon lot de morts, et le film a su me mettre les larmes aux yeux. Comme dans le roman, la fin est très rapide, alors que j’aurais voulu des détails.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/TheHobbit33.jpg
 
Certaines scènes avaient la méga-classe (Dol Guldur par exemple m’a scotchée, j’ai aussi beaucoup aimé l’espèce de monologue intérieur de Thorïn), d’autres passent beaucoup moins bien (la dernière scène de combat était trop longue). Je ne comprends pas non plus pourquoi certains liens avec le Seigneur des Anneaux sont clairement établis et d’autres même pas mentionnés. Quand on connaît assez bien l’univers de Tolkien, on fait tout seul les liens avec les autres films, les livres et les appendices, mais dans le cas contraire… J’ai l’impression que le réalisateur a eu du mal à équilibrer entre son désir de plaire à un large public et de satisfaire les fans.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/TheHobbit31.jpg
 
Pour me faire un avis définitif, j’attends donc la version longue et les bonus, et d’avoir vu les trois plus ou moins à la suite (disons sur trois soirs, je ne suis pas fan des marathons qui me dégoûtent plus qu’autre chose). C’est en tout cas une page qui se tourne, et grâce à la merveilleuse équipe réunie par Peter Jackson (tant derrière que devant la caméra), j’ai vécu et revivrai plein de magnifiques moments.
 

Samedi 13 décembre 2014 à 11:02

Je continue avec joie à découvrir les textes des sœurs Brontë. Cette fois, ça a été en compagnie de Scarlett, pour une LC autour de La Dame du manoir de Wildfell Hall d’Anne Brontë.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres3/74481010.jpg
Gilbert Markham n’est au départ pas très curieux de Mrs Graham, la nouvelle arrivée dans le voisinage, qui s’installe à Wildfell Hall, un manoir passablement délabré, avec seulement une servante et son petit garçon. La personnalité particulière de cette femme alimente rapidement les commérages. Mr Markham va peu à peu se rapprocher de cette femme singulière, et connaître bien des émotions.
 
Malgré ses presque six cents pages, je n’ai pas trouvé ce roman long. C’est très bien écrit, les chapitres sont assez courts, et on est rapidement fasciné par Helen, comme l’est Gilbert. Connaître son passé devient vite une obsession, et une fois cette curiosité satisfaite, on veut savoir quel sera son avenir ! Ce livre parle de beaucoup de choses avec habileté, dont beaucoup sont très modernes ou toujours d’actualité : la place de la femme dans la société, l’alcoolisme, l’éducation des enfants, l’art, le respect… Helen est un personnage fort, qui se place en marge des autres. Éduquée, réfléchie, elle a appris de ses erreurs de jeunesse et ne dévie plus de sa ligne de conduite. Son intransigeance est parfois excessive, mais me paraît tout à fait réaliste vu son histoire personnelle et le contexte historique, encore très marqué par la religion. Helen se tourne un peu trop souvent vers Dieu à mon goût et se fait presque moralisatrice à l’occasion. Là, il ne faut pas oublier que le père d’Anne était révérend, et qu’à l’époque être quelqu’un de bien demandait quasi-systématiquement ‘être aussi « un bon chrétien ».
 
J’ai donc bien aimé Helen, mais c’est le seul personnage qui a reçu mes faveurs (à l’exception de son petit garçon, sa servante et quelques amies, qui sont trop secondaires pour être développés). Je n’ai pas pu apprécier Mr Markham. Il s’améliore à partir d’un moment, mais je n’arrive pas à croire qu’il soit vraiment un homme bien, alors même qu’il est le narrateur principal du roman (cependant, une partie importante est racontée par un autre personnage, via un autre biais). Anne Brontë maîtrisait très bien les procédés narratifs qui permettent d’accrocher le lecteur. En effet, Mr Makham écrit à l’un de ses amis (dont on apprend l’identité qu’à la fin, et même si c’est secondaire ça m’a bien plu de découvrir de qui il s’agit), à la première personne. Le lecteur a donc facilement l’impression que l’histoire est racontée pour lui.
 
Bref, retour aux personnages. Mr Huntington est évidemment détestable ; mais ce genre d’hommes existe, c’est tout à fait réel, et encore aujourd’hui. Avec ce personnage et ses amis, et aussi avec le voisinage de Wildfell Hall, Anne Brontë écrit sans concession son époque. On est loin des gentilles critiques et moqueries de Jane Austen. Ici, l’auteure montre ce qui peut être mauvais chez un « gentleman », mais sans aller trop loin, sans tomber dans un excès d’aventure avec viol et meurtre à la clé par exemple. Non, ici la violence est psychologique et domestique, parfois physique, affreusement vraie. Eliza Millward, la sœur et la mère de Markham pour ne citer qu’elles sont un autre genre de parasite, des femmes étroites d’esprit, qui ne savent que cancaner et dire du mal des autres. Superficielles voire carrément stupides, elles ne font que perpétrer un modèle sociétal qui opprimait les femmes.
 
Rassurez-vous, tous les personnages ne sont pas si désespérants ! Anne Brontë nous donne aussi quelques exemples de personnes qui, après avoir suivi un mauvais chemin, réussissent à rattraper leur vie, et à trouver le bonheur. Je regrette néanmoins de ne pas avoir eu de coup de cœur pour un perso comme cela peut m’arriver dans d’autres romans. C'est uniquement ce point qui fait que je ne mets pas La Dame du manoir de Wildfell Hall en coup de cœur.
 
Je le disais plus haut, c’est vraiment très bien écrit, j’ai adoré le style, plus recherché que ce dont je me souviens pour Agnes Grey. Les descriptions des tableaux de Mrs Graham m’ont époustouflée par exemple. À aucun moment je n’ai trouvé ça lourd, et malgré certains passages qui tirent un peu en longueur, je ne me suis pas ennuyée une minute.
 
Je ne peux que vivement vous conseiller cet excellent roman, dont je me souviendrai longtemps je pense ! Anne mérite d’être connue, sa plume vaut bien celles d’Emily et Charlotte, et les sujets qu’elle traite sont passionnants. Il existe une adaptation avec Toby Stephens en Gilbert Markham, j'espère la voir bientôt !
 
"Je me rends compte que le dos des croquis faits par des jeunes filles est aussi intéressant que les post-scriptum de leurs lettres, qui sont souvent la partie la plus intéressante de toute une longue missive."
 
"Si j’en juge par les apparences, pour lui, la femme doit aimer son mari et rester au foyer, elle doit le servir, l’amuser, le réconforter de toutes  manières imaginables s’il lui plaît de rester au logis ; lorsqu’il est absent, elle doit veiller à ses intérêts domestiques et autres, et attendre patiemment son retour, sans se soucier de savoir ce qu’il fait entre-temps."
 

Vendredi 12 décembre 2014 à 19:00

En général j’aime beaucoup les romans de Stéphane Soutoul, et c’est un auteur vraiment charmant. Je n’ai pas voulu acheter en papier sa dernière parution, Si proche de lui, car je trouvais le roman cher et la couverture pas du tout à mon goût. Mais ma curiosité a été la plus forte et je l’ai acheté en ebook.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres3/Siprochedelui.jpg
Sonia commence mal ses vacances d’hiver. Son petit ami Alex la largue d’une manière lamentable, elle se fait accoster par Benjamin la brute du lycée, est punie par sa tante pour ses mauvaises notes, l’empêchant ainsi d’aller en vacances avec son amie, qui lui en veut à mort de la laisser tomber. Qu’à cela ne tienne, Sonia en a marre et décide d’utiliser ses pouvoirs de sorcière pour se transformer en chat. Son équipée sauvage dans Salem tourne mal. Blessée, elle est recueillie par Benjamin, qu’elle a justement envoyé sur les roses plus tôt dans la journée.
 
Le roman est à la première personne, c’est Sonia qui nous raconte ses aventures. Ce choix de narration entraîne souvent une baisse de la qualité de l’écriture, les auteurs choisissent la facilité, mais pas ici. Stéphane Soutoul nous offre un roman jeunesse bien écrit. Il mêle humour et émotion dans les déboires de Sonia. Globalement j’ai passé un assez bon moment, ça se lit vite et ça détend, mais je n’en garderai pas un bon souvenir.
 
L’humour, au départ très sympathique, finit par être lourd. Sonia est en fait très agaçante, elle change vite d’avis, est une enfant gâtée… Benjamin m’a davantage plu, mais j’ai été très embêtée par son histoire personnelle. Ça partait bien, et puis les évènements improbables s’enchaînent, l’intrigue perd toute crédibilité. Finalement je ne me suis pas attachée aux personnages, et j’ai lu la fin par réflexe, parce que je n’abandonne que très rarement un roman en cours, mais sans grand plaisir. Le livre m’attirait aussi parce que la quatrième couverture promettait de la magie, mais en fait cet élément n’est qu’un prétexte. C’est peu utilisé, pas du tout approfondi, et sert à tirer des ficelles grosses comme moi… Pareillement, même si j’ai été émue une ou deux fois, l’émotion est la plupart du temps comme forcée. Je n’y ai pas cru, je n’ai pas adhéré.
 
Je sais que le roman est destinée aux jeunes, mais je me souviens comment j’étais lorsque j’avais 16-17 ans, et je n’aurais pas apprécié. Le livre reste trop enfantin, je le donnerai plutôt à lire à des filles de 10-12 ans.
 
Il y a du bon, mais l’ensemble n’a pas pu me convaincre. J’en suis désolée parce qu’habituellement j’aime beaucoup les romans de cet auteur. Ça ne m’empêchera pas de continuer à lire sa série Anges d’Apocalypse et de suivre ses futures parutions.
 
"- C'est compliqué. il  y a une autre fille. Je ne voulais pas te l'annoncer comme ça, promis.
- Une autre fille ? répétai-je en refoulant les larmes qui me brûlaient les yeux (vous ne passerez pas ! enjoignait la partie de moi la plus digne à mes canaux lacrymaux, à la manière de Gandalf face au Balrog).
"

"L'entraide féline que Walt Disney nous a vantée dans les Aristochats ne serait donc qu'une vaste fumisterie ?"

Vendredi 12 décembre 2014 à 12:15

Je n’ai pas pu résister à la sortie de La Véritable Histoire de Noël. J’avais envie d’une lecture pile poil dans ce genre-là, et je n’en avais pas sous la main, alors j’ai craqué ! Mais aussitôt acheté, aussitôt lu, l’incidence sur ma PÀL est donc neutre, et je ne regrette pas celle sur mon porte-monnaie, car j’ai passé un bon moment avec ce roman jeunesse.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres3/104008058595018707391815256548654374889199n.jpg
Le jeune Nicolas a 5 ans lorsqu’il devient orphelin, juste avant Noël. Le village est pauvre, et personne n’est en mesure d’adopter Benjamin, mais la petite communauté se serre les coudes et trouve une solution assez originale : chaque famille hébergera Nicolas pendant un an, et à chaque Noël il passera dans une autre famille. Nicolas va grandir ainsi, partagé entre le désir de remercier par des cadeaux les gens qui l’ont accueilli à chaque Noël, et la tristesse de devoir les quitter.
 
Ce livre est sorti en Finlande il y a un petit bout de temps et a pas mal marché, il a d’ailleurs été adapté au cinéma. Personnellement, je ne connaissais pas du tout, j’ai donc eu le plaisir de découvrir l’histoire du début à la fin. Nicolas est un petit garçon gentil et attachant, mais qui a vécu des choses difficiles. Malgré sa bonté et son envie d’être avec d’autres personnes, il garde ses distances avec les autres, et fait des erreurs comme n’importe quel être humain perdu peut en faire. Ce personnage est plutôt réaliste, ce qui est agréable car cela permet de s’identifier à lui et de croire à son histoire. Les enfants n’auront pas de mal à être triste et à se réjouir pour lui.
 
L’auteur, Marko Leino, invente une histoire globalement crédible, et nous emmène loin au Nord, où le froid règne partout et sur tous. L’ambiance créée m’a bien plu, je n’avais aucun mal à imaginer le décor où vit Nicolas. Exactement ce qu’il faut pour se mettre dans l’état d’esprit de l’hiver et de Noël ! Son livre est très équilibré : la vie peut se montrer dure ; ces moments difficiles sont contrebalancés par la gentillesse que l’on peut se porter les uns aux autres et par tous les petits et grands moments de bonheur du quotidien. C’est assez simple en revanche, mais c’est mignon, et c’est fait avant tout pour enseigner aux enfants à garder espoir et à être gentil, sans user des mécanismes du père Fouettard si j’ose dire… Il n’y a pas d’un côté les méchants punis et de l’autre les gentils récompensés, il y a simplement la vie et ses travers, ses détours, ses joies et ses peines.
 
J’ai bien aimé que l’histoire n’utilise pas trop les clichés de Noël qu’on connaît tous. Elle avance tranquillement, et les éléments tombés dans la culture populaire n’apparaissent que parcimonieusement, à coups de clins d’œil sympathiques. On est donc plus dans une réinvention de légende, une complète réécriture, que dans la simple réutilisation du folklore occidental récent.
 
Bref, un roman qui se lit vite et bien, qui remplit tout à fait son office et que je serai ravie de relire pour mes enfants un jour !
 
"Mais tout n'est peut-être pas si tranché dans la vie. Il n'est sans doute pas d'événement complètement heureux ou malheureux. Peut-être le bien et le mal vont-ils de pair, malgré leur différence ? Tout comme un malheur peut engendrer de bonnes choses, un bonheur peut aussi causer bien des déboires.
Peut-être devrions-nous nous abstenir de qualifier les événements de la vie lorsqu'ils se produisent, et attendre d'avoir du recul pour juger de ce qu'ils recèlent le plus au final : du bien ou u mal, ou, qui sait, de l'un autant que de l'autre ?
"

Samedi 6 décembre 2014 à 13:59

Au moment de la sortie du premier tome de Cesare, série mise en image par Fuyumi Soryo avec l’aide de Motoaki Hara pour l’Histoire, j’en avais entendu beaucoup de bien, mais comme j’évite de me lancer dans de nouvelles séries de mangas et que je n’accrochais pas au dessin en feuilletant le premier tome, je ne l’ai pas acheté. Là encore la bibliothèque est précieuse ! Malheureusement, ils n’ont que les trois premiers tomes. J’espère qu’ils achèteront la suite.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres3/Cesare.jpg
 
Ce manga a pour personnage central Angelo, un jeune homme issu d’un milieu d’artisans à la fin du XVème siècle, le siècle de la Renaissance italienne. Pour remercier sa famille, Lorenzo de Médicis lui permet d’étudier à la prestigieuse université de Pise. Mais Angelo est trop naïf pour vivre dans un tel environnement de complots, où les grandes familles se livrent sans cesse bataille. La chance lui sourit néanmoins puisqu’il attire la sympathie de Cesare Borgia, qui le protège et rattrape ses nombreuses maladresses.
 
C’est un manga assez exigeant. Les dessins sont très soignés mais manquent de vie, ce qui peut gêner. La reconstitution historique est minutieuse, je pense très réussie vu le défi que cela représente. Si vous n’aimez pas l’Histoire, je pense qu’il faut passer votre chemin, car le manga demande d’être attentif, de retenir de nombreux noms, la situation géopolitique de l’époque, se mettre dans l’état d’esprit de gens qui ont vécu des siècles avant nous. Personnellement j’ai beaucoup aimé. Ce qui me gêne, c’est de ne pouvoir savoir quand l’auteure a dû prendre des libertés vu que je ne connais pas assez bien la période. En tout cas, c’est une bonne façon d’apprendre des choses sur cette époque.
 
Le dessin n’est pas très manga, on comprend bien que les personnages sont des européens, et tous se différencient très facilement (ça me saoûle quand ils ont tous la même tête…). Angelo est attachant. Je le plains d’être ainsi jeté dans la fosse aux lions ! En même temps, il fait des rencontres passionnantes, même si à l’époque ils ne devaient pas se rendre compte de la postérité qu’allaient connaître certains de leurs contemporains ! Cesare Borgia est un personnage qui m’intrigue de plus en plus. Il faut absolument que je lise un livre sur lui, mais les sources divergent tellement à son sujet que chacun a sa propre idée du personnage. On ne saura sûrement jamais ce qu’il en était vraiment de cette faille Borgia… J’aime en tout cas celui qui est présenté dans ce manga, ainsi que sa relation avec Michelotto.
 
Je trouve que ce manga mérite la plupart des éloges qui lui sont faites, malgré des dessins un peu froids. Je préfère ce genre de trait plutôt que les vieux mangas où les yeux mangent la moitié du visage et où les cheveux ressemblent à des casques Playmobil. J’ai hâte de pouvoir lire la suite !
 

Mardi 2 décembre 2014 à 18:18

Je ne sais plus comment je suis tombée sur l’info, mais ça m’a étonnée d’apprendre que le premier tome du nouveau manga de Natsuki Takaya, Liselotte et la forêt des sorcières, était sorti en France ! On n’a pas trop hésité et on l’a acheté, vu qu’on a déjà tout Fruits Basket et tout Twinkle Stars
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres3/Liselotte.jpg
Liselotte est une jeune femme souriante, un peu dans la lune parfois, très gentille. Elle est venue s’installer dans une maison très à l’écart, près d’une forêt dont on raconte qu’elle est peuplée de sorcières. Alto et Anna, des faux jumeaux qui s’occupent d’elle, l’ont suivie dans sa nouvelle demeure. Alors qu’ils sont encore en train de prendre leurs marques dans ce nouvel environnement, Liselotte croise la route d’une sorcière… Celle-ci est mise en fuite par Engetsu, un homme qu’elle ne connaît pas mais qui lui rappelle l’un de ses amis de son ancienne vie.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres3/liselottetomajonomori2537147.jpg
Ce premier tome est tout à fait conforme à ce que j’attends de Natsuki Takaya. Elle cherche encore ses marques, donc le dessin n’est pas tout à fait figé, pas encore vraiment décidé selon les personnages. D’ici à quelques tomes, elle sera fixé et ça ne bougera plus. Elle nous présente encore une fois des personnages hauts en couleurs et facilement attachants. Elle renoue également avec le fantastique, car Twinkle Stars ne comportait pas du tout d’élément imaginaire. Beaucoup de pistes sont lancées, et je fais confiance à la mangaka pour nous briser le cœur quand elle révèlera le passé de ses personnages…
 
Liselotte est une héroïne qui a l’air assez proche de Tôru en caractère, mais elle semble moins chouineuse, ce qui est un bon point. Alto me fait penser à Hiro (oui, désolée, je ne peux pas m’empêcher de comparer avec des personnages de Fruits Basket qui me sont très familiers !). Sous des dehors râleurs voire agressifs, il cache une grande affection pour sa sœur et « Dame Lise » comme il appelle Liselotte. Lui et sa sœur sont encore des enfants et pourtant son au service de Liselotte depuis un moment déjà. Anna a l’air assez spéciale, elle ne parle pas beaucoup et semble rêvasser un peu, mais je la crois très attentive en réalité. Engetsu est évidemment le plus mystérieux. C’est lui qui bouscule le quotidien qui s’installait, on ne sait quasiment rien de lui. Pour l’instant, mon personnage préféré est Yomi ! Une vraie petite terreur ! Il est un élément comique très important dans ce premier tome, qui n’est de toute façon pas dénué d’humour.
 
Ce tome 1 est à mon avis très prometteur. Les éléments qui ont fait le succès de Fruits Basket semblent déjà réunis. Je ne veux pas trop espérer que ce sera aussi génial, mais ça promet en tout cas de bons moments, et j’ai hâte que la suite sorte, prévue pour janvier. À suivre !
 

Dimanche 30 novembre 2014 à 10:52

Mois assez pourri, il faut bien l'admettre. Ça a été l'horreur au boulot (mais je pense que le pire est à venir lors de cette première semaine de décembre, après ça se calmera), j'ai été malade (je ne suis pas encore tout à fait guérie)... Merci aux copines blogueuses qui m'écrivent souvent, vos lettres m'aident clairement à tenir le coup ! ♥

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Bilansmensuels/Bilanmensuel.jpg

~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Bilansmensuels/Lecturesnovembre2014partie1.jpg
Quant j'étais Jane Eyre/Sheila Kohler : Un quasi coup de cœur pour ce roman-documentaire très intéressant sur la famille Brontë !
Frankenstein ou le Prométhée moderne/Mary W. Shelley : Au final, je trouve les explications autour du roman plus intéressant que le roman lui-même. Je comprends qu'il ait marqué la littérature de son époque et je suis contente de l'avoir lu, mais je n'ai pas particulièrement aimé.
Derrière la porte/Nicolas Villeneuve : Un court roman fantastico-horrifique qui m'a fait passer un bon moment.
 
~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Bilansmensuels/Lecturesnovembre2014partie2.jpg
Sanditon/Jane Austen & Juliette Shapiro : Version absolument désastreuse qui termine un texte pourtant extrêmement prometteur de cette grande auteur du XIXème. Je comprends de moins en moins les choix de Milady pour les austeneries à traduire... Question de droits d'auteur sûrement.
Un oiseau blanc dans le blizzard/Laura Kasischke : J'ai beaucoup aimé cette seconde incursion dans l'univers très particulier de cette auteure américaine, j'en redemande !
Le Chuchoteur/Donato Carrisi : Une déception pour ma part. Ça commençait très bien, mais presque tout le dernier tiers m'a déplu. Ce n'est pas un mauvais roman, mais je ne comprends pas les éloges hystériques qu'il a reçus.
 
~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Bilansmensuels/Lecturesnovembre2014partie3.jpg
Sans Honte/Gail Carriger & Rem : Encore une fois une excellente adaptation ! Mais à quand la suiiiiiiiiiiiiiite ?
Larme Ultime, tome 3/Shin Takahashi : Plus j'avance dans ce manga, plus j'aime, alors que ce n'était pas gagné au début ! Vivement que je lise la suite. (Pas de chronique, je pense que j'en referai une quand j'aurai terminé de lire toute la série.)
Liselotte et la forêt des sorcières, tome 1/Natsuki Takaya : Un bon premier tome, j'espère que la série va continuer sur cette lancée. (Chronique à venir.)
 
~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Bilansmensuels/Lecturesnovembre2014partie4.jpg
Thorgal
, tomes 2 et 3/Rosinski et Van Hamme : Ma chronique est très courte, car je n'avais pas envie de m'appesantir sur les trois premiers tomes de cette BD qui ne m'a pas du tout convaincue. J'arrête là.
Cesare, tome 2/Fuyumi Soryo et Motoaki Hara : Un tome qui confirme que j'apprécie cette série ! Chronique à venir sur les deux premiers tomes.
 
~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Bilansmensuels/Lecturesnovembre2014partie5.jpg
Black Butler, tomes 1 et 2/Yana Toboso : Deux pemiers tomes sympathiques, même si quelques éléments me chagrinent. J'ai bon espoir qu'ils soient résolus dans la suite, que je vais essayer de lire prochainement.
La Véritable Histoire de Noël/Marko Leino : Une belle réinvention de la tradition du Père Noël, parfaite pour se plonger dans l'ambiance de l'hiver, entre tristesse et joie. (Chronique à venir.)
 
~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~¤~

7 romans, 6 mangas et 2 BDs, soit 14 livres ce mois-ci, je maintiens un certain rythme malgré le boulot, ça fait plaisir ! Et une victoire de plus contre l'adversité ! Vous trouverez en plus pas mal d'autres articles sur le blog : mon article sur Samain et la nouvelle de Céline Guillaume dans Saisons païennes ; un compte-rendu de ma visite au Salon Fantastique de Paris ; mon avis sur le film Dracula de Coppola sorti en 1992 ; un défi personnel avec la PÀL des 3 ans du blog, issue du concours auquel vous avez été nombreuses à participer, merci encore ! ; ma chronique de l'adaptation de Jane Eyre qui date de 1996 ; et enfin mon avis sur le dernier film Hunger Games.

Ce mois-ci, ont rejoint mes étagères :

- La fenêtre panoramique de Richard Yates (occasion)
- Virgin Suicides de Jeffrey Eugenides (troc)
- La Véritable Histoire de Noël de Marko Leino
- Les Nécrophiles anonymes, toe 1 de Cécile Duquenne (numérique)
- L'Opéra Macabre, tome 1 de Jeanne Faivre D'Arcier (numérique)
- Oraisons, tome 1 de Samantha Bailly (numérique)
- Bordemarge d'Emmanuelle Nuncq (numérique)
- Fortune Cookies de Silène Edgar (numérique)

Si on compte, ça nous fait donc 8 nouvelles entrées dans ma PÀL contre 7 sorties. C'est raisonnable !

En ce moment, je lis :
- The Fellowship of the Ring de J. R. R. Tolkien (VO) - J'adore, je sens que ce sera un coup de cœur !
- La Dame du manoir de Wilfell Hall d'Anne Brontë, en LC avec Scarlett - Ça me plaît beaucoup et je n'arrive pas à deviner comment ça va se finir !
- La Bible, textes choisis et présentés par Philippe Sellier - On en lit un bout de temps en temps avec mon chéri pour rattraper notre manque de culture sur le sujet.

Pour décembre, je vais essayer de me plonger dans l'esprit Noël avec visionnage et revisionnage de films, lectures dans le thème et lectures doudou ! Je prépare d'ailleurs mon sapin aujourd'hui ! Et dès la semaine prochaine je m'atèle aux cartes de Noël. Bon mois de décembre à tous !

Samedi 29 novembre 2014 à 13:11

Black Butler est une série de manga par Yana Toboso qui fait parler d’elle depuis ses tout débuts. Comme les tomes se sont rapidement accumulés, je ne me suis pas lancée dans l’achat de la série, mais j’ai été ravie de voir que ma bibliothèque en a un certain nombre ! (Ils ont jusqu’au 16 je crois.) J’ai pour l’instant lu les deux premiers tomes, j’essaierai d’emprunter la suite la semaine prochaine.

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres3/BB12.jpg
 
Sebastian est le majordome de l’héritier des Phantomhive, un jeune aristocrate du nom de Ciel. Il a fort affaire car les autres domestiques du manoir ne sont pas très doués. À ses tâches domestiques s’ajoutent d’autres, beaucoup plus obscures, car le lien qui unit Sebastian et Ciel est plus qu’une simple relation maître – serviteur…
 
Globalement j’ai beaucoup aimé ! Mais comme je suis une râleuse, j’ai quand même trouvé quelques défauts ! Le dessin pourrait être plus beau, et la reconstitution historique encore plus détaillée. Sur ce deuxième point, je pense que c’est voulu de la part de la mangaka. Le XIXème siècle anglais n’est qu’un prétexte à l’histoire, ce n’est pas essentiel, contrairement à des séries telles que Bride Stories ou Cesare. La fin du tome 2 m’a également paru pas tout à fait crédible, et j’ai été choquée par certaines choses, mais je crois que c’est parce que je ne suis pas encore habituée. Au début, je pensais que le ton de la série serait plus humoristique, mais finalement il y a un côté aussi très sombre et même glauque. Maintenant que je m’en suis rendue compte, les tomes suivants passeront certainement mieux, et puis j’ai besoin des explications suite à la fin du tome 2.
 
J’aime bien les personnages en général, plusieurs sont assez drôles. Le fond de l’intrigue, qui commence à se révéler, m’a l’air très prometteur. Évidemment, si vous êtes puriste du XIXème anglais, vous risquez de ne pas accrocher, mais j’ai trouvé cette approche différente et sympa, surtout sur ce support. Il y a du fantastique, mais ce n’est pas vraiment steampunk. J’ai hâte de lire la suite pour voir comment l’auteure va exploiter les premières pistes tracées.
 
Un premier tome très introductif qui donne à peine le ton, en revanche le deuxième tome rentre plus dans le vif du sujet j’ai l’impression. C’est plaisant à lire et à regarder, je lirai la suite !
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Pourleblog/ChallengeXIXeme2.jpg
 

Mardi 25 novembre 2014 à 18:41

Le cinéma le plus proche de chez moi est extrêmement cher je trouve (10€ sauf si vous êtes étudiants/seniors, moins de 14 ans... mais pas de réduction même le dimanche matin). Il passe un peu de VO, mais à des horaires impossibles. Comment vous dire... À 13h15 un jeudi, je bosse. On a donc profité d’avoir passé le samedi soir chez mes parents pour aller au cinéma le dimanche matin, avec séance (VF malheureusement) à 6€30 (dire qu’il n’y a pas si longtemps c’était 4,50€...). C’est que je n’avais pas trop envie d’attendre la sortie DVD pour aller voir le nouveau Hunger Games, intitulé La Révolte, partie 1 en français, vu que j’avais beaucoup aimé le 2 ç’aurait été dommage !
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/HG3.jpg
Nous retrouvons Katniss juste son sauvetage par les rebelles du District 13. Même si elle a retrouvé sa mère, sa sœur et Gale, elle est détruite à l’idée que les autres champions soient restés entre les griffes du Capitole, et donc du Président Snow, et en particulier Peeta... Cependant, Katniss n’a pas le choix : elle doit assumer son rôle de geai moqueur dans le conflit qui fait rage.
 
Évidemment, la VF m’a plombé une bonne partie de mon plaisir, notamment sur la voix de Jennifer Lawrence que j’aime beaucoup. Sa doublure française a une voix beaucoup plus aiguë, ce qui est très énervant. Je vais essayer de rédiger ma chronique en faisant abstraction de cet aspect.
 
Le début est lent, ça a du mal à se mettre en route. Après une nuit courte et un sommeil agité, je n’étais pas au mieux de ma forme et je commençais à me demander si j’allais arriver au bout du film, surtout que dans un premier temps Katniss ne fait que chouiner. Elle a quelques raisons pour, c’est pas la question, mais j’avoue que ça n’était pas agréable (à voir si un revisionnage en VO me fait le même effet). Heureusement, Katniss réussit à se relever et repart en guerre contre Snow.
 
http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Films2/HG32.jpg
À partir de là, il se passe pas mal de choses même s’il y a assez peu d’action, réservée pour l’ultime partie. Malgré le sérieux du sujet, le réalisateur a réussi à introduire quelques moments drôles ou mignons. Il y a surtout des passages très intenses, notamment lors du tournage des spots publicitaires.
 
La fin m’a beaucoup plu. Violente et inattendue pour ceux qui n’ont pas lu les romans (mon petit frère a fait un de ces bonds !), elle était très réaliste et m’a secouée alors même que je m’y attendais (j’avais bien deviné le moment où le livre serait coupé pour les films héhé). La fin introduit également une opération dont la mise en œuvre me paraît capitale dans le roman, puisqu’elle avait définitivement permis de me faire mon avis sur un personnage et d’appeler de mes vœux une certaine conclusion à la saga.
 
La réalisation n’est pas mal du tout, par contre je trouve que la musique n’est pas assez mise en valeur, même si une certaine chanson joue un beau rôle et bouleverse un peu tout le monde.
 
Je n’adhère toujours pas à la tendance actuelle de découper le dernier tome d’une saga en deux films, mais j’admets que ce Mockingjay – Part 1 est plutôt réussi. En tout cas, il donne envie de voir le dernier volet de la saga (encore un an à attendre...) et de le revoir rapidement après sa sortie DVD, surtout pour profiter de la VO qui, je n’en doute pas, me plaira beaucoup plus que la VF.

<< Je l'ai dit après... | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | ... Et ça je l'ai dit avant. >>

Créer un podcast